Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Amicale Philatélique de Nanterre

Une page de l’histoire de Saint-Marin…et de ses timbres. Le nouveau livre d’Antoine Sidoti vient de paraître

Située entre l’Italie centrale et septentrionale, enclavée entre l’Émilie-Romagne et les Marches, à une quinzaine de kilomètres de la Mer Adriatique, la République de Saint-Marin est un micro État de 61.196 km2, aux frontières inchangées depuis 1463, et de 33.0000 habitants.

Sait-on qu’à l’instar de sa « Mère » italienne, royale et mussolinienne, la République de Saint-Marin eut son propre Ventennio, – vingt années de gouvernement fasciste, entre la Première et la Seconde Guerre mondiale –, sous l’égide d’un Parti Fasciste Saint-Marinais (PFS) admiratif de Mussolini ?

Sait-on aussi qu’après la chute de ce gouvernement intervenue le 28 juillet 1943 sous la pression populaire, trois jours seulement après     l’arrestation du duce en Italie, les hommes du Ventennio saint-marinais ont voulu revenir au pouvoir ? Cinq d’entre eux, ont réussi à figurer au sein du premier gouvernement démocratique de l’après fascisme. Cela dans une période de pacification citoyenne (octobre 1943 - août 1944) où, dans l’Italie du nord, Mussolini dirigeait la République Sociale   Italienne de Salò, entièrement contrôlée par les Allemands.

Sait-on enfin que certains Saint-Marinais rêvent encore de nos jours de ce fascisme-là, qu’ils qualifient volontiers de doux, et rêvent de leur bienfaiteur bien aimé, Mussolini qui, à trois reprises, avait honoré la petite République de visites mémorables ?

Une page de l’histoire de Saint-Marin…et de ses timbres. Le nouveau livre d’Antoine Sidoti vient de paraître

 Le livre d’Antoine Sidoti raconte cette histoire à rebondissements et à facettes multiples en s’appuyant sur une importante documentation, inédite en France, et notamment, de manière omniprésente, la philatélie.

Elle se mêle à la documentation traditionnelle qui constitue le fil conducteur de cette histoire. À des titres divers, toutes les      émissions de timbres de l’époque sont analysées. L’Auteur a   systématiquement interrogé deux expressions étatiques par excellence, particulièrement choyées par    le régime : les émissions postales et    la numismatique, qui en ponctuent l’ascension et la chute.

Les émissions sont importantes pour le pouvoir. Importantes pour renflouer le maigre Trésor du pays, autant que comme expression politique et idéologique. Les émissions postales marquent la marche en avant d’un gouvernement qui les associe à des inaugurations d’œuvres du régime et à des festivités d’anniversaire de   personnages et d’événements historiques dont il s’approprie l’éclat. Elles donnent à la petite capitale du pays, pendant le Ventennio, un air de fête permanent.

Cette version saint-marinaise stéréotypée des jeux romains du cirque d’antan prend à Saint-Marin la forme de manifestations indiscutables “car” traditionnelles. La représentation des timbres et les conditions de leurs émissions respirent l’air du temps, « sous le ciel de saphir saint-marinais ».

NB: Lle livre peut être commandé sur le site : www.editionsnonlieu.fr avec un règlement par PayPal ou carte bancaire.

Emissions de 1935, 1937 et 1943
Emissions de 1935, 1937 et 1943
Emissions de 1935, 1937 et 1943

Emissions de 1935, 1937 et 1943

L’auteur : Antoine Sidoti est docteur en langues et littératures étrangères, et il est l’auteur de plusieurs ouvrages d’histoire, de littérature, utilisant souvent la philatélie comme outil 

Le Monténégro et l’Italie durant la Seconde Guerre mondiale. Histoire, mythes et réalités, Paris, CNRS Éditions, 2003.

– Partisans et tchetniks en Yougoslavie durant la Seconde Guerre mondiale. Idéologie et mythogenèse, Paris, CNRS Éditions, Paris, 2004.

– L’utilisation du poète Njegoš du fascisme au titisme. Timbres-poste et propagande en Yougoslavie, Paris, Édilivre, Coll. « Universitaire », 2008

- – Pierre II Petrović Njegoš, La Couronne de montagne (« Gorski vijenac »). Épisode historique vers la fin du XVIIe siècle, Traduction française, introduction et notes par Antoine Sidoti & Christian Cheminade, Paris, Non Lieu, 2010.

– Quintus Tullius Cicéron, Petit mémoire pour une campagne électorale, Correspondance, Astronomiques, & Marcus Tullius Cicéron, Discours “In toga candida”, Correspondance, Présentés, traduits et annotés par Antoine Sidoti & Christian Cheminade, Paris, Les Belles Lettres, 2016.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article