Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Amicale Philatélique de Nanterre
  • Amicale Philatélique de Nanterre
  • : Les réunions sont ouvertes à tout philatéliste, même non adhérent, mais qui souhaite partager sa passion autour du timbre et de la lettre. Réunions 1ers et 3èmes dimanches de chaque mois à 10h. Villa des Tourelles 9, rue des Anciennes Mairies à Nanterre. Adresse E-mail : apn92@free.fr
  • Contact

Profil

  • APN92
  • Réunions de l'Amicale Philatélique de Nanterre - 1ers et 3èmes dimanches
  • Réunions de l'Amicale Philatélique de Nanterre - 1ers et 3èmes dimanches

L'APN

L’association philatélique est le lieu privilégié pour partager sa passion, développer des échanges trouver la convivialité et l’amitié autour d’un loisir commun. Au-delà, elle permet de véhiculer l’information, de découvrir, d’échanger par l’intermédiaire de services structurés. L’association philatélique rompt l’isolement et intègre le collectionneur dans un groupe de contact.

Téléphone : 01 41 37 71 35 (Répondeur)
apn92@free.fr

Recherche

1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 20:19

 

L’Initiative de l’APN 92 Mail Art / Art Postal 2011-2012 va bénéficier du soutien de l’Adresse Musée de la Poste de Paris.

D’ores et déjà, le partenariat noué autour de cette opération - qui s’annonce exceptionnelle à maint égard- se traduit par différentes actions de communication destinées à la faire connaître d’un large public : information des amis du Musée par les réseaux sociaux (facebook, tweeter), première annonce dans le blog de l’Adresse,  illustrée de l’affiche. D’autres suivront au fur et à mesure du déroulement, à partir du 1er septembre date de démarrage du Concours international.

Musee-de-la-Poste.jpghttp://ladresseip.wordpress.com/2011/07/12/concours-dart-postal-a-nanterre/ 

Pour l’Exposition de janvier-février 2012 prévue Villa des Tourelles à Nanterre, l’Adresse mettra à disposition de l’APN 92 différentes pièces tirées de son énorme fonds d’Art Postal. Dans ce domaine, les collections constituées par le Musée ne comportent pas moins de 5 000 objets dont certains seront donc visibles au milieu des œuvres rassemblées pour le Concours.

De son côté, l’APN a prévu d’organiser différentes visites groupées du Musée qui se dérouleront selon un programme défini entre l’Amicale et ses différents partenaires locaux : établissements scolaires, centres de loisirs, médiathèques.

Nos vifs remerciements à l’équipe de l’Adresse : Pascal Rabier, Marie-Elisabeth Ballet-Dadouche, Chantal Reynaud, Monika Nowacka pour leur coopération.

Repost 0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 06:38

Philatelic Association of Nanterre (PAN)

TERMS AND CONDITIONS

 

 

Contest starting date: September 1, 2011

Submission deadline: December 19, 2011.

Article 1 – Presentation

The Philatelic Association of Nanterre (PAN) organizes a Mail Art Contest for its 65th anniversary, in collaboration with the City of Nanterre.

Art Mail takes two forms:

-         The “Art posté”, which consists in creating mails following free forms and techniques (painting, drawing, engraving, photography, collage, etc.) Any type of creations is allowed (2D, 3D) subject to La Poste’s regulations (no perishable commodity, no sharp object…). If Contestants use a photography, they certify being the authors and having duly obtained the authorization of each person present on such photography, unless it already free of rights (copyrights, publicity rights). Photographies representing children are subject to parental authorization.

-         The "Art timbré", which consists in repurposing objects or creating objects from stamps.

Article 2 - Conditions.

Any person willing to participate in the Contest shall fill in an entry form and mail it to the address provided in Article 6, before November 15, 2011, midnight. Creations shall be received until December 19, 2011.

Article 3 - Participation.

The Contest is free and open to all. Contestants agree to be bound by the present regulations. They may submit several creations. Foreign creations are eligible provided they are received through French La Poste before the deadline indicated in Article 6.

Article 4 - Categories.

Contestants shall be classified into two categories: the "Youth" category for children and academics below 18; and the "Adults" category. In each category, mailed creations shall be distinguished from unmailed creations.

Article 5 - Topics.   

For the "Youth" category, the topic of the Contest is "Repurposing, recycling and putting new life into objects". It consists in collecting and valuing objects though reuse. It also encourages ecological behaviors through waste reduction (consumer choices, objects sustainment, recycled objects, household waste sorting, etc.) This is the "3R" Concept (Reduce, Reuse, Recycle).

For the "Adult" category, the topic is unrestricted within the main theme "Say it with stamps ! ".

Article 6 - Conditions of participation

Mail Art creations shall be franked at the proper rate and bear the Recipient's address mentioned below. The Recipient shall not be responsible for any damage, loss or delay occurring during La Poste’s transportation. Contestants may send their creations with registered mail. On the entry form provided in Article 2, Contestants shall indicate the category within which they wish to compete, as well as their birth date ("Youth" category), postal address, phone number and email address.

Mails shall be sent to:

AMICALE PHILATELIQUE DE NANTERRE

Jean GRILLOT

Villa des Tourelles

9 rue des Anciennes Mairies

92000 Nanterre

The Recipient's address shall be legible on the envelope.

 

Article 7 – Selection

The PAN reserves the right to reject any creation falling outside the scope of the above-mentioned topic (“Youth” category). Any creation considered obscene, pornographic or racist shall be permanently withdrawn from the Contest. No creation submitted shall be published or prized elsewhere.

Article 8 – Jury

The Contest offers many prizes: three per category. A “Hall of Honor” will be settled for out-of-Contest participations. Winners shall be selected by the Jury, presided by a personality from the philatelic world, and gathering members with artistic and philatelic backgrounds.

 

Article 9 – Exhibition

Creations sent by Contestants will be publically exhibited from January 28 to February 19 in the Tourelles Gallery, Nanterre. The exhibition shall display all the creations made by Contestants, subject to available space in the said Gallery.

Article 10 - Transfers of rights

Creations submitted in the “Adults” category will not be restituted. In the “Youth” category, they may be restituted on demand, provided an agreement is found on the return policy.

Contestants certify being the authors and sole owners of the intellectual property rights on creations submitted for the Contest.

By agreeing to the present regulations, Contestants accept to publicize their creations and transfer the pertaining representation and reproduction rights without compensation.

Transfer of representation rights includes any communication of the creation to the public by display, in the perspective of the exhibition provided in Article 9.

Transfer of reproduction rights includes any paper (incl. magazines and newspapers), audiovisual (incl. TV or cinematic reports) or digital (incl. internet, intranet, hard disk, CD/ DVD, USB flash drive) publications by the APN, the City of Nanterre or any approved partners of the Contest.

The above-mentioned transfers are granted for the duration of the legal protection of the creations.

Contestants agree to the use of their name and image for the Contest and the subsequent exhibition, as well as for any article, report, publication on any media (paper, audiovisual, internet) drafted for that purpose.

Article 11 - Winners' notice

Contestants will be individually informed of the Contest outcome by mail or email. The mail address shall be clearly indicated in order to be contacted by this means.

Article 12 - Regulations violation

Any violation of the present regulations shall immediately disqualify the Contestant. The APN shall not be required to restitute submitted creations to any disqualified Contestant.

Repost 0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 18:25

L’enveloppe que nous présentons ici est, d’évidence, originaire d’Outre-manche : l’affranchissement porte la marque « U K » (Royaume-Uni) et la vignette est illustrée du profil de la reine.


 

Fig-1.jpg

 

Sa ressemblance avec les timbres britanniques d’usage courant au type Machin est manifeste :

 

Fig-2_1.jpg Fig-2_2-copie-1.jpg Fig-2_3.jpg

 

Mais il y a aussi de notables différences.


D’abord, cet affranchissement, fabriqué au Bureau de Poste sur support autocollant, est nettement plus grand que les timbres courants. Il mesure 59x65mm [2.3x2.6"].


De plus, alors que le timbre courant ne comporte pas la mention du pays – en dérogation autorisée aux règles de l’UPU  § 2.3 de l'article RE 306 du Règlement d'exécution de la Convention de Beijing de 1999 prévoyant que  « les indications du pays et du lieu d'origine doivent figurer en caractères latins. » -, l’affranchissement porte, lui, la mention « ROYAL MAIL / POSTAGE PAID UK  » (Poste royale / Affranchissement RU).


D’autre part, il frappe par sa couleur dorée ainsi que par les découpages de sécurité qui rendent impossibles le décollage - donc le réemploi -, sous peine de le transformer en charpie. L’inscription ROYAL MAIL apparait en outre sur le fond, répétée en toutes petites lettres sur des lignes ondulées.


Enfin, le texte sur 5 lignes comporte plusieurs indications de service écrites en noir :


·        sur la première du haut, une lettre majuscule « A », haute de 13 mm, abréviation de la catégorie tarifaire « Airmail » (par avion, pour l’international), qui la distingue des autres régimes d’affranchissement (voir ci-après),

·        puis sur deux lignes « ROYAL MAIL / POSTAGE PAID UK » ci-dessus évoquées,

·        puis  successivement : la date au format jj-mm-aa, le montant acquitté en £ et le code postal, ici « SO32 » pour  Southampton, Hampshire, England,

·        sur la dernière du bas un n° de série et le n° de machine du bureau.


La dénomination philatélique de ce genre de vignette est « Gold Horizon Label » : « gold » pour la couleur or, « label » qui signifie littéralement : étiquette. « Horizon » est le nom du développeur de leur système d’exploitation - machine et logiciels - pour le compte de la Royal Mail. Mais le papier imprimé est issu de chez  De La Rue, fabricant de papier et imprimeur  réputé pour la réalisation de billets de banque et de timbres -poste de nombreux pays.  Suite au rachat, en 1997, du concurrent Harrison & Sons, De La Rue a repris les contrats de production de la série d'usage courant au type Machin. Quant au texte des indications de service, il est issu d’imprimantes EPSON associées aux machines de bureau.


Les premières sont apparues le lundi 8 juin 1999 [[i]]. Un seul bureau de poste en a fait l’essai: celui de Camden High Street à Londres, NW1. On ne les rencontre  qu’avec la mention « SD », abréviation de « Special Delivery ». Le tarif  SD est celui des lettres circulant au régime intérieur pour lesquelles Royal Mail garanti une livraison le lendemain avant 13 heures dans 99% du Royaume-Uni.


Fig-3.jpg

 

Par la suite, les étiquettes dorées se sont répandues en Angleterre au fur et à mesure de l’équipement des bureaux. En 2010, elles sont arrivées au Pays de Galles. Sur les lettres du régime intérieur, on trouve aussi parfois « 1LG/2LG »  pour les « 1st/2nd class Large

 

Letter »  (Grande lettres de 1ère et 2ème classe) et « 1PK/2PK » sur les « 1st/2nd class Packet » (Paquet de 1ère et 2ème classe) et d’autres, plus rares.

 

Ces « Gold labels » sont venues remplacer des étiquettes blanches mises en service en 2002,  avec des indications imprimées semblables.


Fig-4.jpg  Fig 5

 

Sans entrer dans une étude détaillée qui n’aurait pas sa place ici, ajoutons que certaines de ces étiquettes comptent non pas 5 lignes mais 7. Elles sont produites au Pays de Galles et portent en clair deux lignes en gallois. Cette particularité se retrouve sur les étiquettes dorées. Ci-dessous une « Gold Horizon Label » non-dentelée.


Fig-6.jpgMK - APN juin 2011



[[i]] Dans son n° 1852 Juin 2011, page 7, l’Echo de la Timbrologie qui s’est intéressé au sujet dans le Courrier des lecteurs donne la date erronée du 8 juillet, sans doute suite à une confusion entre 8 Ju(ly) et 8 Ju(ne) lisible sur le cachet. Mais les FDC sont sans appel.

Repost 0
Published by APN - dans Les jaunes
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 16:08

Affiche-A3-sept-2011.jpg

Repost 0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 17:19

Voici de quoi parfaire notre connaissance des Empreintes de Machines à Affranchir modernes :

 

Celle-ci, typique, est issue d’une machine à faible débit conçue pour l’envoi de quelques lettres par jour : une tpMAc « très petite Machine à Affranchir connectée ». En dehors d'un logo bien visible, la particularité de ces MA est que les lettres qu’elles affranchissent peuvent être déposées directement dans une boite aux lettres : d'où le sigle BAL à gauche de l’empreinte. La boîte est choisie au moment du contrat.


fig-1.jpg

Lettre recommandée, affranchissement par empreinte d’une tpMAc "BAL"

 

fig-2.jpg

Dos, date manuscrite 27/10/2006

 

fig-3.jpg

Ligne du milieu du cadre de service : la date est libellée 061027
au lieu de 27-10-06

 

Les EMA reçoivent normalement la « date de la poste faisant foi ». Contrairement aux autres types d’affranchissements mécaniques, la date est ici  présentée sous la forme AAMMJJ (A : année ; M : mois, J : jour) au lieu de l'habituel JJ-MM-AAAA. et se confond avec les autres numéros : Dans l’exemple présent on lit sur la ligne du milieu 061027 au lieu de 27-10-06. Ce n’est pas non plus une datation à l’américaine qui aurait donné : 10/27/ 2006. Une explication possible est que la date indiquée sur l'EMA n'étant pas significative de son entrée dans le circuit postal (qui peut remonter à quelques jours en cas de week-end prolongé), « il a été jugé approprié de la masquer quelque peu pour que la vraie date, celle du timbre à date de La Poste, soit bien comprise ». C’est l’hypothèse de Dominique Stephan à qui sont empruntées les figures précédentes [ [i] ] .Une explication cependant difficilement acceptable, en dépit de l’expertise de l’animateur de l’excellent « blog philatélie » (lien) 

En réalité, comme l’a fait remarquer Laurent Bonnefoy [[ii]], « la forme de date inversée et sans séparateurs des EMA BAL  est caractéristique des empreintes délivrées par ces tpMAC. Après un test en Ile de France à partir du 15 juillet 2002, la généralisation est intervenue le 1er septembre 2004. Depuis, il n'y a (officiellement) plus de date "en clair" sur ces machines. Toutefois, on en a encore vu début 2006 » observe t’il.

Toutefois, nous avons reçu nous même en 2009, une enveloppe ainsi affranchie, avec date « en clair » :  soit 5 ans après la modification « officielle » et 3 ans après la dernière impression vue par notre ami académicien [[iii]]. Preuve que La Poste a parfois du mal à s’appliquer ses propres règlements internes !

 

fig-4.jpg

Ici la date est libellée « à l’ancienne » 10-02-09 


L. Bonnefoy rappelle également que le dépôt en boîtes aux lettres publiques des lettres affranchies par ce type d’EMA  est effectué sous certaines conditions :
- limitation aux BAL de façade de la commune spécifiée au contrat (ou de l'arrondissement pour Paris, Lyon et Marseille) ;
- limitation au courrier ordinaire de dimensions au plus égales au format C5 ;
- les autres objets déposés en BAL ou ceux déposés ailleurs que dans la commune de rattachement sont refusés et retournés (en principe... car on voit de nombreux cas tolérés);
- les objets de format supérieur au C5, les paquets, les recommandés et les VD doivent être déposés au guichet spécialisé du bureau de dépôt.

Observons aussi un autre point. Les EMA  comportent généralement  la mention du pays. Or, on ne connait pas  d'EMA « France », bien que cette mention figure sur les timbres français depuis 2005.  Lors de la mise en place de l'euro à partir de juin 2000 sur les estampilles des machines à affranchir, leur légende est devenue « R.F/ La Poste » alors qu’elle était « REPUBLIQUE FRANCAISE » auparavant. Selon l'UPU (§ 2.3 de l'article RE 306 du Règlement d'exécution de la Convention de Beijing de 1999)  « les indications du pays et du lieu d'origine doivent figurer en caractères latins ». Ce texte ne dit pas clairement que le mot « France » doit être employé mais les initiales R et F / La Poste ne sont pas vraiment une indication du nom de notre pays. Pour les philatélistes français elles sont  évidentes. Mais en est-il de même pour les étrangers ?

 

fig-5.jpg

Terminons ce billet par un petit mot relatif au code FIM / FRAD qui apparait dans la moitié droite de l’empreinte, à côté du sigle BAL. Ayant déjà largement communiqué sur ces « Facing Identification Marks » nous nous permettrons de renvoyer aux articles publiés par le signataire de ces lignes tant dans la presse philatélique [ [i] ] que sur le blog de l’APN ( lien interne )

 

 Michel Krempper, APN 92



[ [i] ]  L’Echo de la Timbrologie, n° 1836, janvier 2010, pages 48 à50 « F.I.M. importés des Etats-Unis »



[ [i] ]  Merci à lui

[ [ii] ]  Membre de l’Académie de Philatélie et de l’ACEMA

[ [iii] ]  Remerciements anticipés aux visiteurs qui nous communiqueraient une empreinte de ce type encore plus récente.

Repost 0
Published by APN - dans Le code FIM
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 20:32

  Les Français n'aimeraient-ils pas leurs trains?  A en juger la rareté des émissions philatéliques qui leur sont consacrées, on pourrait le croire. D'autant que les autres moyens de transports terrestres ne sont pas mieux servis par l'administration postale de notre pays. A ce jour, aucun métro de province, aucun tramway moderne, sans parler car ou bus ne sont sortis des rotatives de l'Institut d'émission.(*). Seuls, le métro de Paris, le RER, le TGV ont été timbrifiés ces dernières décennies. Rien à voir avec le foisonnement d'émissions venues d'Allemagne ou d'Autriche, d'Asie et même d'Afrique, et d'où nous proviennent régulièrement à peu près tous les types d'engins terrestres guidés, mis au point par l'ingénierie ferroviaire.

C'est pourquoi, même si ce timbre n'est pas une réussite esthétique, on peut se réjouir de l'émission du 14 juillet 2000 consacrée au Train Jaune de Cerdagne. A la rencontre de trois domaines, cette émission intéresse en fait aussi bien la thématique des ponts et des viaducs que la thématique régionale et celle des chemins de fer.


yt3338.jpg

Emission du 14- 07- 2000,  YT n°3338


La ligne de Villefranche-de-Conflent à Latour-de-Carol

  

D'abord un petit rappel d'ordre historique. La Cerdagne est un bassin intérieur situé de part et d'autre de la frontière des Pyrénées, partagé entre la France et l'Espagne par le Traité de1659, dit des Pyrénées. Depuis cette date, sa partie française participe à l'histoire générale du Roussillon, réuni à la couronne de France par ce même Traité de paix. Son blason en a les couleurs: sang et or, qui ont été reprises sur le Train jaune. Le Roussillon constitue la majeure partie des Pyrénées orientales. La Cerdagne est un plateau d'une altitude moyenne de 1200 mètres . La vallée du Têt, très encaissée, offre l'une de ses principales voies d'accès en provenance de Perpignan.


cachetvillefranche.jpg


 

Une desserte ferroviaire établie le long de cette vallée à partir de Villefranche-de-Conflent est assurée depuis 1910-1911. Aujourd'hui la ligne SNCF, dite de Cerdagne, représente une longueur de 63,561km. Mais étant donné la topographie, sa réalisation s'est étalée sur près de 50 ans ! (Villefranche est à 424m d'altitude, La Tour-de-Carol, à l'autre extrémité, est à 1231m ; moyennant quoi, les trains passent 390 courbes ...)

Lancé en 1881 par la compagnie du Chemin de fer de Perpignan à Prades, le projet fut repris par la Compagnie du Midi, à partir de 1883, sous le régime de la concession,  pour une longueur de 56 km de ligne. Celle-ci fut ouverte en deux temps: le 17.7.1910, pour un premier tronçon de 28 km, et le 28.6.1911 pour les 26 km restant. En 1912 fut décidé un prolongement de 6 km en direction de le future gare internationale de Latour-de-Carol. Mais la ligne de Cerdagne ne rejoint cette station  du Transpyrénéen oriental Toulouse -Barcelone que le 6 août 1927.

 

cerdagnecpm.jpg

 

Carte postale moderne (Ediciones Fisa. Espagne)

 


carte.jpg


 

Pour des raisons d'économie, et bien que Villefranche-de-Conflent soit desservie depuis Perpignan par une voie à écartement normal de 1.445m, c'est la voie à écartement métrique que l'on choisit en 1902 pour la ligne de Cerdagne. Des rails de type Vignole l'équipent, d'un poids de 30kg/m,  plus légers que les rails double Champignon utilisés par la Compagnie du Midi sur les autres lignes.


Pour des raisons de sécurité, le Ministère des Travaux Publics imposa par ailleurs la traction électrique, certaines déclivités atteignant 6%.L'alimentation électrique en 850 volts s'effectue au moyen d'un troisième rail fixé sur des supports en grès. Ainsi, ce train ne comporte pas de ligne aérienne et pour le béotien, les motrices ont une allure singulière, peu conforme à l'image  classique du chemin de fer électrique muni de son pantographe et surmonté de caténaires. En revanche, il doit plus au métro parisien. Le courant est fourni via sept sous-stations par les quatre unités du complexe hydraulique de La Cassagne, dont la pièce maîtresse est le barrage des Bouillouses. Réservoir de 17.500.000 m3,  ce dernier vit le jour en 1909.


L'ensemble de la desserte compte 6 gares à arrêt obligatoire et 14 haltes. A 1593 m d'altitude, la petite gare de Bolquère-Eyne est la plus haute de France. La ligne comporte aussi 650 ouvrages d'art dont 17 tunnels, 3 galeries. 15 viaducs et 14 ponts.


Deux ouvrages d'art particulièrement remarquables


Sur la ligne de Cerdagne, deux ouvrages sont réellement exceptionnels, en fait deux ponts :


Il s'agit d'un coté du pont GISCLARD*, à l'origine pont de la Cassagne, situé au km 25,250 et établi à 80 m au -dessus de la Têt. Conçu par le commandant Albert Gisclard, c'est un pont suspendu d'une portée de 156 m sur la portée centrale, à laquelle s'ajoutent deux travées de rive de 39 m chacune et une  petite travée à treillis de 19 m de portée pour un tablier d'une longueur totale de 253 m.


gisclardcabanasse.jpg

 
D'un type totalement nouveau pour l'époque, il comporte une ferme de suspension composée de triangles géométriquement indéformables, mais librement dilatables: les haubans qui soutiennent le tablier sont accrochés à des pylones hauts de trente mètres et sont en effet maintenus rectilignes, par un câble de suspension classique.

Cette méthode permit de réaliser un pont à la fois robuste et léger, qui élude les phénomènes de résonance des vibrations au passage d'une charge telle un train et autorise le passage des convois sans oscillations. Le commandant trouva malheureusement la mort le 31 octobre 1909, 26 jours avant l'inauguration, lors des essais de charge et de stabilité.(*)
Mais sa réalisation , qui avait été longtemps auparavant expérimentée par Gisclard lors de ses séjours aux colonies, inspira différents autres ouvrages en France, tous très légers, économiques et néanmoins élégants (par exemple, le viaduc des Rochers - Noirs en Corrèze).


Autre ouvrage remarquable : le viaduc localisé entre Thuès et Fontpédrouse au kilomètre 17,928 et conçu par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Paul SÉJOURNÉ (1851--1939), promu plus tard Inspecteur Général.


adolphe.jpg

Professeur à l'E.N.P.C., cet ingénieur porta l'art des ponts maçonnés à son apogée. On lui doit notamment le traité célèbre "Les Grandes Voûtes" (6 tomes édités de 1913 à 1916) . Il définit et réalisa lui-même de nombreux ouvrages de pierres maçonnées qui firent longtemps référence: ainsi par exemple le Pont Adolphe à Luxembourg achevé en 1903 , qui avec une portée de 84,65m. détint un temps, le record mondial d'ouverture. (Signalons que ce type d'ouvrage sera construit jusque dans les années 50,  puis abandonné en raison du coût excessif du montage des cintres).

 
cpasejourne1.jpg
Carte postale de 1962

 
Avec le viaduc de Fontpédrouse, Séjourné réalisa un véritable chef d'oeuvre de la construction en maçonnerie, en même temps qu'un magnifique ouvrage d'art. Construit en 1906-1908, il s'étage sur deux niveaux: une première voûte ogivale de 30 mètres d'ouverture est surmontée de 4 arches de 17 mètres avec voûtelettes d'allègement ( destinées à alléger la construction). cette partie centrale est longue de 85mètres et haute de 65. Deux arches côté Villefranche et dix arches côté Latour-de-Carol, toutes de 9 mètres d'ouverture, complètent l'ensemble de 236,70 m de longueur. L'utilisation du granit, la voûte en tiers-point et les piles crénelées des culées évoquent des réminiscences médiévales.

 

sejourneplans.jpg

 Schéma d'élévation extrait du livre de Marcel Prade :
"Ponts & viaducs au XIXe siècle: Techniques nouvelles et grandes réalisations françaises
" 1988- Editions Errance Paris - Brissaud Poitiers

 

L'émission du 14.07.2000 ne permet hélas pas d'apprécier  cette splendide construction que l'on ne peut deviner qu'aux voûtelettes d'allègement et aux parties supérieures des voûtes du second étage. Heureusement   pour la philatélie et l'histoire ferroviaire, la SNCF a elle même produit un timbre représentant plus complètement le viaduc. C'était en 1941 pour les colis postaux. ( voir encadré)
Le timbre Fontpédrouse porte la référence YT181 avec une faciale de 1F et existe avec la valeur omise (YT81a) Mais bien qu'émis par l'Institut de gravure pour la SNCF, il comporte une erreur flagrante, à notre connaissance jamais signalée, en tout cas, pas dans le "Mangin", puisqu'on voit le viaduc franchi non par un train électrique mais par une locomotive à vapeur, crachant son panache de fumée ...
 

colis_postal.jpg fontpedrouse198.jpg

Colis postaux YT181 de 1941  et YT198 de 1942   


 

 
LES COLIS POSTAUX
La Convention Internationale signée dans le cadre de l'UPU le 3 novembre1880 avait autorisé les États à confier aux exploitants de chemins de fer la gestion de Services de Colis Postaux, c'est à dire du transport et de la livraison de colis légers appelés postaux par analogie avec les paquets dont la Poste en avait au moins le contrôle.

Une convention de 1892 créa de nouvelle prestations, telles l'apport à la gare, la valeur déclarée et la livraison par exprès. Ces valeurs donnaient lieu à la perception de taxes additionnelles constatées par des timbres spéciaux devant être collés sur les bulletins d'expédition aux cases spéciales. Puis furent créées de nouvelles taxes pour "intérêt à la livraison", "colis encombrant", "remboursement".Jusqu'en 1941 chaque catégorie eut une couleur déterminée: ainsi le violet pour "intérêt à la livraison" jusqu'à 1000F du timbre YT181.

Créée en 1937 la SNCF reprit les prérogatives et les activités des anciennes compagnies ferroviaires concessionnaires.

 

 

 

 

Le Matériel roulant
 

C'est du matériel roulant que le Train jaune de Cerdagne tire son nom et aussi son premier surnom: " le Canari".
14 motrices, 8 remorques fermées et 4 "barques" (voitures découvertes) constituent l'essentiel du parc aujourd'hui en exploitation. S'y ajoute le parc technique (chasse-neige, grue, désherbeur, etc.).


Des 18 automotrices d'origine, 14 ont survécu au prix, bien sûr, de quelques rénovations. Les machines
Z102 à 104 et 106 à 109 furent livrées par la Société Alsacienne de Belfort (S.A.B.) à la Compagnie du Midi en 1909 (la 105 a disparu dans l'accident qui devait coûter la vie au commandant Gisclard). Les automotrices 111, 113, 115 à 118 proviennent de la transformation d'anciennes remorques avec un poste de conduite à chaque extrémité, de 1912 à 1921. Elles affichent une puissance de 300 ch grâce à leurs 4 moteurs, offrent 40 places assises et 10 debout, sont longues de 14.9 m et 14,4 m, pèsent respectivement 32 et 28 tonnes et permettent une vitesse maximale en service de 55 km/h. En fait les vitesses pratiquées oscillent entre 30 et 55 km/h ...

Depuis l'origine, l'effectif des remorques a fluctué. Les plus populaires en été sont les "barques",  remorques panoramiques découvertes offrant 46 places assises avec des sièges restés en lattes de bois.


La composition des rames varie de 1 à 6 "caisses", mais depuis l'origine, une règle reste immuable: une remorque pour une motrice. Une configuration courante est 2+2, comme celle figurée sur le timbre du 14.07.00.


fdc3338.jpg

 

 

 

Quel avenir pour le Train Jaune ?


L'exploitation de la ligne à voie métrique de Villefranche à Latour-de-Carol est aujourd'hui intégrée au réseau T.E.R. géré par la région SNCF de Montpellier dans le cadre d'une convention passée avec la région Languedoc - Roussillon. En été 3 allers-retours sont assurés de Villefranche à La Tour-de-Carol auxquels s'ajoutent 3 relations quotidiennes Villefranche - Font-Romeu.


Sa fréquentation affichée est de l'ordre de 250 000 personnes par an, mais l'exploitation est grevée par un très lourd déficit qui dépasse25 millions de francs par an ( soit près de 100franc par voyageur transporté). D'autre part le trafic connaît une tendance à la baisse. Des correspondances mal assurées, limitent le rôle de desserte locale de cette ligne qui revêt de plus en plus le caractère de ligne touristique. Il est vrai que le Train Jaune est en lui même une attraction offerte dans un site de grande qualité. Malheureusement, le matériel roulant, quasi centenaire et de capacité limitée, n'est pas adapté aux grosses fréquentations et appellerait un renouvellement à brève échéance(
*), mais le financement d'une modernisation d'envergure est parfaitement aléatoire. C'est dire que l'avenir du Train Jaune de Cerdagne est loin d'être garanti en dépit de son ancrage dans le paysage , l'histoire et dans le projet de Parc Naturel Régional des Pyrénées catalanes dont il constitue la colonne vertébrale ...


Fig-10.jpg

 

paptrainjaune.jpg

Prêt à poster de 2000

 

La promotion nationale à laquelle a donné lieu l'émission philatélique du 14-07-00 rendra t-elle l'avenir plus certain? 


Dans le passé, il a pu être vérifié que les belles années de fréquentation ont correspondu à des efforts de promotion soutenus. Il faudra plusieurs mois avant de mesurer l'impact réel de la campagne 2000. Souhaitons que ce train puisse au moins devenir centenaire. Pour une novelle émission? D'un timbre moins bâclé ? Quoiqu'il en soit, les amoureux de la ligne de Cerdagne comptent beaucoup sur l'inscription du Train Jaune au patrimoine mondial de l'UNESCO pour laquelle un dossier a également été déposé.


pinns.jpg

MK - APN 2011


 (*) Depuis la parution de cet article dans le Bulletin de l'A.F.T.P. en 2001, deux timbres ont été émis, , notamment le timbre YT3661, tramway de Bordeaux. et celui du tramway de Nantes.

(*)  Deux nouvelles automotrices de 84 places ont été inaugurée par le Président de la Région Languedoc - Roussillon, le 8 décembre 2003 pour soulager le matériel centenaire. Ces rames panoramiques, commandées  à la Société Suisse Stadler pour un montant de 9 millions d’euros,  ont été depuis  mise en service .

Repost 0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 20:24

Internet aidant, l’article signé Michel Krempper dans le numéro 161 d’ATOUT-timbres des 15 mai-15 juin 2011,  consacré à « l’histoire philatélico-postale de SPM » et signalé sur différents blogs (dont celui de l’APN) n’est pas passé inaperçu localement. Moins de trois jours après la sortie du mensuel dans les kiosques métropolitains, sa parution a été évoquée sur les ondes de la radio SPM 1ère.


Grâce à internet toujours, l’interview accordée par notre membre à cette filiale du Groupe France Télévision  et passée dans son journal matinal peut être entendue sur les archives du site http://saintpierremiquelon.la1ere.fr/radio.


Le chroniqueur y précise d’abord que la parution s’inscrit dans une série consacrée à la philatélie des différentes collectivités ultramarines françaises, publiée par ATOUT à l’occasion de « l’année des Outre-Mer 2011 » http://www.2011-annee-des-outre-mer.gouv.fr. Une série débutée avec Mayotte et appelée à être prolongée avec les Collectivités du Pacifique, des Antilles et l’île de la Réunion.


Pour lui, c’est l’occasion aussi de rappeler le caractère exceptionnellement riche de l’histoire postale de SPM. Cet Archipel de 242 km2 et de 6100 habitants n’a-t-il pas été qualifié de « géant de la Philatélie » ? Moins pour le nombre de timbres émis, qui, bien qu’élevé (un peu plus de 1200),  n’est pas un critère pertinent, ni non plus pour la qualité de ses émissions, certes grande (taille-douce aidant) mais pas unique. Bien plutôt pour la rareté, voire l’extrême rareté de certains des timbres émis durant les 150 dernières années et des plis qu’ils ont servi à affranchir : depuis les premières surcharges apposées dans les années 1885 et suivantes sur les timbres des Colonies Générales de France (les fameux « provisoires de Saint-Pierre ») jusqu’aux émissions plus contemporaines en passant par les émissions de la France Libre des années 1940, toujours très convoitées par les collectionneurs nord-américains.


Fig-1.jpg

 

 

APN 92 mai 2011

Repost 0
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 08:02

Si oui, c’est que la philatélie de Nouvelle-Calédonie n’a sans doute pas beaucoup de secrets pour vous. Si non, prenez connaissance de ce qui suit. Et commencez par examiner de près cette lettre.


fig-1.jpg 

Le timbre-à-date nous apprend que la lettre est partie de Port de France le 23 mars 1862 : une localité fondée huit ans plus tôt, le  25 juin 1854, par les militaires français au sud-ouest de la Grande Terre pour servir de chef-lieu à la colonie de Nouvelle-Calédonie, simple garnison qui deviendra rapidement  une petite ville et prendra le nom de Nouméa le 2 juin 1866.

 Le destinataire demeure à Napoléonville / Kanala (Canala), localité reliée à la capitale par la première route postale de l’île : un service des plus rudimentaires  assuré par le chef de la tribu Titema, sous la surveillance du destinataire de la lettre, un certain Pannetrat,  à la fois colon, juge de paix et introducteur de la perdrix de Californie, établi à Kanala en 1855.

L’affranchissement est de 10 centimes : montant de la taxe instaurée le 1er janvier 1860 sur toute lettre mise à la poste de Port-de-France, selon l’avis paru dans le Moniteur Impérial  des 2 octobre 1859 et confirmé le1er janvier suivant. Un timbre-poste bien singulier la représente :


fig-2.jpg


Le Catalogue Yvert et Tellier lui a tout naturellement attribué le n° 1 des timbres calédoniens. Il le cote 300 euros en neuf et signale 50 variétés! Particulièrement rare seul sur lettre, il s’échange à beaucoup plus puisque deux plis seulement sont connus [ [i] ].  En revanche, les faux sont très nombreux. Au point qu’un catalogue allemand de 1889 ira jusqu’à remettre en cause la légalité de l’émission, accusant son créateur de l’avoir imprimée pour son compte !

On la doit à un certain Triquera, Louis de son prénom, qui fut sergent de l’Infanterie de Marine, illustrateur et lithographe du Moniteur Impérial, qui avait été démobilisé sur place et nommé commis de l’imprimerie gouvernementale. Il la réalisa en gravant un calcaire argileux, à pâte tendre, sur lequel il reproduisit cinquante fois le profil de l’empereur en s’inspirant du Napoléon III non lauré figurant alors sur les timbres métropolitains (voir plus loin). Dans chacune des cases, d’une largeur variable de 18 à 21 mm., l’artiste traça le visage impérial avec d’infinies variétés : tout diffère donc d’un timbre à l’autre, jusqu’au cadre qui n’est pas toujours identique.

Notons en passant une faute d’orthographe commise par Yvert qui attribue le timbre à un dénommé  Triquérat. Interrogé par nos soins, Yann Paullic, président du Groupement philatélique Le Gagou confirme l’erreur en s’appuyant  sur Georges  Kling, le grand spécialiste de l’histoire postale calédonienne : « Ce "t" final résulte d'une confusion due au paraphe dont l'intéressé terminait sa signature et qui ressemble à la lettre "t". Mais la véritable orthographe est bien Triquera. » nous a t’il écrit [[ii]].  Ajoutons que c’est aussi celle de la rue de Nouméa dédiée au sergent-graveur [[iii]]. A fortiori, les appellations Trinquera ou Trinquerat, parfois rencontrées, sont, pour leur part, complètement fantaisistes.

L’orthographe exacte est d’ailleurs lisible sur le timbre commémoratif des 150 ans émis en 1999 qui apporte en quelque sorte « la preuve par 9 » !  ( voir YT 799 et Bloc 22).

 

Les autres timbres postaux à l’effigie de Louis-Napoléon Bonaparte

Empereur des Français sous le nom de Napoléon III, Louis-Napoléon Bonaparte a figuré sur les séries de timbres d'usage courant de France et de ses colonies de septembre 1852 jusqu'à la chute du Second Empire. Ses séries furent remplacées par le type Cérès en urgence pendant la guerre franco-allemande de 1870, type qu'elles avaient elles-mêmes remplacées.


Ci-dessous le timbre non-dentelé des Colonies de l’Empire  

fig-3.jpg

 

Chronologiquement  le premier est le Prince-Président Louis-Napoléon Bonaparte, dit « Présidence ». Elu par 74% des suffrages, le 10 décembre 1848, le Prince Louis-Napoléon Bonaparte devient le premier Président de la République Française, pour 4 ans. Après le Coup d'État du 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte est nommé « Président » pour dix ans, ce qui prélude au retour d'un régime personnel, et à la restauration de l'Empire. Une loi du 3 janvier 1852 prescrit le remplacement de l'effigie de la République (dite « Cérès ») par l'effigie du Président. Ainsi deux valeurs sont émises, conformes à ces nouvelles dispositions, non dentelées et imprimées en typographie : en septembre 1852 un timbre de 25 centimes de couleur bleu puis en décembre 1852, un timbre de 10 centimes de couleur bistre. Dessiné et gravé par Jacques-Jean Barre, le timbre reprend le cadre des Cérès dont l'effigie est remplacée par celle du Prince Louis-Napoléon Bonaparte. De profil, il regarde vers la gauche, tête nue. La légende en est : « REPUB FRANC » et le « B » sous le cou du profil est l'initiale du graveur. Ici ▼

 

fig-4.jpg


Le suivant est le Napoléon III tête nue, dit « Empire ». À partir de septembre 1853 commence l'émission de timbres de même graphisme que ceux de 1852, avec la même effigie de Louis Napoléon Bonaparte, mais avec deux différences : 1/ une légende nouvelle : « EMPIRE FRANC », moins d'un an après le sénatus-consulte du 7 décembre 1852 créant la dignité impériale 2/ la disparition du « B ». Notons que l'appellation « tête nue » pour l'effigie est plutôt employée par les numismates. Effectivement, ce dessin est aussi celui des monnaies, gravées également par le Graveur général de la Monnaie de Paris Jacques-Jean Barre, et mises en circulation au cours de cette période. Les philatélistes parlent plutôt de série « Empire » pour la distinguer de la série suivante, dite « Empire lauré ». Ici ▼

 

fig-5.jpg

 

Napoléon III lauré, dit « Empire lauré ».

Aussi connus sous l'appellation « Empire lauré », ces timbres ont trois graphismes qui reprennent la même effigie de l'Empereur des français, Napoléon III, en lui ajoutant une couronne de laurier sur la tête, commémorant les succès de la « Campagne d'Italie ».

Ils portent  la légende complète « EMPIRE FRANCAIS ». Ici

 

fig-6.jpg

 

Et pour finir cette galerie de portraits :

Cinq francs « Empire » dentelé, effigie de Napoléon III lauré.

Premier timbre français grand format coté 8250 euros ▼


fig-7.jpg


Michel Krempper, APN 92, mai 2011 



|[i]]  Le 10 c. Triquera a aussi servi en complément d’affranchissement sur du courrier vers l’extérieur.  

[[ii] ] Qu’il soit ici remercié pour ses indications.

[[iii] ] Comme cela est  facilement vérifiable sur internet.

Repost 0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 16:56

Hou la la, là ça fait mal ! Trouvée sur le web cette petite fantaisie en matière de communication : une jolie faute de grammaire sur un écran publicitaire qui a dû coûter la peau des fesses à La Banque Postale ! Vue d’abord sur les écrans installés dans les bureaux de poste pour faire patienter le chaland dans sa file d’attente. D’où la place justifiée de ce «bug» grammatical dans notre blog philatélique et postal. Mais ce n'est pas le seul endroit où cette faute de français s'est joyeusement affichée : on a aussi pu la relever sur la page d'accueil de MSN d’où elle a pu être mémorisée.


Voici donc l'impression d'écran des images défilantes :


fig-1.jpg


fig-2.jpg


fig-3.jpg

 

Vous n’avez pas trouvé l'erreur ? Alors regardez bien, sur l'image ci-dessous. Pour vous aider,  nous avons entouré la faute :

 

Fig-5.jpg

 

Dommage pour l'erreur, car à part ça l'idée était plutôt séduisante, le concept amusant et les images printanières particulièrement sympathiques ...

 

 MK,  APN 92, mai 2011

Repost 0
Published by APN - dans Insolite
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 18:42

fig-1.jpg

 

Lien vers article précédent

 

Plusieurs membres de l’’Amicale Philatélique de Nanterre sont des observateurs attentifs de la philatélie des  territoires français bordés par l’Océan Indien : l’île de la Réunion, Mayotte, les TAAF, élargies aux Îles Eparses en février 2007.  Situées autours de Madagascar au Sud- Ouest  de cet océan, ces dernières sont inhabitées et néanmoins d’un grand intérêt halieutique et scientifique.

 

fig-2.jpg

 

 

Elles viennent de recevoir la visite du « Marion Dufresne », navire utilisé par l’Administration des TAAF pour assurer les liaisons entre les différents territoires qu’elle a en charge. C’était en avril dernier. A bord, une soixantaine de scientifiques, de techniciens et de militaires. Pirates obligent ! Mais aussi des postiers qui ont permis la production de pièces philatéliques dans la plus pure tradition « taffienne ». De retour de l'expédition à la Réunion,  Pascale  Chabanet, biologiste marine à l'Institut de Recherche et Développement (IRD), a raconté son expérience. La scientifique a réalisé un travail exploratoire à Europa, Bassas Da India et Juan de Nova, prélude à une étude plus poussée d'inventaire de la vie marine. L’Administration souhaite  mettre en place une aire marine protégée à Europa, après les Glorieuses en 2010. Car les paradis vierges aussi sont en péril.

 

Pour une meilleure appréciation des enjeux écologiques associés à ces îles, il nous a semblé intéressant de donner connaissance du compte-rendu publié sur le site d’information  http://www.ipreunion.com/  en l’illustrant de quelques courriers caractéristiques produits pendant  l’expédition.

 

Avec pour commencer un cachet de vaguemestre en guise de carte géographique, afin de localiser les Îles Eparses  par rapport à Mayotte, Madagascar et  la Réunion.

 

fig-3.jpg

 

 

 

 

Reportage publié le Lundi 02 Mai 2011

 

fig-4.jpg

 

 

•Vous rentrez juste d'une mission scientifique dans les Iles Eparses. Quel était le but de ce projet ?

 

Je suis en charge d'un programme sur la biodiversité marine des récifs coralliens avec un objectif appliqué à la gestion de ces milieux. Une aire marine protégée a été mise en place dans Les Glorieuses en 2010 et il existe un projet pour Europa. Il faut donc faire un plan de gestion adapté aux écosystèmes et récolter des données pour savoir ce qu'il y a sous l'eau à gérer ! Là, nous avons pu passer quelques jours sur chaque île avec, comme but, de mettre en place un système pérenne de suivi du milieu. Nous avons installé sur chaque île quatre stations de surveillance intégrées au réseau mondial de suivi des récifs coralliens, en échantillonnant les coraux et les poissons selon une même méthode appliquée dans le monde entier pour pouvoir estimer globalement l'état de santé des récifs coralliens. Une autre expédition plus longue avec des spécialistes des mollusques, des coraux, crustacés et des algues est prévue à Europa au mois de novembre.

 

•Pourquoi vouloir créer des réserves marines autours d'îles qui ne sont, a priori, pas menacées par l'homme puisqu'elles ne sont pas habitées et que leur accès est contrôlé ?

 

Les menaces existent quand même. Par exemple, en 2006, les plages de Juan de Nova ont été souillées par un navire qui a dégazé. Nous savons également qu'il y a du pétrole autour de cette île. Cela peut susciter les convoitises. Aux Glorieuses, les gens veulent pêcher et certains le font déjà, même si c'est interdit. Il existe aussi une réflexion sur l'ouverture de ces îles au tourisme. Il s'agirait d'éco-tourisme mais cela reste tout de même une pression qu'il faudra contrôler. Il est important de protéger des petits bijoux de biodiversité contre les menaces à venir pour les transmettre dans le même état aux générations futures. En plus, les îles sont aussi touchées par le changement climatique mais ne connaissent pas la pression directe de l'homme. Scientifiquement parlant, elles constituent un site de référence.

 

fig-5.jpg

 

 

•Justement, en 2004, vous participiez au tournage du film de Rémy Tézier sur Juan de Nova. Vous y découvriez un récif presque totalement mort suite à l'impact du courant chaud El Nino. Vous y êtes retournée, qu'en est-il aujourd'hui ?

 

En 2004, c'était effectivement un vrai désert avec tout de même une oasis de vie rencontrée à 30 mètres de profondeur. Et aujourd'hui une très bonne nouvelle, l'oasis a reconquis le désert! Le taux de recouvrement est bon, il y a eu une vraie  reprise corallienne. C'était émouvant pour moi de retourner sur cette île et de voir la vitalité de ses récifs coralliens aujourd'hui.

 

fig-6.jpg

 

 

•Ces îles sont donc ces petits îlots de biodiversité que l'on décrit ?

 

A Juan de Nova par exemple, nous avons observé beaucoup de requins. C'est l'endroit dans le monde où j'en ai observé le plus. Il y a eu une pèche intensive pour les ailerons de requins à l'échelle mondiale et il devient exceptionnel d'en observer une telle densité aujourd'hui. A la Réunion, je n'en vois jamais sur le récif. On a l'impression qu'il y en a beaucoup parce qu'il y a parfois des attaques mais ça se passe dans des conditions bien particulières avec le plus souvent des requins qui affectionnent les eaux troubles. En fait, il y a très peu de requins de récifs ici. Or, normalement, ce sont des poissons éboueurs essentiels pour l'équilibre de l'écosystème. Il y a d'autres particularités que l'on ne voit plus à la Réunion, la présence de gros poissons sur le récif. A Juan de Nova par exemple, j'ai observé sur une zone de 250 m2, huit mérous qui mesuraient près d'un mètre, ce qui est totalement exceptionnel. A la Réunion, si on en observe plus de deux mérous par plongée, on est content. En plus, ils sont curieux, ils s'approchent, c'est le signe qu'ils n'ont pas peur. Comme ils ne sont pas pêchés, ils ont le temps de grandir et atteignent des tailles importantes. A La Réunion, les mérous reviennent sur le récif avec la mise en place de la réserve marine, mais ils n'atteignent  pas encore ni la densité, ni la taille de ceux qu'on observe dans les Iles Eparses o ils ne sont pas pêchés depuis longtemps.

 

•En tant que scientifique, ce type d'environnement est important pour avoir un système de référence. Quel type de relevé allez vous faire lors de vos prochaines expéditions ?

 

Oui, cela nous permet de voir ce que devrait être un écosystème non soumis à l'influence de l'homme. Nous devrons plonger 15 jours sur chaque île pour connaitre l'état de santé du récif et réaliser un point 0 des ressources halieutiques. Pour cela nous allons évaluer les paramètres de diversité, à savoir quelles espèces sont présentes et o. Nous allons ensuite évaluer la densité des populations, donc le nombre d'individus par espèce. Ensuite, nous allons calculer la biomasse, grâce à des relevés de taille des individus. Dans les Iles Eparses, les individus peuvent arriver à l'âge adulte vu qu'il n'y a pas de pêche et certaines espèces comme les mérous, les gaterins ou les carangues peuvent atteindre de grandes tailles, ce qui fait exploser la biomasse en poissons de ces îles, et c'est un signe de bonne santé du récif !

 

•Vous en saurez donc un peu plus sur l'état de santé du récif d'Europa en novembre 2011 ?

 

Oui, nous préparons une mission pour évaluer l'état de santé du récif d'Europa, puis nous le ferons pour chaque île. La piraterie nous complique un peu les choses. Les TAAF ne souhaitent plus que nous nous rendions dans ces îles en bateau comme nous pouvions le faire avant. Les missions scientifiques doivent se faire avec un risque zéro, ce qui se comprend aussi. Lors de notre expédition avec le Marion Dufresne, il y avait 10 militaires avec nous. Là, j'essaie de voir comment faire pour rejoindre Europa ou les Glorieuses en avion privé de Madagascar ou d'Afrique du Sud. Avis aux aviateurs.

 

fig-7.jpg

 

 

Propos recueillis par Marine Veith pour  http://www.ipreunion.com/

Retranscrits par Michel Krempper pour l’APN 92, mai 2011 

Repost 0