Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Amicale Philatélique de Nanterre

Postes du bout du monde : blister or not blister ?

En 2017, puis en 2019, les TAAF ont émis deux blocs feuillets « Postes du bout du monde ».
Le premier, mis en vente lors de la Biennale de printemps 2017 à Paris était présenté comme le premier bloc-souvenir des TAAF. Il comporte quatre timbres portant les logos des Districts de Kerguelen, Saint Paul & Amsterdam, Crozet et des Eparses.
Son intitulé, Postes du bout du monde a été repris en 2019 pour une seconde émission avec deux timbres des logos de Terre Adélie et des TAAF.
Ces émissions ont connu un gros succès commercial en raison de la qualité de leur réalisation, dont les dessins et la mise en page sont l’oeuvre d’Aurélie Baras pour le feuillet et la carte, et de Nelly Gravier pour les dessins des logos figurant sur les timbres. Leur présentation originale a sans doute contribué aussi à ce succès.
 

Les deux blocs avec leurs feuillets et leurs jaquettes. Signature Aurélie Baras.
Les deux blocs avec leurs feuillets et leurs jaquettes. Signature Aurélie Baras.
Les deux blocs avec leurs feuillets et leurs jaquettes. Signature Aurélie Baras.
Les deux blocs avec leurs feuillets et leurs jaquettes. Signature Aurélie Baras.

Les deux blocs avec leurs feuillets et leurs jaquettes. Signature Aurélie Baras.

Ces ensembles, cartes et feuillets timbrés sont commercialisés par Phil@poste dans un emballage communément appelé blister.
Mais, pour la vente lors des Salons Philatéliques, les TAAF ont demandé à Phil@poste de lui livrer certains exemplaires sans blister. Cette originalité avait pour seul objectif de permettre aux acquéreurs venus aux Salons de pouvoir faire signer les blocs à Aurélie Baras, présente lors de ces évènements.
 

La dessinatrice Aurélie Baras dédicaçant les blocs lors de la Biennale de mars 2017 à Paris.

La dessinatrice Aurélie Baras dédicaçant les blocs lors de la Biennale de mars 2017 à Paris.

Les choses auraient pu en rester là mais certains collectionneurs attentifs ont constaté après l’émission de 2017 que les codes-barres figurant sur la jaquette de présentation étaient différents selon que l’on avait un produit sous blister, ou sans blister.
La même situation s’est reproduite lors de la mise en vente du second bloc, confirmant que les commandes faites par les TAAF ont fait l’objet de deux tirages différents par Phil@poste donc de deux Bons à tirer (BAT).

Codes-barres du bloc de 2017 avec blister à gauche, et  sans blister à droite.Codes-barres du bloc de 2017 avec blister à gauche, et  sans blister à droite.

Codes-barres du bloc de 2017 avec blister à gauche, et sans blister à droite.

Codes-barres du bloc de 2019 avec blister en haut, sans blister en bas.
Codes-barres du bloc de 2019 avec blister en haut, sans blister en bas.

Codes-barres du bloc de 2019 avec blister en haut, sans blister en bas.

Les deux jaquettes des tirages du bloc de 2017 avec les codes-barres différents.
Les deux jaquettes des tirages du bloc de 2017 avec les codes-barres différents.

Les deux jaquettes des tirages du bloc de 2017 avec les codes-barres différents.

Ci-dessous et ci-contre, les deux Bons à tirer des deux jaquettes du bloc de 2019 avec les codes-barres différents.
Ci-dessous et ci-contre, les deux Bons à tirer des deux jaquettes du bloc de 2019 avec les codes-barres différents.

Ci-dessous et ci-contre, les deux Bons à tirer des deux jaquettes du bloc de 2019 avec les codes-barres différents.

Mais quels ont été les tirages dans chaque cas :
Pour l’émission du printemps 2017, le tirage total a été de 40 000 exemplaires dont 1000 dans la version sans blister. Pour l’émission de l’automne 2019, le tirage a été limité à 13 500 exemplaires dont 1000 exemplaires sans blister.
Dans un courrier adressé à la Presse spécialisée, un philatéliste a émis l’hypothèse que les exemplaires sans blister non vendus au cours du Salon d’automne 2019, auraient été remis sous blister après coup. Vérification faite auprès du Responsable de la philatélie des TAAF, il n’en est rien.
Au vu des chiffres, on constate la relative rareté des exemplaires sans blister, d’autant plus concrète que Phil@poste ne commercialise que les blocs sous blister.
Même si les codes-barres n’affectent ni les timbres, ni le feuillet, il nous faut bien parler de deux produits différents pour chaque émission.
La chasse au « sans blister » est donc ouverte !
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article