Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Amicale Philatélique de Nanterre
  • Amicale Philatélique de Nanterre
  • : Les réunions sont ouvertes à tout philatéliste, même non adhérent, mais qui souhaite partager sa passion autour du timbre et de la lettre. Réunions 1ers et 3èmes dimanches de chaque mois. Villa des Tourelles 9, rue des Anciennes Mairies à Nanterre. Adresse E-mail : apn92@free.fr
  • Contact

Profil

  • APN92
  • Réunions de l'Amicale Philatélique de Nanterre - 1ers et 3èmes dimanches
  • Réunions de l'Amicale Philatélique de Nanterre - 1ers et 3èmes dimanches

L'APN

L’association philatélique est le lieu privilégié pour partager sa passion, développer des échanges trouver la convivialité et l’amitié autour d’un loisir commun. Au-delà, elle permet de véhiculer l’information, de découvrir, d’échanger par l’intermédiaire de services structurés. L’association philatélique rompt l’isolement et intègre le collectionneur dans un groupe de contact.

Téléphone : 01 41 37 71 35 (Répondeur)
apn92@free.fr

Recherche

22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 10:59

Depuis 2008, sont apparus des marques de «code barre» sur les blocs feuillets de France.

Cette intrusion de signes électroniques noirs sur des graphismes colorés n’a pas manqué de susciter des observations, le plus souvent critiques, s’agissant d’une atteinte portée à l’esthétique des blocs.

Certains philatélistes, prompts au mécontentement ont stigmatisé cette «trouvaille» de La Poste pour «défigurer» un peu plus les timbres.

Ce sont sans doute les mêmes qui se plaignent aussi de la dégradation de l’accueil des philatélistes dans les bureaux de poste : plus de guichet «philatélique», manque de beaux timbres disponibles aux guichets, peu d’empressement des postiers à prendre du temps pour servir le philatéliste qui veut «un peu de tout», disparition progressive des cachets circulaires bien utiles aux oblitérations de complaisance.

L’arrivée des codes barres a pour but principal de permettre de satisfaire plus vite les clients par simple lecture optique des objets qu’ils commandent.

Pour les de timbres, ces codes barres se trouvent sur le bord des feuilles.

Les philatélistes devraient, en la circonstance, se réjouir de l’utilisation d’une technique de nature à redonner un peu de baume au cœur des agents de La Poste lorsqu’ils sont amenés à répondre à une demande complexe d’une clientèle exigeante : celle des philatélistes.

 

im1

 

im2

 

im3

 

im4

 

im5

 

APN - décembre 2009

Repost 0
Published by Nanou - dans Insolite
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 20:49

Installé dans le centre de Lima, capitale du Pérou, à deux "blocs" de la Plaza Major, siège du gouvernement et site de la cathédrale, dans le bâtiment de la poste construit en 1876, le musée philatélique de Lima ne manque pas de dérouter le visiteur, pour peu qu’il soit collectionneur de timbres.


En effet, dans ce musée, on ne trouve pas de timbres en exposition.


La philatélie Péruvienne est pourtant riche en histoire depuis les premières émissions de 1858, qui avaient été précédées des timbres de la "Pacific Steam" (1857) transportant le courrier par navires côtiers (les steamers) et les diverses émissions accompagnant la vie politique parfois tourmentée de cette république andine.

Rien de tout cela dans le musée, ou presque ! On trouve en effet des panneaux de type "posters" représentant des timbres péruviens illustrant l’histoire du transport  du courrier dans le pays depuis les temps les plus anciens.

Timbre de la Pacific Steam 1857 2
Il ne faudrait pas croire que le service du courrier a été introduit par les Espagnols après leur conquête du pays vers 1536. Bien avant eux, les tribus indiennes avaient organisé des services de messagers parcourant leurs territoires. On en sait un peu plus sur celui qu’avaient développé les Incas dans leur empire qui s’étendait de l’Equateur au nord jusqu’au Chili au sud. Un extraordinaire réseau de chemins (appelé toujours aujourd’hui «chemin des Incas») de près de 30000 km avait été tracé. Chacun d’eux était empierré, et équipé à intervalles réguliers d’environ 30 à 50km de relais comportant garde et hébergement. Les messagers, appelés "les Chasquis" étaient des coureurs à pied qui se relayaient de manière à ne pas interrompre le port du message du palais de l’Empereur Inca situé à Cusco aux confins du pays ou des grands prêtres gouvernaient sous son autorité. Le service fonctionnait bien entendu dans les deux sens et il permettait à "l’Inca" (ainsi désignait-on l’Empereur) de savoir dans des délais très courts tout ce qui passait dans son royaume et inversement de donner très rapidement des instructions.

L e Casqui retouché

Quipu, collier porté par les chasquis Inca 2

Mais qu’elle était la forme que prenaient ces messages : les coureurs à pied, n’étant pas de la noblesse n’étaient pas en capacité de relayer des messages oraux très sophistiqués. Donc, il fallait une forme d’écriture et de comptage complexes, et légère à transporter.


Contrairement à une idée répandue qui voudrait que les Incas n’aient pas connu l’écriture, ceux-ci possédaient bien une forme d’écriture et de comptage non encore déchiffrée à ce jour. Les multiples destructions d’objets effectuées sans discernement par les conquistadors ont sans doute retardé cette découverte, et l’on attend encore aujourd’hui le « Champollion » qui permettra de lever le voile sur ce que signifie les : "quipu", ces colliers que transportaient en grand nombre les chasquis. On trouve ces colliers dans divers musées du pays, et leur observation montre bien qu’ils n’étaient pas composés au hasard : un système sophistiqué de cordes tressées de longueurs et d’espacements différents, de nœuds aux formes très diversifiées (on en dénombre plusieurs dizaines) sont bien là la représentation mnémotechnique d’un alphabet et sans doute aussi d’un système comptable dont on n’a pas encore percé les secrets.


Lorsque ce sera enfin fait, on apprendra sans doute encore beaucoup de choses sur la civilisation Inca somme toute encore méconnue, et sur celles qui l’ont précédée et qui sont à l’origine du développement de ce système de messagerie.


Quelques objets plus récents complètent cette présentation, telle ces boîtes aux lettres de la période dite «républicaine» (fin du 19ème siècle), beaucoup plus esthétiques que les boîtes de la SERPOST (pour "servicio postale") que l’on rencontre aujourd’hui dans divers commerces pour collecter le courrier, et cette charrette de transport du courrier de 1827.

Pérou Charrette Postale 1827Boîte aux lettres fin 19ème siècle 1 2

Enfin, on s’arrêtera volontiers devant la boîte aux lettres en "gueule de jaguar"  située sur la façade principale du bâtiment. Elle n’est plus utilisée aujourd’hui, dommage, c’est la plus belle pièce du musée !

Pérou BAL de façade poste centrale 1897


  J. G. - APN - Décembre 2009

Repost 0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 19:11

Expédiée ce 22 octobre 2009, la dernière enveloppe de service de Phil@poste vient d’acheminer au domicile des correspondants de son Service clients le Catalogue Septembre - Novembre des nouvelles émissions de La Poste disponibles à Boulazac.

En illustration principale de cette Enveloppe, le nouveau Bloc Marianne, édité exclusivement pour le Salon d’Automne des 5 au 8 novembre organisé à l’Espace Champerret à Paris. Pour la première fois, ce bloc réunit les 13 Marianne de l’Europe, dont 3 imprimés en taille-douce, le reste des timbres en héliogravure.

 

  im 2 musée


Comme à l’accoutumée, (lien interne) cette Enveloppe de Service comporte dans sa partie supérieure droite, une vignette dont nous avons dit dans d’autres billets de ce blog le statut philatélique : celui d’une simple illustration sans valeur fiduciaire, La Poste n’ayant pas à affranchir son courrier.

Ce pseudo-timbre n’en est pas moins intéressant. Il reprend le «vrai» timbre-poste émis le 8 juillet 2006 et consacré au Musée du Quai Branly.

 

1er jour musée


Ce T-P à la faciale de 0,53 euros a été imprimé en héliogravure en planches de 30 au format unitaire de 80 x 26 mm pour l’ouverture du nouveau Musée dédié au dialogue des cultures.

Son architecture particulièrement intéressante, signée Jean Nouvel ne laisse aucun visiteur indifférent. Le concepteur a en effet créé "un Musée dans la forêt" protégé par un immense mur végétal composé d'une incroyable diversité de plantes en provenance de tous les continents. De petites structures colorées s'échappent du bâtiment et contribuent à développer le sentiment de dépaysement. On est ailleurs et pourtant à Paris ! Passé la  promenade dans les jardins, l'intérieur du Musée est incroyablement vivant. Les collections des arts d'Afrique d'Océanie et d'Amérique se laissent contempler avec plusieurs niveaux de lecture, du simple regard à la fiche détaillée présentée par le complément informatisé.

Depuis son ouverture, ce nouvel équipement constitue un lieu de culture privilégié de la capitale comme le sont Beaubourg, l’IMA, la TGB. Il attire des visiteurs du monde entier, mais aussi des Parisiens et Français qui s'interrogent soit sur leurs origines, soit sur les influences dans l'art contemporain. Difficile d'échapper intact à cette confrontation entre des sculptures africaines anciennes et nos très modernes compositions artistiques.

Le T- P Musée du Quai Branly avait été conçu par un couple de deux artistes formés à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts : Sylvie Patte & Tanguy Besset, par ailleurs créateurs du Bloc JO d’Athènes, des T-P Château de Versailles,  Association des Maires de France ou plus récemment du carnet Environnement.

Leur présence en couverture du Catalogue se justifie par la sortie de leur dernière création, également prévue début novembre : le bloc artistique «Renoir».

 

 Catalogue Philaposte SepNov 2009


M K APN octobre 2009

Repost 0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 09:33

Im FIM 01

Nous avions évoqué le code F.I.M. en présentant sur ce Blog  «la curieuse invitation d’une postière» (lien). Grâce au travail collectif, à la mise en commun et au partage des connaissances que permet une Amicale, il nous est possible de revenir sur le sujet. Plusieurs pièces recherchées ont en effet pu être rassemblées depuis, comme celles codées FRAB, FRAC ou FRAS, permettant une présentation  plus complète de ces marques, plutôt énigmatiques.


Rappelons tout d’abord que F.I.M. est ici l’acronyme de «Facing Indentification Marks». En France, ces marques se trouvent à droite de certains courriers sous forme de 5 barres horizontales différemment espacées, sous lesquelles  sont imprimées 4 lettres FRA ?  De quoi s’agit-il ? Tout simplement d’un code-barre.


Ce code-barre sert à identifier les différents types de courrier mais  aussi à le redresser dans les machines de tri en lieu et place des barres phosphorescentes. Rappelons que le redressement est l'opération consistant à placer l'enveloppe pour qu'elle soit correctement oblitérée : trouver le coin supérieur droit de l'envoi. Les MTP Toshiba TSC 1000 qui équipent un nombre croissant de Plate-formes de tri sont programmées pour lire ce code.D’origine américaine, les F.I.M. n’y occupent pas la même position sur le courrier des Etats-Unis : selon les normes de l’USPS, elles sont verticales.


On en trouve sur 4 types de courrier :   

  im FIM abcd 

Aux USA, l’emplacement des barres est également normé : sur la partie supérieure et légèrement décalé vers le centre.

 

im FIM 06

 

En Europe, la codification F.I.M. a fait l’objet d’une adaptation et d’une normalisation spécifique. La norme du Comité Européen de Normalisation actuellement en vigueur porte la référence CEN TC 331. La Poste s’est portée candidate pour l’expérimenter.

Ainsi, en France, avec les Facing Identification Marks à l’européenne,  4 lettres identifient le courrier :

  • les deux premières indiquent le pays, donc ici FR pour France
    • La troisième précise l’opérateur postal, ici A pour La Poste ( B, C ou D étant réservé pour d’autres opérateurs lorsque la circulation du courrier aura intégralement été libéralisée).
    •  La quatrième (toujours une consonne) correspond au type de produit :
im FIM 07

 

  •  Ces groupes de 4 lettres se traduisent ainsi :

    -
    FRAB = courrier prioritaire pré-payée

    - FRAC = courrier non-prioritaire pré-payée

    - FRAD = lettre affranchie avec une EMA
      tpMAc déposée dans une boîte aux lettres

    - FRAF = ? rare, vu une seule fois

    - FRAR = enveloppe de service de La Poste en régime prioritaire

    - FRAS = lettre d’une organisation syndicale des personnels de La Poste.
  • Voici différents exemples de l’utilisation des Facing Identification Marks françaises sur les 6 types  répertoriés.

 

im FIM 08

 

im FIM 09 

Code FRAB (courrier prioritaire prépayé) avis de réception d’un Recommandé ▼

im FIM 10 Accusé de réception pour Toulon 20-4-2007,
cachet d’oblitération hexagonal 95 Deuil-La-Barre
Cet autre Avis avec une oblitération différente ▼

im FIM 11bis

Accusé de réception Paris pour Paris 25-08-08,
oblitération manuelle

 

Ici Code FRAB sur une Enveloppe du service de réexpédition du courrier  ▼

 im FIM 12 bis

  Oblitération par Machine Néopost du 06.08.07 à destination de Quimper (Finistère) 

 

Code FRAC (lettre non-prioritaire pré-payée) sur un avis de changement d’adresse,  ▼

  im FIM 13

Oblitération spéciale par la MTP TOSHIBA TSC 1000 en essai à la DTC de Nantes
présentée par Luc Guillard dans les Feuilles Marcophiles 332

Code FRAR sur une Enveloppe de service de La Poste en régime prioritaire  ▼

   im FIM 15

  Oblitération par la MTP Toshiba TSC 1000
de la PPDT La Défense ROC 18740 A

  

im FIM 16

im FIM 17

Enveloppe de service codée FRAR avec complément d’affranchissement
depuis la Martinique pour la Métropole

 

Code FRAS sur Enveloppes à l’usage des organisations syndicales de La Poste   ▼

im FIM 18
Oblitération du 07 07 09 par préparatrice NEC SRO A11 code ROC illisible
  
im FIM 19
Oblitération du 27 11 2008 par machine NEOPOST de la PPDC
Paris-Europe ROC 26028 A
M K APN 92 octobre 2009
Repost 0
Published by Nanou - dans Le code FIM
commenter cet article
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 19:53
EdT 1832 Fig 1


A signaler en cette fin août 2009, la distribution aux abonnés du numéro de rentrée de l’Echo de la Timbrologie, daté de septembre, 1832ème du nombre, avec sa maquette et sa présentation rénovées et un sommaire toujours aussi copieux et diversifié.


Ouverte sur l’international (Postes suisse, espagnole, algérienne)  et les nouveaux types d’affranchissement (autocollants), cette livraison sait faire une belle  place à l’histoire (celle le maître de poste face au chemin de fer, les fiscaux consulaires), la philatélie traditionnelle moderne (le 5 F Daurat-Vanier), tout en confirmant ses rubriques régulières (classe ouverte, surchargés, variétés, PAPs, cartes postales, oblitérations), sans oublier les nouveautés françaises et étrangères et la remarquable présentation des archives de cet énorme philatéliste qu’est Jean Storch. Il est vrai qu’au total 110 pages sont offertes aux lecteurs, dont moins de 10 réservées à la publicité.

 

Le lecteur n’échappe pas à la Charte de la Philatélie, omniprésente en cette fin d’été, comme cela a été souligné dans un billet précédent. Apportant une touche personnelle à un sujet qu’on va vite considérer comme rebattu, Sophie Bastide-Bernardin qui remplace Aude Ben-Moha comme rédactrice en chef depuis le début d’année, interviewe à son sujet Françoise Eslinger, directrice de Phil@poste. Nous retiendrons de ses propos, que cette Charte millésimée 2009 pourrait être modifiée. Par exemple «si dans un an, La Poste créé une nouvelle catégorie de timbres». On oublie cependant de nous dire qu’il faudrait  d’ors et déjà modifier ce fameux document  puisque les timbres numériques, lancés il y a plus de 6 mois déjà  sous le nom de «MonTimbrenLigne» (lien) ne figurent dans aucune des 4 catégories de timbres qui y sont  énumérées. La Charte ? En langage de presse, on pourra bientôt appeler ça un «marronnier» !

 

Quoiqu’il en soit, l’interview de la responsable des émissions de La Poste et la référence confirmée faite à Phi, futur label des timbres commémoratifs français, donnent matière à la publication de l’étude du Nombre d’Or faite par notre adhérent Michel Krempper, mise en ligne dès le 17 juillet sur le présent blog (lien interne).Nos visiteurs auront donc bénéficié d’une petite exclusivité de 6 semaines. Mais dans l’Echo, ils auront droit au papier glacé !

EdT 1832 fig 2
Notre blog avait donné une seconde avant-première avec un autre article du même adhérent, mis en ligne le 24 juin sous le titre «Poste Espagnoles : retour à la préphilatélie ?» (lien interne). Il a également intéressé  l’Echo qui le publie sur deux pages dans la rubrique «Marcophilie».
 
EdT 1832 Fig 3

Enfin, ce numéro de septembre poursuit la présentation de la remarquable (et aussi très remarquée) étude de notre Président Jean Grillot consacrée au timbre français « 5 F Daurat-Vanier ». Timbre de la Poste Aérienne de France, émis en taille-douce le 17 avril 1971 sur un dessin et une gravure de Pierre Gandon, retiré le 9 octobre 1981, ce timbre connu un usage mouvementé que nous retrace l’Echo par épisodes successifs. Celui-ci est la quatrième et est à suivre dans un prochain numéro.


EdT 1832 Fig 4

Les visiteurs non-abonnés à ce Mensuel et désirant l’acquérir obtiendront tous renseignements auprès de l’Amicale.

APN Août 2009
Repost 0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 08:35

Entier im 1

Avec l’arrivée dans les boîtes aux lettres des correspondants de Phil@poste Boulazac de ce 3 faces plié et collé sur ses extrémités «  à l’ancienne », comme sur les entiers et cartes-lettres du XIXème siècle, La Poste poursuit la campagne promotionnelle de ses Etats Généraux de la Philatélie.


Il faut bien utiliser le possessif « ses ». N’a t’on pas appris cet été que l’opérateur avait effectué auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle un Dépôt légal de la marque EGP ?


A l’intérieur, la Charte de la Philatélie 2009, le tube de rentrée de la philatélie institutionnelle qui après sa publication sur le site de la FFAP et dans la revue fédérale « La Philatélie française » paraît in-extenso dans les numéros de rentrée deux mensuels des deux mensuels nationaux : « L’Echo de la Timbrologie » et « Timbres-Magazine. Pour faire également l’objet de d’innombrables commentaires dans les Bulletins associatifs. En bref : un document incontournable.

Entier im 2

 

Cet Entier de service est égayé d’une figurine qui, comme celles que nous avons déjà rencontré, n’a strictement aucune fonction postale ; La Poste n’étant pas tenue d’affranchir son propre courrier. D’ailleurs, notre document n’a pas été oblitéré.

 

Il porte simplement au-dessus de l’adresse du destinataire la date d’introduction dans le circuit postal. Cette figurine est accompagnée de 2 barres phosphorescentes, théoriquement destinées à permettre au pli de suivre le circuit des « lettres prioritaires. Ce qui n’a pas empêché le notre de mettre une semaine pour arriver à Paris !

 

L’image de l’entier a été imprimée en offset à partir du T-P LA ROCHELLE Charente-Maritime émis  en taille-douce le 7 avril 2008 à la faciale de 0,55 euros. Sa conception, le dessin et la gravure sont dus à Elsa Catelin, à présent graveur attitrée de l’ITVF.


 Entier im 3

Notons que ce timbre a été élu meilleur timbre de l’année 2008 par les internautes invités par La Poste à élire le plus beau timbre. Sans doute une raison majeure pour l’utiliser comme icône de la Charte de la Philatélie.

 M. K. APN 92

Repost 0
Published by Nanou - dans l'Entier Postal
commenter cet article
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 08:59
Le pli que voici a été oblitéré le 13 juillet 2009. Il est passé par la MTP Toshiba du Centre de Tri du Courrier de Lempdes Clermont-Ferrand ROC 12599A «comme une lettre à la Pose» pourrait-on dire (?), en dépit de l’anomalie qu’un contrôle manuel eut parfaitement détectée. On y trouve la marque «standart» des courriers non-prioritaires : deux blocs de caractère suivis de vagues en «M».

En guise d’affranchissement, la lettre comporte deux timbres-poste : une Marianne de Gandon 3 francs  associée à une Marianne de Beaujard 0,05 euros. Il s’agit donc d’un affranchissement « composé » au sens du Dictionnaire de l’Académie de Philatélie : «obtenu à l’aide de T-P appartenant à des émissions différentes du même pays». A ne pas confondre avec un affranchissement « mixte » qui réunit sur un même pli des timbres de pays différents. Depuis l’origine de la philatélie, les compositions sont innombrables.

lettre 1 Aff Composé
 

Le «hic» de notre pièce tient aux unités monétaires de chacune des deux émissions : l’Euro pour la Marianne de Beaujard, le Franc pour celle de Gandon.


Le catalogue Dallay nous apprend que si la première date du 1er juillet 2008,  la seconde remonte au 20 mars 1946 et fut retirée le 15 novembre 1947, après avoir affranchi les lettres simples au régime intérieur jusqu’au 1.1.1947 puis la CP 5 mots les 1&2.1.1947. L’unité utilisée sur ce timbre est donc ce qu’on a appelé l’ancien franc après le changement intervenu en 1960, lorsqu’il fut décidé que 100 francs d’avant le 31 décembre 1959 vaudraient 1 nouveau franc.


Im 2 aff composéYT 716, Dallay 726,Dessin Pierre Gandon, gravure Henri Cortot,


Ainsi, la valeur en euros de notre affranchissement composé n’est pas de 0,05 + 3/6,56… = 0,51 euros  comme s’il s’était agit d’un T-P en Nouveau Franc, ainsi qu’ a voulu le faire croire son expéditeur. Sa valeur n’est en réalité que de 0,05 + 3/100ème de 6.56 ce qui donne au total 0,08 euros. Soit une insuffisance est de 0,43 euros au tarif du 1er mars 2009 pour  l’éco’ pli.


Normalement, la lettre eut donc du être taxée au destinataire. Mais comme la machine s’y est trompée, le personnel de la Poste également, elle a été remise telle qu’elle. Pour devenir une (petite) pièce d’histoire postale.


De la même veine et également très intéressant, cet autre affranchissement composé avec la Marianne de Gandon 3 F en utilisation tardive, présenté par Sophie Bastide dans le n° 1822 d’octobre 2008 de «l’Echo de la Timbrologie».


La lettre a pareillement été oblitérée par une MTP Toshiba. Cette fois, celle du CTC Montigny-le-Bretonneux  ROC 16472A où elle est passée le 04-08-08 et où elle a également reçu la marque « standart » des plis non-prioritaires. Sans plus de problèmes, ni pour le destinataire, ni pour l’expéditeur bien qu’il s’agisse ici d’un pli à la fois insuffisamment affranchi et composé avec des timbres illégaux.


Im 3 aff composé

 

Occasion de faire le point sur les limites d’utilisation des timbres français neufs.


Comme l’écrit l’Echo : «Qu’ils soient en euros, en francs nouveaux ou anciens, la plupart des timbres français peuvent être utilisés pour affranchir le courrier du moment où leur montant (ou la somme de leurs valeurs faciales) correspondent au tarif en vigueur. Toutefois, ce n’est pas le cas pour certains d’entre eux qui ont été démonétisés, c’est à dire ont perdu leur pouvoir d’affranchissement ; moins d’une centaine. Parmi eux les Semeuse, les séries Orphelins, J.O. de 1924, Arts déco. ou surchargés de la Caisse d’Amortissement».  Ces timbres démonétisés ne sont donc plus admis pour affranchir le courrier puisqu’ils en ont perdu le pouvoir ; cette non-autorisation conduisant à l’application d’une taxe au destinataire (en principe).


Par suite d’une décision intervenue au 1er novembre 1944 après la Libération du territoire et la chute du régime de fait dit «Etat Français» fondé par le maréchal, les timbres «Pétain» ont également été démonétisés. Les conséquences de leur emploi sur le courrier sont cependant différentes.

Im 4 aff composé
Emission 4 12 1941, YT 505, Dallay 513, dessin et gravure Jean Vital Prost

En effet, «ces T-P ont non seulement perdu leur pouvoir d’affranchissement mais ils sont également interdits,» rappelle S.B. Ce qui signifie que  «tout courrier revêtu d’un timbre à l’effigie de Pétain devrait (normalement)  ne pas être acheminé à son destinataire mais faire l’objet d’un retour à l’expéditeur».


«L’Echo de la Timbrologie» ne précise pas si le pli a ou non été retourné à son auteur. Mais il est fort probable que, comme le précédent, il a du être distribué à l’adresse de destination. En effet, les allers-retour de courrier coûtent de plus en plus cher à La Poste, sans compter les manipulations intermédiaires et le temps passé par les facteurs à la perception des taxes, le tout pour un gain limité. Aussi bien, l’Opérateur historique se donne t’il de moins en moins les moyens de faire respecter une réglementation méconnue par un nombre croissant de ses agents. Surtout quand elle a 65 ans.

 

M K APN 92 août 2009
Repost 0
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 11:19

Dans l’hyper - prolifération de prêts à poster en tous genres, Nanterre est à coup sûr une exception : à ce jour, La Poste n’a émis qu’un seul PAP la concernant !

 

Sa mise en service remonte au 31 janvier 2006 et résulte d’une initiative du Conseil Général des Hauts de Seine. Signalée  à ses lecteurs dans le Bulletin de l’APN 92 d’avril 2006, l’émission a eu pour cadre une série départementale destinée à présenter «les Hauts-de-Seine en image».
 
Unique PAP 1
Unique-PAP-Nanterre.jpg

A partir d’images du Service photographique du C.G.92 , cinq vues avaient été choisies pour représenter le Département par 5 propriétés départementales :

  • La Maison de Chateaubriand à Chatenay - Malabry
  •  Le Château de Sceaux
  •  Les Haras de Jarny à Marnes la Coquette
  •  Le Temple d’Amour sur l’Ile de la Jatte à Neuilly
  •  Et donc, le Parc André Malraux à Nanterre

Pour le timbre pré-imprimé, c’est le Parc de Sceaux  qui servi sur chacun des 5 PAPs de la série. La figurine reprend le T-P émis le 13 décembre 1997 dessiné et gravé par Jacques Gauthier, avec la faciale de 3 F à l’époque.

 Unique PAP 2

Le visuel représentant Nanterre est le Parc André Malraux, vue en effet très caractéristique de la Préfecture des Hauts-de-Seine.

Unique PAP 3 

Cerné d’immeubles de grande taille, ce Parc de 25 hectares semble vouloir défier la verticalité citadine par une architecture paysagère tout en souplesse.  Il s’inscrit dans un environnement on ne peut plus urbain. Avec ses monticules et ses tracés tout en courbes, il contraste fortement avec les immeubles qui le bordent : ceux en terrasse de Jacques Kalisz au Nord, les tours nuages d’Emile Aillaud au sud et la Grande Arche de La Défense en toile de fond.

 

Outre une vaste plaine destinée aux jeux et au sport, le Parc compte un lac de 2 hectares, non loin duquel se trouve un jardin de roses avec une cinquantaine de variétés.


Caché derrière une butte, un jardin de collection préserve une atmosphère plus intime. Ses allées étroites serpentent entre plantes de rocaille, graminées, rhododendrons et plantes de bruyère. Des arbres comme le séquoia pleureur ou le marronnier rajoutent encore au caractère secret des lieux.

Unique PAP 4

 

Conçu par le paysagiste Jacques Sgard, le parc porte le nom de celui qui décida de sa création dans les années 1960 : André Malraux, à l’époque Ministre des Affaires Culturelles dans trois gouvernements successifs du Général De Gaulle.

 

Cet écrivain, témoin actif de la révolution chinoise des années 20, de la Guerre Civile espagnole des années 30, puis résistant anti-nazi des années 40 a inspiré deux timbres-poste.

 

Le premier, dessinée et gravé par Claude Halley a été émis le 26.XI.1979 et commémore l’auteur de « La condition humaine », roman historique édité en 1933 qui marqua profondément plusieurs générations.  


 Unique PAP 5


 

 

 

 

 

 

 

   

Le second timbre-poste, dessiné par Marc Taraskoff, gravé par Jacky Larrivière a été émis le 25.XI.1996 pour le 20ème anniversaire de la mort de l’écrivain.

 

Unique PAP 6 

 

 

 

 

 

 

Notre PAP comporte une marque d’oblitération également remarquable qui mérite explications et développements.

 

L’empreinte est issue d’une machine Toshiba TSC 1000. Cet équipement à grande capacité (30000 plis à l’heure) est apparu en 2006 au CTC La Défense devenu par la suite PPDC : Plate-forme de Préparation et Distribution de Courrier.


Unique PAP 7

 

La Plate forme est localisée dans la partie du complexe de La Défense située sur la commune de Nanterre. Elle occupe 5000 m² en 2 étages sous l’immeuble Espace 21 ouvert en 1995 (adresse 65 Terrasse Valmy, code Regate 921690).  

 

Sur cette marque, l’annulation du timbre-poste est le fait de 4 vagues où certains distinguent la forme de « M ». Le texte à gauche est sur deux lignes : en haut « 92 LA DEFENSE », en dessous la date en JJ-MM-AA suivie de l’heure et de la mention FRANCE.

 

 Selon une étude publiée dans les «Feuilles Marcophiles» 325, 327 et 332 par Luc Guillard, leur grand spécialiste, la Machine de Tri Préparatoire (MTP) Toshiba était  arrivée le 9 janvier 2006 au Centre de La Défense pour être mise en exploitation le 20 mars 2006 après une campagne de tests.

 

Unique PAP 8 

Les premières empreintes imprimées durant la période d’essai de février- mars 2006 donnaient des vagues  plus longues, de la forme dite «w», avec les indications de service propres aux essais (ci-dessus ▲).  

 

Puis ces machines furent programmées pour dessiner des vagues en "M" comme sur l’oblitération de notre PAP Nanterre (ci-dessous ▼).

Unique PAP 9

Premier jour d’utilisation de la marque en «M» (doc. LG)

Unique PAP 10

Dernier jour d’utilisation de la même marque (doc. LG)

Unique PAP 11 

▲  Courrier reconnu comme non-prioritaire par la MTP Toshiba TSC 1000
du
Centre La Défense identifié code ROC 18740 A

programmée vague en «M» : 1er jour d’utilisation 11 – 01 - 07

Doc. LG publié dans les FM 332 p 31 

 

Ce dernier type d’oblitération  a disparu le 10 01 07 pour être remplacée par une marque sans la mention LA DEFENSE et qui, à sa place, fait apparaître pour la première fois le code ROC 18740 A.


Unique PAP 12

 

Courrier reconnu  Lettre Prioritaire par la MTP Toshiba TSC 1000 du

Centre La Défense identifié code ROC 18740 A

programmée vague en «M» : 1er jour d’utilisation 15 – 01 - 07

Doc. LG publié dans les FM 332 p 31


Signalons qu’en dehors de la PPDC implantée à la Défense et dont le code ROC est 18740 A, La Poste a implanté deux autres Centres sur Nanterre :
Ce sont :

  • L’ex Centre Courrier devenu Plate-forme de Distribution
    du Courrier installé 5 bd du Levant 92000 Nanterre code ROC 18612 A.
  • Le Centre de Tri Nanterre CTC installé 16 rue Jean Perrin 92650
    Nanterre code ROC 18769 A.
En l’état actuel de l’organisation postale sur le secteur (août  2009), le CTC reçoit le courrier «hors La Défense» dispatché par la PPDT de La Défense pour le redistribuer au niveau régional et national après un tri plus fin.

 

Cette organisation complexe n’est cependant que provisoire. Dans le cadre du plan «Cap Qualité Courrier», elle doit continuer à évoluer en 2011 avec l’ouverture de la Plate-forme industrielle du Courrier (PIC) de Villeneuve la Garenne qui remplacera les 3  anciens Centres de Tri départementaux des Hauts-de-Seine, dont le CTC de Nanterre. Avant cette échéance, somme toute lointaine, on aura tout loisir pour y revenir.

 

Remerciements à Bernard Augustin, Laurent Bonnefoy et Luc Guillard pour leur aide documentaire.

M K - APN 92 - Août 2009
 

"Post-Scriptum : Jean Grillot, Président de l'Amicale, fait observer que le paysage urbain représenté sur le PAP est aujourd'hui légèrement différent de ce qu'il était au moment de la prise de vue. En effet, une troisième tour de la Société Générale, dite "Tour Granite" de 163 mètres de haut a depuis été construite à côté des deux autres apparaissant sur la photo. Comme quoi, le quartier de La Défense, réalisé pour l'essentiel entre 1957 et 1989, n'a pas été figé une fois pour toutes."

Repost 0
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 09:26

Elle vient d’arriver aux destinataires du Catalogue de Juin-Août 2009 des timbres-poste et produits philatéliques disponibles par correspondance auprès de Phil|@poste Boulazac. D’une taille de 298 x 162 mm comme les précédentes, elle est aussi richement illustrée. Ici, par certaines des émissions de la collection d’été. En outre, elle comporte dans la partie supérieure droite une figurine « postale » qui a toute l’apparence d’un T-P mais qui, en réalité, n’en est pas un puisque dépourvue de toute valeur fiduciaire.

 

New env im 1 1

Dommage dirons certains qui en auraient volontiers fait un méga-entier postal . Mais c’est ainsi ! La figurine reprend le T-P au motif « la poule » émis en 2004 (yt 3663), dessiné par Christophe Drochon, mis en page par l’atelier Didier Thimonier et imprimé en héliogravure par l’ITVF.


New env im 2


Mais sur l’enveloppe de Phil@poste, le pseudo-timbre n’a aucune fonction postale puisque La Poste ne se taxe pas et n’a donc pas à affranchir son courrier. Il sert avant tout à mettre en vedette l’artiste animalier, interwiewé pages 4&5 du Catalogue et également auteur du Bloc « Animaux disparus ou menacés », émis le 22 juin 2009, bloc visible sur notre document. L’oblitération, quant à elle, est totalement superfétatoire et a surtout pour but d’empêcher une réutilisation abusive de la vignette.

A sa place, La Poste eut aussi bien pu imprimer une mention du genre « D.A. » : Dispensé d’affranchissement ….  Mais un simili-timbre fait autrement plus chic et plus « philatélique  que ce courrier reçu du même service, à l’époque où il s’appelait encore SPP et était basé à Fontenay-aux-roses !

New env im 3

Pour un « vrai » entier au motif « la poule », le collectionneur devra se tourner vers le Prêt à poster émis parallèlement au timbre-poste et vendu aux guichets, à l’époque : comme lui,  il a une valeur fiduciaire, même s’il n’y a pas de faciale indiquée. De plus, sa validité est permanente comme le précise le verso du PAP.


New env im 4

Le collectionneur amateur de gallinacés pourra  également rechercher cet autre entier authentique inséré dans l’Agenda de l’Ecrit 2006.


New env im 5

 

Les lecteurs du Bulletin de l’Amicale Philatélique de Nanterre connaissent ces enveloppes ainsi que la discussion dont elles ont fait l’objet quand à leur statut philatélique. Dans le N° 95 d’avril 2009, deux d’entre elles illustraient l’article consacré aux Jardins Albert Kahn de Boulogne-Billancourt (92100).


New env im 5 2  Vignette postale "Pont rouge des Jardins Albert Kahn"

New env im 6

Du point de vue thématique, chacune des enveloppes du Catalogue de Phil@poste est riche d’illustrations diverses et variées. Chaque trimestre apporte ses nouveautés. Quelques autres exemples :


New env im 7▲   Enveloppe de service utilisée en décembre 2008 , vignette Bonnes Fêtes

New env im 8    Enveloppe de service utilisée au printemps 2009 , vignette Iguane des Antilles


Il ne faut donc pas s’étonner de voir ces enveloppes de service devenir objets de collection pour elles mêmes, recherchées par les philatélistes qui n’en sont pas destinataires directs. Sur les sites Internet d’achat – vente, elles font l’objet d’enchères depuis un certain temps déjà. Pourtant rien de plus simple - et moins onéreux- que de s’adresser à Boulazac directement et de demander à figurer sur leur liste de diffusion !

M. K. APN 92 Août 2009

Repost 0
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 19:29

Plusieurs fois annoncé puis reporté durant l’automne 2008, le service français de fabrication de timbres en ligne est réellement devenu opérationnel le 5 février 2009, après une tentative le 8 janvier suivie de semaines d’indisponibilité du site . Depuis, chacun peut utiliser son propre ordinateur pour émettre un authentique timbre-poste valant affranchissement de son courrier selon le tarif en vigueur. Pour ce faire, point n’est besoin d’un logiciel spécifique. Il suffit d’une machine suffisamment puissante dotée des fonctionnalités nécessaires ainsi que d’une connexion Internet.


La vignette imprimée comporte plusieurs parties, inséparables.


Décryptage :

im 1

De gauche à droite :


- Un code à barre 2D, en fait une Data Matrix contenant
  les informations codées informatiquement et nécessaires au contrôle,

- Un code alphanumérique pour un éventuel contrôle manuel,

  au cas où la Data Matrix serait illisible,

- La mention France en majuscule,

- Le logo La Poste,

- Au dessus : le montant d’affranchissement,

- En dessous : une date de validité,

- A droite : un visuel à choisir par le client sur la base
  des propositions de La Poste.


Le service est accessible 24 heures/24, 7 jours/7. L’un des slogans de la campagne publicitaire de lancement n’a il pas été «Affranchissez vous du Bureau de Poste» ?

Une fois établie la connexion avec le site https://www.montimbrenligne.laposte.fr, l’utilisateur se voit proposer une page-écran et une procédure en plusieurs étapes, dont quatre principales :

 im 2


 

 - Première étape : d’abord « personnaliser » sa vignette.


En l’état actuel des choses, le choix n’est possible qu’entre 200 illustrations relevant des 10 thèmes du menu + un visuel spécial changé chaque semaine. Impossible donc de personnaliser avec un motif à soi. Il faudra y revenir plus loin.

Pour les collectionneurs thématistes, cette offre nouvelle est néanmoins intéressante. D’une part, il s’agit de « vrais » timbres vendus par La Poste sur tout le territoire national. En exposition F.I.P., ils sont parfaitement présentables, tout comme le sont les Empreintes de Machines à Affranchir (EMA) et les timbres  issus de distributeurs (LISA), auxquels ils s’apparentent du point de vue philatélique. D’autre part, certains thèmes (faune, flore, musique …) sont bien représentés. Enfin, il paraît fort probable que les illustrations proposées seront appelées à évoluer.

Les visuels peuvent être imprimés en couleur ou en noir et blanc.


im 3 recadrée    im 4 recadrée

  

   L’étape suivante est celle du choix des caractéristiques,

avec 3 possibilités :


- Impression en planches d’étiquettes (plusieurs tailles possibles), 

- Impression sur enveloppe ( 4 tailles),

- Impression sur bloc-roulette DYMO.


im 5 recadrée Timbre en ligne au thème Musique sur étiquette autocollante 6,3*3,4 cm

 

A l’étape du paiement de l’affranchissement, les points remarquables sont :

 

- La possibilité d’affranchir tout courrier de 20 à 3000 g.,

- L’application de la grille tarifaire du courrier prioritaire.


Exemples :

im 6Tarif de la lettre du premier échelon de poids


im 7Lettre pour la France au 3ème échelon de poids

       

  - Le choix de n’importe quelle destination, au départ de la France
   (Métropole et Outre-Mer)

  - L’absence de TVA, ce qui différencie le service de celui offert,
   par exemple en Allemagne avec PlusBrief-Individuell taxé à 19 %.


 

(PLUSBRIEF-INDIVIDUELL : PERSONNALISATION D’ENVELOPPES A L’ALLEMANDE)

 

Ce timbre électronique ne comporte pas de surcoût. Ceci le distingue également de certains services étrangers. Pour La Poste -et ce point de vue nous paraît fondé -  MonTimbrenLigne - doit être considéré comme un timbre-poste à part entière. La publicité insiste d’ailleurs sur le fait qu’un courrier ainsi affranchi peut être jeté dans n’importe quelle boîte aux lettres (sic !)

Sauf que chacune des vignettes imprimées comporte la mention « Valable jusqu’au jj.mm.aaaa » alors que les T-P issus de l’ITVF sont à usage illimité jusqu’à démonétisation. La date indiquée sur les MTeL correspond à 60 jours comptés du jour d’impression. Sur le site de La Poste,  des « raisons de sécurité » sont invoquées pour justifier cette limitation de la durée de validité.


Cependant des philatélistes spécialistes de l’automatisation du courrier (D. Stephan dans son blog, Y.Nouazé dans celui de C. Jamet) donnent à penser que cet argument masquerait une difficulté technique : la limitation de lecture de certaines  machines oblitératrices, elle même  liée à leur capacité mémoire trop faible. Celle-ci ne serait simplement pas suffisante pour prendre en compte une  date limite de plus de 60 jours. En outre, il semblerait que seules les TOSHIBA MTP (Machines de Tri Préparatoires) de dernière génération soient capables de reconnaître le code 2D des MonTimbrenLigne(s). En revanche, les TOSHIBA TSC 1000, mises en service en 2006, n’arriveraient ni à lire ce fameux Data Matrix Code, ni non plus le code alphanumérique.


Ceci expliquant peut-être cela ?


im 8 recadréeCourrier affranchi avec un timbre en ligne au thème cyclisme sur étiquette 9,8*3,4

non oblitéré mais circulé (barres d’indexation sur l’enveloppe) et distribué au destinataire


Ou encore cela ?


im_9.jpg Timbre en ligne au tarif prioritaire imprimé sur l’enveloppe 22*11

mais traité comme non-prioritaire par une oblitératrice TOSHIBA TSC 1000


Et sans nul doute cela aussi :

im 10 1Montimbrenligne au motif violon, non reconnu par deux machines de tri.

Résultat : lettre taxée au destinataire !!!


N’étant pas expert en la matière, ne sachant ni l’importance relative de chaque type de machine à oblitérer dans le parc de La Poste, ni leurs performances, nous en resteront provisoirement là avec ces remarques. Non sans observer à travers l’exemple du timbre au thème musique ci-dessus que d’évidents progrès restent à faire par La Poste avant que l’on puisse voir ses différentes entités  accorder leurs violons !

Merci en tout cas à qui éclairera notre lanterne  et nous précisera aussi comment se comportent les machines oblitératrices NEOPOST face à ces nouvelles créations. En effet, les équipements de ce modèle ne semblent pas mieux reconnaître correctement MonTimbrenLigne, comme il ressort du même exemple :

im 10 recadréeTimbre en ligne valable jusqu’au 13 09 2009 oblitéré deux fois au Centre 39289A le 15 07 09

  Non reconnu par la Toshiba : « Timbre non conforme » (marque par jet d’encre noire)

Non reconnu par la Neopost « Affranchissement non réglementaire A TAXER » (couleur bleue)


Ce que paraît confirmer cette autre marque d’annulation d’un MTeL :

 im 12Timbre en ligne découpé sans la date de validité et recollé
sur enveloppe Oblitération par machine Néopost à vagues pleines

Courrier arrivé à destination malgré l’insuffisance tarifaire et l’absence de date

(Tarif de la Lettre Prioritaire 0,56 depuis le 1er mars 2009) 

L’étape terminale reste celle de l’impression de la vignette
sur le support de son choix .

- Avant l’édition définitive, il est conseillé de tirer un timbre «spécimen» :

im 13

  Son utilisation pour le courrier est évidemment interdite.

- Pour l’impression du visuel, quatre formats sont possibles, deux en paysage, deux en portrait, plus ou moins larges selon le nombre de chiffres de la faciale (3 ou 4).


im 8 

Pour le collectionneur désirant exposer ses trouvailles, par exemple en section thématique, ces différences de format des visuels combinées aux différences de support, de mode d’impression et de niveau de tarification sont riches de développements possibles dans le cadre de ce qui pourra alors constituer une véritable « étude philatélique ». Sans compter tous les commentaires possibles sur les modes d’oblitération et les  matériels utilisés pour annuler les vignettes.


Avant de conclure, quelques dernières remarques sur cette nouvelle offre, globalement intéressante, tant pour le client de MTeL  que pour le collectionneur.


La production d’un «MonTimbrenLigne» parait en définitive assez simple. Ce qui l’est moins, c’est la circulation des courriers ainsi affranchis à travers la chaîne d’acheminement et leur passage devant le module « oblitération » de certains équipements, pourtant récemment installés. Celui-ci donne encore lieu à des nombreuses anomalies, qui parfois pénalisent l’usager lorsque le destinataire doit s’acquitter d’une taxe pour insuffisance d’affranchissement. Mais en même temps, les dysfonctionnements au stade de l’oblitération pourrons donner lieu à la production de pièces philatéliquement très intéressantes, telles celles présentées ci-dessus.


En outre, la sécurisation absolue ne semble pas garantie totalement, peut-être pour les mêmes raisons. N’a t’on pas vu apparaître sur Internet des plis ayant circulés mais comportant des vignettes totalement « personnalisées », notamment avec des « timbres courants arrangés » ?


Comme par exemple celui-ci :


im_9_1-copie-1.jpgFaux timbre en ligne oblitéré 6 jours après la première ouverture du site

Non reconnu par la machine TOSHIBA qui a traité la lettre comme un ECOPLI

(absence de la mention Lettre Prioritaire)


En l’état actuel des choses, cette personnalisation intégrale, théoriquement impossible, est formellement interdite. Ce qui la distingue également de l’offre allemande «Plussbrief - Individuell» dont les vignettes avec le Data Matrix Code sont ressemblantes mais procèdent davantage de l’offre   «MonTimbreàMoi» ou «IDTimbre».


Les affranchissements français fabriqués à domicile par ordinateur et totalement personnalisés -hors les 200 figurines proposées-  sont  donc nécessairement des faux résultants de manipulations informatiques.


S’agissant des Mariannes et autres timbres issus du programme officiel arrêté par le Ministre, il est d’ailleurs précisé dans les « Questions-Réponses » du site de La Poste qu’il s’agit de modèles déposés, à ce titre non reproductibles en dehors de leur attribution à l’ITVF.


Pour l’Opérateur postal , les pertes de recette consécutives à la fraude ne devraient pas être trop importantes, étant donné le caractère marginal de l’usage du timbre en ligne. Pour l’instant. Sans doute inférieures aux coûts de mise au point des moyens de contrôle. En sera t’il toujours ainsi ? L’avenir le dira. A La Poste de se défendre. Les textes réprimant les contrefaçons de valeurs fiduciaires existent. Il n’ y a qu’à les appliquer, ne serait ce que pour faire respecter la crédibilité du système.


Terminons par une anecdote amusante :

  im 10

Au sein de l’entreprise Poste «MonTimbrenLigne» a été développé et lancé, non pas par Phil@poste, ex-Service Philatélique de la Poste (SPP), mais par la Direction du Courrier. Ce choix d’organisation est logique et s’explique facilement par la nécessité d’articuler le plus étroitement possible la production de timbres par ordinateurs personnels à celle des autres éléments de la chaîne du courrier électronique (nouvelles machines de tri, de reconnaissance et d’oblitération). Fallait il pour autant que la dite Direction méconnaisse la philatélie et les philatélistes au point de ne pas savoir orthographier correctement le «programme philatélique officiel», rebaptisé "philathèlique" sur son site ? On vous le disait plus haut : cette grande maison a encore des progrès à faire dans la coordination interne …


                                            Michel Krempper APN 92 Juillet 2009
Repost 0