Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Amicale Philatélique de Nanterre
  • Amicale Philatélique de Nanterre
  • : Les réunions sont ouvertes à tout philatéliste, même non adhérent, mais qui souhaite partager sa passion autour du timbre et de la lettre. Réunions 1ers et 3èmes dimanches de chaque mois à 10h. Villa des Tourelles 9, rue des Anciennes Mairies à Nanterre. Adresse E-mail : apn92@free.fr
  • Contact

Profil

  • APN92
  • Réunions de l'Amicale Philatélique de Nanterre - 1ers et 3èmes dimanches
  • Réunions de l'Amicale Philatélique de Nanterre - 1ers et 3èmes dimanches

L'APN

L’association philatélique est le lieu privilégié pour partager sa passion, développer des échanges trouver la convivialité et l’amitié autour d’un loisir commun. Au-delà, elle permet de véhiculer l’information, de découvrir, d’échanger par l’intermédiaire de services structurés. L’association philatélique rompt l’isolement et intègre le collectionneur dans un groupe de contact.

Téléphone : 01 41 37 71 35 (Répondeur)
apn92@free.fr

Recherche

1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 13:24

En dépit de ses cinq cent ans, l’œuvre de Léonard de Vinci (Figure 1) se retrouve régulièrement sous les feux de l’actualité artistique : rien qu’en 2012, on lui aura trouvé par deux fois une sœur, grande ou petite, voire des jumelles ! Chaque année rajoute aussi des titres à la liste pourtant déjà longue des ouvrages qui lui sont consacrés.

Figure 1 - Carte Maximum 1952 TP France YT 929.

Figure 1 - Carte Maximum 1952 TP France YT 929.

La Joconde, ou Portrait de Mona Lisa, est un tableau réalisé entre 1503 et 1506 par le peintre italien mort à Amboise en 1519. Il représente un buste, très probablement celui de la florentine Mona Lisa del Giocondo (Figure 2). Cette peinture à l'huile sur panneau de bois de peuplier de 77 x 53 cm est exposée au musée du Louvre à Paris dont elle est la pièce-phare (Figure 3). C’est l'un des rares tableaux attribué de façon certaine à Léonard de Vinci.
Figure 2 - France 1990 YT 3225.

Figure 2 - France 1990 YT 3225.

Figure 3 - France YT 2852A.

Figure 3 - France YT 2852A.

Ce portrait est devenu une peinture célèbre d’abord parce que, dès sa réalisation, de nombreux peintres l’ont pris pour référence : il constitue alors l'aboutissement des recherches du XVème siècle sur la représentation d’un modèle. Par la suite, à l'époque romantique, les artistes ont été fascinés par l'énigme du personnage, contribuant à développer le mythe qui l'entoure et faisant de cette peinture l’une des œuvres d'art les plus connues au monde, si ce n'est la plus connue. Au XXIème siècle, elle est passée au rang d'objet d'art le plus visité de la planète, juste devant le diamant Hope. Au musée du Louvre, la Joconde bénéficie depuis mars 2005 d'une salle rénovée et spécialement aménagée pour la recevoir, la salle des États. Sa mise en valeur et sa protection sous vitre blindée ont été co-financées par une chaine de télévision japonaise.
 
 
En 2012, la Joconde est, par deux fois, venue défrayer la chronique avec la publicité faite à deux importants tableaux. L’un se trouvait depuis 1819 au Musée du Prado à Madrid (Figure 4) mais n’a été authentifié qu’il y a peu, après qu’un nettoyage méticuleux ait fait réapparaître le paysage du fond (Figures 5a, 5b) et permette d’établir qu’il s’agissait d’une copie.
Figure 4 - Espagne Musée du Prado.

Figure 4 - Espagne Musée du Prado.

Figure 5a - La Joconde du Prado à Madrid.

Figure 5a - La Joconde du Prado à Madrid.

Figure 5b - Détail de la Joconde du Prado.

Figure 5b - Détail de la Joconde du Prado.

Non pas d’une copie quelconque mais d’un tableau présentant la particularité d’avoir été réalisé dans l’atelier du Maître en même temps que l’original, sans doute par l’un de ses plus proches élèves. Réalisée sur bois de noyer, la Joconde de Madrid est d’un format très semblable à sa sœur du Louvre : 76 x 57 cm1.
 
 
Le battage pour l’autre tableau remonte tout juste au mois de septembre dernier avec la présentation très médiatisée de la Mona Lisa d’Isleworth2. Découvert en 1913 par un collectionneur, Hugh Blaker, dans un manoir de l'ouest de l'Angleterre, il avait été transféré près de Londres dans le quartier d'Isleworth, dont il a pris le nom. Après avoir changé de mains plusieurs fois et passé 40 ans dans un coffre d’une banque suisse, il est à présent propriété de la Mona Lisa Foundation basée à Zürich, émanation d’un consortium emmené par David Feldman, bien connu des collectionneurs et des philatélistes. Pour cette Fondation, l’attribution à Léonard ne fait pas de doute. Il s’agirait d’une version de dix ans plus jeune que la Joconde du Louvre, présentant la même femme mais avec dix ans de moins (Figure 6).
Figure 6 - Mona Lisa d’Isleworth et la Joconde du Louvre.

Figure 6 - Mona Lisa d’Isleworth et la Joconde du Louvre.

Des différences marquantes distinguent cependant les deux peintures : si la posture du modèle et ses vêtements sont similaire, la dernière huile est plus grande, ses couleurs sont plus vives, elle a été peinte sur toile et non sur bois qui était pourtant le support préféré de Léonard. Les spécialistes sont donc partagés. Devant les interrogations de certains, on ne peut que conclure : affaire à suivre ...
 
Une œuvre aussi considérable a naturellement suscité une bibliographie exceptionnellement importante. Le meilleur y côtoie le pire. La complexité du tableau a inspiré des interprétations les plus variées. A côté de l’histoire de l’art, de la science, de la psychanalyse, de la vulgarisation, l’ésotérisme s’en est aussi emparé. Paru dans la foulée du Da Vinci Code (Figure 7), succès mondial tiré à 85 millions d’exemplaire avec une couverture illustrée par Mona Lisa, le dernier du genre s’intitule Isis, la Joconde révélée. Pour son auteur, le visage serait en fait un portrait scindé en deux parties : d’un côté Lisa à 20 ans, de l’autre la même à 30 ans, preuve selon lui que Léonard n’a pas voulu faire le portrait d’une personne mais … celui de la déesse égyptienne Isis, épouse d’Osiris 3.
 
La notoriété de l’œuvre de Léonard de Vinci explique le nombre de reproductions de son tableau par les différentes Postes du monde. Michel Wagner, plasticien et philatéliste, en dénombre près de 50 mais n’est sans doute pas exhaustif4, d’autant que son chiffre ne prend pas en compte les entiers postaux5. Cette évaluation ne doit cependant pas faire illusion, tant sont variables l’intérêt thématique et la qualité des différentes vignettes postales (ou prétendues telles). Pour permettre au philatéliste de s’y retrouver, essayons de trier dans cet ensemble disparate.
Figure 7  Couverture du succès mondial de Dan Brown.

Figure 7 Couverture du succès mondial de Dan Brown.

________________________________________________________________________

  1. Marion Coquet, L’autre Joconde à Madrid, Le Point, actualité culture, 1er février 2012.

  2. AFP, Une version antérieure et controversée de la Joconde présentée à Genève, Le Point, actualité culture, 28 septembre 2012.

  3. Thierry Gallier, 500 ans après sa création…Isis, la Joconde révélée, éditions Maxiness, 2011, 84 p.

  4. Michel Wagner, Of Bridges & Stamps www.timbresponts.fr a apporté son concours à notre article, il est également membre de l’APN.

  5. L’inondation du marché philatélique via internet par les innombrables repiquages d’entiers chinois non-postaux rend impossible leur comptage.

Émissions reproduisant correctement l’intégralité du tableau
 
Nous mettrons à part les vignettes prohibées par la FIP évoquées plus loin. Pour n’en rester qu’aux timbres- poste émis licitement sur la Joconde, on s’aperçoit que le collectionneur souhaitant présenter une reproduction intégrale de Mona Lisa dans une exposition philatélique officielle n’a en réalité qu’un choix restreint. En dépit de l’abondance apparente de la production mondiale sur le sujet. Trop peu d’émissions présentent en effet un cadrage d’ensemble correct et une fidélité des couleurs satisfaisante. Parmi les exceptions, retenons les figures 8 à 13.
 

APN - Mai 2013 - A suivre ...

Figure 8 - Guinée Bissau 2007.

Figure 8 - Guinée Bissau 2007.

Figure 9 - Guinée Équatoriale 1974.

Figure 9 - Guinée Équatoriale 1974.

Figure 10 - Guinée Équatoriale 1974.

Figure 10 - Guinée Équatoriale 1974.

Figure 11 - Guyana 1993.

Figure 11 - Guyana 1993.

Figure 12 - Mali 1969  YT PA 80.

Figure 12 - Mali 1969 YT PA 80.

Figure 13 - Moldavie de 2002,  Bloc-feuillet 29 avec un autoportrait du Maître.

Figure 13 - Moldavie de 2002, Bloc-feuillet 29 avec un autoportrait du Maître.

Repost 0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 10:48

La sixième version sera celle du bloc définitif. Le bon à tirer a été validé le 17 août 2012.

12-Bon-a-tirer-signe_rec.jpg

Bon à tirer signé du 17 août 2012 par Marc Boukebza


Restait à réaliser les Timbres à date pour les Premiers Jours prévus à Belfort mais aussi à la base Dumont D’Urville en Terre Adélie. Aurélie Baras a réalisé trois essais  avant que ne soit validée la version définitive.


13-TAD-Essai-1_rec.jpg

Premier essai de TAD.

14 TAD Essai 2 rec

Deuxième essai : les différences portent uniquement

sur le choix de police et de taille des lettres du texte.

 

15 TAD Essai 3 rec

Troisième essai : le texte s’inscrit dans une couronne. La date est soulignée.
Il manque une majuscule à « Adélie » en bas à droite.


15 TAD TAAF EXE rec

Version définitive : la couronne n’a pas été retenue. La mention « 1er Jour » apparaît.
Adélie a retrouvé sa majuscule. Le mot « TAAF »
a été déplacé de la couronne vers le centre de l’image.


16 TAD TAAF EXE Belfort recLe TAD définitif pour le Salon de Belfort.

 

18 CP PJ TAD BelfortCarte maximum avec le cachet de Belfort


Une enveloppe souvenir a également été créée par la maison Farcigny.


19-Enveloppe-PJ-TAD-Belfort-signee-A-Barras.jpg

Enveloppe Premier Jour signée de l’artiste Aurélie Baras (photo Manuelle Cottin).

 

Dans la grande famille des passerelles et des ponts, la passerelle à manchots de Terre Adélie constitue un élément atypique qui devrait intéresser les collectionneurs pontifes, mais qui devrait aussi trouver sa place dans de nombreuses autres collections thématiques.

APN - 2013

Repost 0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 10:22

Une performance artistique :

L’idée étant acquise, reste à restituer le dispositif sur un timbre, certes de grand format, mais le challenge n’en demeurait pas moins intéressant. Pour ce faire, Marc Boukebza, Directeur de la Philatélie des TAAF décide de faire appel à Aurélie Baras, artiste designer graphique expérimentée dans le domaine de la production philatélique. A l’âge de 28 ans, elle entame une collaboration avec La Poste et, depuis 1995, on lui doit plus d’une vingtaine de timbre à l’unité ou en feuillet pour la France et la Nouvelle Calédonie, mais aussi l’illustration d’enveloppes, la création de bloc CNEP, vignettes Lisa et de divers produits philatéliques. 

C’est un grand défi pour un artiste de représenter de façon bien vivante des animaux qu’ils n’ont jamais eu la chance d’observer dans la nature. Aurélie Baras a proposé successivement plusieurs dessins modifiés d’une étape à l’autre en fonction des observations formulées notamment par Yvon Le Maho. Une étape décisive a été franchie lorsque celui-ci à fourni à Aurélie Bras des vidéos de passages de manchots sur la passerelle, lui permettant ainsi de traduire remarquablement bien l’allure des Adélies en mouvement.  

 

7 premaquette passerelle manchots 1 mars 2012

Première prémaquette du bloc : la représentation des manchots n’est pas très naturelle,

le fond de l’image est (volontairement) flou, on ne voit qu’un élément de la passerelle.
Le texte est incomplet.

8 premaquette 2 30 mars 2012

Deuxième prémaquette : les deux passerelles sont représentées, mais la démarche
des animaux reste peu naturelle. Le fond de l’image reste assez effacé.
Le texte proposé par Yvan Le Maho est complet.


9 timbremanchots baras 23 4 2012

Troisième version : le fond du bloc est plus net, restituant mieux
l’environnement des manchots. Le nombre de manchots représentés a été augmenté.


10 timbremanchots21 mai 2012 barasQuatrième version : la représentation des manchots correspond mieux

à leur démarche naturelle, sauf pour celui situé à gauche sur la passerelle descendante.
Six animaux sont dessinés sur le bloc au lieu de 7.


11-timbremanchots3_baras.jpgCinquième version : le manchot de gauche a été redessiné, pour bien faire

apparaître son mouvement. On aperçoit plus à gauche un autre animal
qui vient de franchir la passerelle.

A suivre ...

APN - 2013

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 15:31

Pour une meilleure insertion dans le milieu naturel, de grosses pierres ont été disposées, qui ne touchent pas les plates-formes (pour évidemment ne pas biaiser la pesée), ceci afin que les passerelles soient mieux intégrées à l’environnement. Il est également très important que le manchot qui arrive devant une passerelle ait la vision de son autre extrémité (ce qui n’est pas le cas s’il doit sauter en hauteur pour y accéder).  La passerelle est donc disposée de sorte à ce que la montée ou la descente soit le moins abrupte possible pour les manchots. 


5 Passerelle à manchots 2Le site montrant le trajet des manchots.


La passerelle a une dimension de 100 x 50 cm. Elle est composée de trois plateaux non magnétiques fabriqués en fibre de verre. Le choix de grilles en fibres de verre pour les plateaux a été retenu pour deux raisons essentielles, d’une part  la neige s’accumule moins car elle passe à travers les grilles, et d’autre part, des plateaux métalliques seraient incompatibles avec la RFID (RadioFrequencyIDentification).


6 Passerelle à manchots 4

Gros plan de la passerelle descendante, où l’on peut percevoir le matériau qui la compose.
Le panneau de signalisation reflète l’humour des chercheurs et ingénieurs à l’origine de ce projet, mais pas seulement, car le passage d’un homme détruirait les capteurs de pesée,
qui ne peuvent tolérer une masse supérieure à 5 kg !


L’identification des animaux par radiofréquence et leur pesée électronique sont ainsi assurées à chacun de leur passage. L’augmentation de poids des manchots en mer durant un intervalle de temps donné constitue à la fois une indication sur l’évolution des ressources marines et sur leur accessibilité en fonction de l’étendue de la glace de mer.


7 la démarche du manchotLe manchot Adélie et sa démarche particulière
Photo Manuelle Cottin.

 

A suivre ...

APN 2013

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 13:28

Peser les manchots,
pour mieux les protéger !

 

Les timbres des TAAF sont consacrés à des thèmes nombreux et variés : si la nature, faune et flore y sont largement représentées, on  trouve aussi des émissions présentant les initiatives techniques et scientifiques développées dans ces territoires dans des buts de développement des connaissances et plus particulièrement pour une meilleure protection de l’environnement.

A ce point la technique est le relai de la recherche scientifique pour expérimenter les solutions proposées par les chercheurs.

Parmi les moyens techniques ayant eu l’honneur d’être retenus comme sujet d’émission de timbres, figurent des bâtiments, des équipements divers, des matériels, mais pas ou peu d’ouvrages d’infrastructure.

Sans doute, pour réparer cet oubli, le programme philatélique 2013 a retenu l’émission d’un timbre consacré à une passerelle technique destinée à l’identification et à la pesée électronique des manchots.

C’est finalement au titre de «hors programme 2012 » que ce timbre, devenu entre temps un feuillet, a été émis, lors du Salon Timbres Passion à Belfort le 2 novembre 2012.  


1-BF-definitif.jpgBloc feuillet définitif.

 

Un outil scientifique sophistiqué :

Ce type d’ouvrage est particulièrement original en raison même de son usage très particulier que l’on ne rencontre que dans cette région du globe.

L’objet de cette passerelle est de peser les manchots lors de leur séjour en mer afin de mesurer la variation de leur poids entre leur départ à la mer et leur retour dans la colonie. Reflet de l’abondance des ressources marines, ce dispositif   constitue un nouveau type d’observatoire pour étudier l’effet du changement climatique sur la biodiversité.

En fait, en réalisant une pesée automatique, on fait coup double : le premier point est, majeur car il concerne l’éthique : en effet, on évite par ce procédé le stress et donc la perturbation liée à la capture de l’animal pour sa pesée. Le second est l’obtention de mesures 24 h sur 24, et quelques soient les conditions météorologiques résultats que seule la pesée automatique permet d’obtenir. Mais une pesée automatique n’est évidemment rendue possible que par une identification automatique…

Sur l’initiative d’Yvon Le Maho, Directeur de Recherche au CNRS et Membre de l’Académie des Sciences, le premier dispositif de pesée automatique a en fait été installé pour des manchots royaux durant l’été Austral 1991-1992 dans la Baie du Marin, sur l’Ile de la Possession (Archipel de Crozet). Ce dispositif, le premier de ce type, a été rendu possible par la mise au point de l’identification par radio-fréquence (RFID) par Texas Instruments Pays-Bas. Ce développement était encore tout récent puisqu’il faisait encore l’objet de tests. Ainsi, dans le cadre d’un partenariat avant commercialisation avec cette société, les premiers animaux à être identifiés électroniquement dans le milieu naturel ont été des manchots royaux des TAAF.  Pour de telles avancées méthodologiques majeures, le rôle des ingénieurs est évidemment primordial et dans l’équipe de Yvon Le Maho c’est l’ingénieur Jean-Paul Gendner bien connu des radio-amateurs, qui conçut le dispositif de Crozet. Celui-ci fit l’objet d’un premier timbre des TAAF. (YT n°180 de 1993).


2-TP-TAAF-180-1993_rec.jpg Timbre émis par les TAAF en 1993 (YT n°180)
représentant le premier dispositif expérimenté sur l’Ile Crozet.

 

Bien sûr, ce dispositif novateur fut rapidement copié par des chercheurs australiens, anglais et américains, à la fois pour des manchots Adélie en Antarctique, mais aussi pour des manchots subantarctiques et australiens.

Cependant, comme pour tout dispositif pionnier, il avait évidemment des imperfections, qui n’avaient pas été corrigées et n’ont pas été résolues dans les « copies ». Grâce à plusieurs astuces de l’ingénieur Benjamin Friess, le dispositif installé en Terre Adélie est en fait le premier à avoir résolu les difficultés inhérentes à une approche pas si simple qu’elle pourrait paraître. Ecoutons Yvon Le Maho, qui a également supervisé la mise au point du nouveau dispositif : « L’un des principaux problèmes auxquels nous avons été confrontés : faire en sorte que des manchots entrants ou sortants ne se retrouvent pas face à face sur la passerelle. Comme on le voit sur l’image ci-dessous , les oiseaux sortants empruntent le couloir le plus central et sortent par la passerelle correspondante. Ils ne longent pas la partie de rocher droite qui leur ferait se retrouver face à face avec des entrants. C’est l’inverse pour les animaux qui entrent, leur cheminement naturel les amène à utiliser cette même passerelle. Nous avons donc fait en sorte que les passerelles d’entrée et de sortie soient installées en fonction du passage le plus naturel pour les manchots Adélie. Cela fonctionne remarquablement bien. Et pas seulement pour les ‘résidents’ de notre colonie d’étude… Les manchots Adélie qui,  installés dans des colonies aux alentours, ont l’audace de venir voler des  cailloux à  nos résidents pour faire leur nid  utilisent généralement les bonnes passerelles pour entrer et sortir! ».


3-Passerelle-a-manchots.jpg

Photo de la passerelle montrant les deux passages.


Le deuxième défi était d’allonger chaque passerelle afin d’augmenter la durée du passage des manchots et ainsi obtenir une meilleure précision de la pesée. Mais cela augmentait d’autant le risque d’avoir plusieurs manchots passant simultanément sur la passerelle et donc d’avoir des pesées automatiques inexploitables. Chaque passerelle est donc divisée en trois plates-formes, avec un petit espace entre chacune . Deux oiseaux se suivant sur la passerelle peuvent donc être pesés indépendamment. 


4-Passerelle-a-manchots-3.jpg

La passerelle du haut sur laquelle on peut apercevoir les 3 éléments qui la compose.

 

 A suivre ...

APN Janvier 2013

 

Repost 0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 06:59

DU TIMBRE EMIS EN L’HONNEUR
DE SAINTE GENEVIEVE

INFORMATIONS

 

A l’occasion de l’émission par La Poste d’un bloc feuillet consacré aux « Grandes heures de l’Histoire de France », honorant Sainte Geneviève et Clovis, un bureau de poste temporaire sera ouvert les 9,10 et 11 novembre, de 9h à 18h à la Villa des Tourelles à Nanterre, ville natale de Sainte Geneviève.


On pourra s’y procurer le bloc feuillet, et l’affranchir avec un cachet à date illustré spécial, dans le dessin duquel le graveur a mis la Sainte Patronne de Nanterre en exergue.

Bloc-GHHF.jpg

Grandes-Heures-Histoire-France-92_Louis-Boursier-seul.jpg

Ce bureau sera accompagné d’une exposition sur Sainte Geneviève, avec un éclairage sur son rôle local, organisée avec le concours de la Société d’Histoire de Nanterre, avec l’aide de la Paroisse de Nanterre qui a mis ses archives à disposition.


Le samedi 10 au matin, Louis Boursier, graveur du bloc feuillet et concepteur du cachet à date sera présent pour signer les souvenirs qui lui seront présentés.


Le samedi à 15h, une conférence sera donnée par Michel Krempper, membre de l’Amicale Philatélique de Nanterre sur les rapports entre Sainte Geneviève et Clovis dans la période troublée du Vème siècle.


Des souvenirs philatéliques seront disponibles : cartes postales, cartes maximum, timbres à moi.


L’exposition ouverte au public sera prolongée du 12 au 24 novembre tous les jours, de 14h30 à 18h30.


Nous espérons y rencontrer de nombreux nanterrois attachés à leur ville et à son histoire.

Repost 0
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 20:21

les 9, 10 et 11 novembre à Nanterre, Villa des Tourelles,

9 rue des Anciennes Mairies (RER A Gare Nanterre Ville), Premier Jour du bloc feuillet

"Grandes Heures de l'Histoire de France :

Clovis et Sainte Geneviève"

Bureau temporaire et exposition consacrée à Sainte Geneviève organisée avec le concours de la Société d'Histoire de Nanterre Renseignements à "apn92@free.fr"

Repost 0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 09:48

Une assistance nombreuse et de qualité


Au milieu des amateurs d’Art postal et des philatélistes de l’Ile de France, se retrouvaient différents participants au concours, certains venus de loin. Une occasion de faire (ou refaire) connaissance et d’échanger sur leur pratique personnelle et de comparer leur approche. Une occasion également de s’entretenir avec les membres du jury d’évaluation, présents pour la circonstance : Michel Wagner, peintre, plasticien et collectionneur ; Thycia Hardelay, responsable du Pôle Culture de la Protection Judiciaire de la Jeunesse ainsi que les participants au Colloque de l’après-midi.

28-janvier-MK 2595-copie-2Michel Wagner entouré de Nagib Benchecroun et Michel Krempper


28-janvier-MK-3074.jpgThycia Hardelay et Sylvie Graindorge

 

28-janvier-MK-2687.jpgPierre Jullien (de dos), Michel Wagner, Michel Krempper
et Robert Deroy (à droite)


Pendant toute la durée de l’Exposition, les visiteurs étaient invités à répondre à un Quizz : 15 questions pointues relatives aux différentes œuvres présentées. Un jeu qui leur permettait également de faire connaître leurs propres préférences. Et surtout une occasion de mesurer l’étendue des talents des différents participants au concours ainsi que la qualité des œuvres prêtées par les différents contributeurs : L’Adresse Musée de la Poste et collectionneurs privés tels Alain Barbet et Jean-Pierre Guffroy.

 

28-janvier-MK 2718Visiteur participant au quizz

 

28-janvier-MK-2599.jpgAlain Barbet, Président de l’UFPP-SATA, invité d’honneur


Pour ceux qui voulaient en savoir plus sur le Mail Art


En parallèle, les plus curieux sur le Mail Art et l’Art Postal se voyaient proposés une projection : celle d’un film de 50 minutes présenté initialement sur TF1 et réalisé par Balmier avec l’aide du Musée de la Poste qui assure la promotion du Mail Art depuis 15 ans et conserve dans ses collections plus de 5000 pièces. Une occasion d’en savoir plus sur cette pratique artistique et les différents courants qui s’en sont emparés : un art certes ouvert à tous mais pas dédaigné pour autant par des artistes renommés.


28-janvier-MK-2711.jpgLa salle de projection


L’appui de La Poste


La Poste figurait parmi les tous premiers partenaires officiels de l’APN 92 quand celle-ci a lancé son Initiative Art Postal. Un peu logique non ? Sans l’opérateur postal à qui les mail-artistes confient leurs précieux plis, le Mail Art pourrait il seulement exister ? Mais en l’occurrence, la Poste ne s’est pas contentée d’acheminer à bon port jusqu’à la Villa des Tourelles tous les envois dûment affranchis qui lui avaient été confiés dans le cadre du concours (sans exception), quelque soit leur matériau ou leur forme. Elle a aussi voulu participer aux récompenses. Et c’est ainsi qu’un des heureux lauréats, en fait une lauréate, s’est vu attribuer … un vélo de facteur. De plus, pour l’inauguration de l’Exposition, un bureau de vente animé par la Direction du courrier des Hauts-de-Seine venait rappeler que la philatélie comme le MailArt, ce sont aussi et d’abord … des timbres -poste.

28-janvier-MK 2577Le bureau de vente installé par La Poste


Une manifestation inédite :
le Colloque Art Postal et Philatélie


Autre temps fort de cette journée, organisé dans un autre équipement culturel de la Ville de Nanterre, l’Agora : un débat animé par Pierre Jullien, journaliste au Monde. Après un rappel des origines anciennes et contemporaines du Mail Art fait par Michel Krempper, Mauricette Feuillas, Directrice de l’Adresse Musée de la Poste soulignait que son Musée intégrait à l’Art Postal toutes les créations en rapport avec le thème postal : une forme de « classe ouverte » permettant de créer des objets timbrés et des enveloppes d’artiste qui peut-être négligées aujourd’hui, auront des chances de se voir très recherchés demain. Comme le soulignait M. Krempper, il suffit pour s’en convaincre de suivre dans les ventes spécialisées les cours de tels documents anciens ou modernes émanant de « signatures célèbres », dont les prix atteignent parfois des sommets. Sophie Bastide, rédactrice en chef de l’Echo et d’Atout-Timbres, expliquait pour sa part qu’il n’y avait pas matière à opposer Art postal et Philatélie cependant que Robert Deroy, après quinze années de présidence de la FFAP concédait la difficulté de cette structure à développer des pistes innovantes telles que le Mail Art : une institution d’un côté, une pratique non-institutionnelle de l’autre. A partir de son expérience de Directeur de la Philatélie des TAAF, Marc Boukebza soulignait le rôle essentiel des artistes dans la création philatélique, tout en dénonçant la frilosité du négoce au regard de certains produits qui, pourtant, font rêver, à l’instar des « carnets de voyages » des TAAF.

Autres interventions, celles particulièrement toniques de Philippe Charron, mail artiste accompli et Sylvie Graindorge, lauréate du concours et autre artiste reconnue.  Leur engagement autours d’une expression « hors norme » du timbre et le témoignage de leurs expériences auprès des jeunes leur ont valu les applaudissements de l’assistance. Tout comme pour Thycia Hardelay qui, de son poste au Ministère de la Justice se sert de l’Art Postal pour la réinsertion de jeunes placés sous contrôle judiciaire.

28-janvier-MK 2884

28-janvier-MK-2901-copie-1.jpg

28-janvier-MK-2905-copie-1.jpg

28-janvier-MK-2915.jpg

28-janvier-MK-2933.jpg 

28-janvier-MK-2936.jpg

Moments du colloque


Une conclusion conviviale :
la remise des récompenses

Point d’orgue de la journée la lecture du palmarès dans les différentes catégories de participations et la remise des récompenses aux créateurs classés par le jury, clôturée par un « pot » particulièrement animé, durant lequel récipiendaires, organisateurs et invités pouvaient faire plus ample connaissance. Le temps d’échanger des avis, des opinions, mais aussi des adresses …. pour l’envoi entre participants d’autres enveloppes illustrées. Avant d’être objet de concours ou de compétition, le Mail Art authentique n’est il pas d’abord objet de don et de réciprocité ?


28-janvier-MK-2963.jpg

Sylvie Graindorge


19-La-classe-de-CE1-de-Neuilly_rec.jpg

La classe de CE1 de Neuilly-sur-Seine

 

MK - APN Mai 2012

Repost 0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 12:18

Pour l’Amicale Philatélique de Nanterre et, plus généralement, pour l’Art Postal en Île de France, le samedi 28 janvier restera une date importante. Après avoir vu confluer sur la Villa des Tourelles, siège de l’APN 92, un ensemble inattendu de 371 envois venus de 20 pays différents, de l’Argentine à la Turquie, du Canada au Japon mais aussi bien sûr de France, l’Amicale présentait au grand public les participations à son concours organisé au dernier trimestre de 2011. Le cadre : la Galerie des Tourelles, équipement culturel, propriété de la ville, dédié tout au long de l’année à des expositions artistiques de qualité.

Une scénographie originale

Pour beaucoup, exposition philatélique signifie encore trop souvent alignement monotone de panneaux rébarbatifs accessibles aux seuls initiés. Ici, surprise ! Sous un éclairage adapté et sur fonds de murs blancs, des ensembles colorés et chatoyants de pièces chacune mise en valeur, soit en présentation murale, soit suspendue dans des cadres transparents, soit sous vitrine, soit sur des supports adéquats pour les plus volumineuses. Et pour se voir encore mieux mises en valeur, les participations jeunesse étaient d’emblée présentées à l’entrée de la grande salle. Une mise en avant justifiée : 300 jeunes de moins de 18 ans n’avaient ils pas participé - individuellement ou en groupe - par les biais des écoles, des centres sociaux et de loisirs ?

28-janvier-MK-3225-copie-1.jpgVue générale de l’exposition

28-janvier-MK 3180L’entrée de la salle

28-janvier-MK-3188.jpgQuelques une des participations « jeunesse »

28-janvier-MK-3221.jpgPanneaux transparents pour les pièces double-face

La Municipalité présente au plus haut niveau

Dès l’origine du projet, la Mairie de Nanterre lui avait apporté son soutien, puissant. Tant humain que matériel. Tout naturellement c’est donc Madame Sylvie Cabassot, adjointe au maire chargée de la Vie associative qui ouvrait l’exposition en compagnie de Jean Grillot, président de l’Amicale, la faisant découvrir en détail aux 200 premiers visiteurs.

28-janvier-MK-2676.jpgDevant l’une des participations « jeunesse »

28-janvier-MK-2707.jpgDevant l’une des vitrines conçues par l’APN

28-janvier-MK-2710.jpgHuit vitrines au total se partageaient les pièces en 3D

Il n’est pas d’inauguration sans discours. Dans son allocution, l’Ajointe au Maire ne manquait pas de souligner la valeur de l’initiative de l’APN 92 qui avait su non seulement porter le nom de Nanterre bien au-delà des frontières nationales en mobilisant des partenaires aussi importants que l’Association pour le Développement de la Philatélie, La Poste, l’Adresse Musée de la Poste, la Fédération Française des Associations Philatéliques, la presse nationale spécialisée, mais était également parvenue à intéresser le réseau local des écoles, des centres sociaux et de loisirs. Des propos relayés par Christian Winkler, secrétaire général de l’ADPhile qui ne manquait pas de souligner l’intérêt du MailArt, et plus généralement de l’Art postal dans le développement de la philatélie en direction des jeunes. Ce à quoi, le Président de l’APN 92 répondait en remerciant chaleureusement la Ville et l’ADPhile, principaux contributeurs ainsi que tous les autres partenaires sans lesquels ni le concours, ni l’exposition n’eussent été possible.

28-janvier-MK-2752-copie-1.jpgL’allocution de Madame Sylvie Cabassot

28-janvier-MK-2760.jpgL’allocution de Christian Winkler

En mi-journée, Patrick Jarry, le premier Magistrat municipal, libéré d’un emploi du temps chargé, devait confirmer les propos de son adjointe. Une occasion de se faire présenter l’équipe de l’APN 92, Paul Sitzia, son président d’honneur ainsi que les participants à la table-ronde du Colloque organisé dans l’après-midi. Parmi eux, Pierre Jullien, journaliste au Monde et « blogueur » philatélique et longtemps directeur du «  Monde de la Philatélie », Robert Deroy, Président de la FFAP de 1992 à 2006, membre de l’Académie Européenne de Philatélie ; Marc Boukebza, directeur de la Philatélie des TAAF ; Michel Krempper, membre du Comité d’Organisation.

28-janvier-MK-2778.jpgMichel Krempper, Jean Grillot, Patrick Jarry

28-janvier-MK-2797.jpgPatrick Jarry, Christian Winkler, Jean Grillot, Pierre Jullien

28-janvier-MK-2808.jpgMarc Boukebza, Robert Deroy, Jean Grillot, Patrick Jarry

 A SUIVRE  - MK - APN 2012

Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 11:57

Philippe-Charron 2995

Son intervention au micro (texte ci-après)

 

Une occasion pour lui de préciser sa conception de l’art postal en répondant clairement et nettement  à la question posée par Pierre Jullien, animateur du Colloque, non sans un brin d’enthousiasme dans la voix :

«La philatélie et l'art postal sont-ils faits pour  s'entendre?  Je réponds oui sans hésiter !

Oui, parce que l'art postal est fait d'objets circulant par les circuits de la Poste  (enveloppes décorées le plus souvent, mais l'exposition à Nanterre nous a montré la grande diversité des supports et de traitements des images) pour transporter correspondances et messages, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des envois.

Oui, parce qu'il utilise à cet effet les timbres et que les cachets qui y sont apposés font foi de leur trajet on ne peut plus philatélique.

Oui, parce que l'art postal est un monde d'ouverture à autrui, tout à fait collectionnable  et présentable en exposition, qui offre à tout un chacun, d'une part la possibilité de le pratiquer soi-même, et d'autre part, à peu de frais, la possibilité de s'intéresser aux timbres, d'en découvrir les  parutions passées et actuelles.

 Oui, parce que les artistes postaux produisent souvent des œuvres  de qualité, très agréables à l’œil  et à l'esprit.

Oui, parce que la philatélie ne doit pas seulement rester objet de collections pointues, mais, grâce à la  classe ouverte des compétitions, provoquer de nouveaux intérêts et  ouvrir des nouvelles voies. A ce titre, l'art postal est un partenaire  idéal.

Qu’il soit ici, une nouvelle fois très chaleureusement remercié de son sympathique appui et de ce message auquel nous adhérons bien volontiers.

MK - APN 92 - Avril 2012

Repost 0