Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Amicale Philatélique de Nanterre
  • Amicale Philatélique de Nanterre
  • : Les réunions sont ouvertes à tout philatéliste, même non adhérent, mais qui souhaite partager sa passion autour du timbre et de la lettre. Réunions 1ers et 3èmes dimanches de chaque mois. Villa des Tourelles 9, rue des Anciennes Mairies à Nanterre. Adresse E-mail : apn92@free.fr
  • Contact

Profil

  • APN92
  • Réunions de l'Amicale Philatélique de Nanterre - 1ers et 3èmes dimanches
  • Réunions de l'Amicale Philatélique de Nanterre - 1ers et 3èmes dimanches

L'APN

L’association philatélique est le lieu privilégié pour partager sa passion, développer des échanges trouver la convivialité et l’amitié autour d’un loisir commun. Au-delà, elle permet de véhiculer l’information, de découvrir, d’échanger par l’intermédiaire de services structurés. L’association philatélique rompt l’isolement et intègre le collectionneur dans un groupe de contact.

Téléphone : 01 41 37 71 35 (Répondeur)
apn92@free.fr

Recherche

12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 16:56

Hou la la, là ça fait mal ! Trouvée sur le web cette petite fantaisie en matière de communication : une jolie faute de grammaire sur un écran publicitaire qui a dû coûter la peau des fesses à La Banque Postale ! Vue d’abord sur les écrans installés dans les bureaux de poste pour faire patienter le chaland dans sa file d’attente. D’où la place justifiée de ce «bug» grammatical dans notre blog philatélique et postal. Mais ce n'est pas le seul endroit où cette faute de français s'est joyeusement affichée : on a aussi pu la relever sur la page d'accueil de MSN d’où elle a pu être mémorisée.


Voici donc l'impression d'écran des images défilantes :


fig-1.jpg


fig-2.jpg


fig-3.jpg

 

Vous n’avez pas trouvé l'erreur ? Alors regardez bien, sur l'image ci-dessous. Pour vous aider,  nous avons entouré la faute :

 

Fig-5.jpg

 

Dommage pour l'erreur, car à part ça l'idée était plutôt séduisante, le concept amusant et les images printanières particulièrement sympathiques ...

 

 MK,  APN 92, mai 2011

Repost 0
Published by APN - dans Insolite
commenter cet article
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 19:51

Oblitérations TOSHIBA, NEOPOST et NEC

 

Un visiteur de ce blog nous pose la question de savoir «"comment reconnaitre les affranchissements imprimés par la MPT TOSHIBA TSC 1000 ?". Le plus simple est de les rapprocher de deux autres types de marques apparues à peu près en même temps : celles issues des NEOPOST IJO 85 et celles des MPT NEC.  C’est l’objet de notre tableau suivant :

 

TABLEAU SIMPLIFIE DES DIFFERENTES
MARQUES D’OBLITERATION

 

Empreintes

TOSHIBA TSC 1000

NEOPOST IJO 85

NEC

Couleur

Gris-Noir

Bleu

Noir

Longueur totale

115 mm

90 mm

80 mm

Couronne datrice

  - diamètre

  - logo Poste

  - texte couronne

  - lignes centrales

éant

 

26 mm

Oiseau

La Poste / France

2 lignes

 

28 mm

Néant

La Poste /Code/France

1 ligne

Vagues oblitérantes

  - nombre

  - impression

  - forme

 

4

Pointillés

Plusieurs selon courrier

 

4

Tirets

En « w »

 

5

Continue

En  « v »

Textes linéaires

  - nombre lignes

  - blocs-lettres

Selon type courrier

2

2 ou 3

néant

néant

 

Forme date

jj-mm-aa

jj mm aa

Jj mm aa h

 

Soulignons que ce petit tableau très simplifié ne constitue évidemment qu’une première approche du sujet : les empreintes produites par les Machines Préparatoires de Tri (MPT) TOSHIBA sont de plusieurs types, différents selon le type de courrier reconnu par l’oblitératrice (prioritaire. standart, MTEL, timbre non-conforme,  etc…). Leur diversité est à elle seule sujet d’études plus approfondies. Notre article relatif à « Mon Timbre en ligne » en donne un aperçu. Les marques des autres machines ont également évolué dans le temps.

Quelques exemples pour illustrer ce que le tableau peut avoir d’ingrat :


Fig-1.jpg

  Oblitération d’une lettre reconnue comme « prioritaire » par la MPT TOSHIBA TSC 1000

 de Nanterre La Défense CTC Code ROC 18740A

 

Fig-2.jpg

Oblitération par la machine NEOPOST IJO 85 de Mamadzou-Kaweni CC, Mayott,  code ROC 25309A

 

Fig-3.jpg

  Oblitérations superposées par les deux machines de la Plate-forme Industrielle du Courrier (PIC) de Lesquin

 

 

Fig-4.jpgOblitération par la machine de la Nippon Electric Corporation NEC, code ROC 38296A


L’ouvrage de référence est le Tome II de « L’oblitération mécanique en France » d’Yvon Nouazé publié par la F.F.A.P. Il devrait se trouver dans la bibliothèque de tout club philatélique qui respecte ses adhérents. Le lecteur curieux du sujet voudra bien s’y reporter. Il  y trouvera la genèse des différentes machines mises en service depuis quelques années par La Poste dans le cadre du Plan « Cap Qualité Courrier » ainsi que leur historique et l’évolution des marques d’oblitération qu’elles laissent sur le  courrier.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Sur Sur le même thème, l’Echo de la Timbrologie a publié deux études intéressantes de Robert Charbonnier parues dans les numéros 1829 de mai 2009 et 1848 de février 2011 ainsi qu’une Tribune signée par l’auteur de ces lignes dans le n° 1850 d’avril 2011.

 

         Michel Krempper, APN 92, mai 2011


Repost 0
Published by APN - dans Insolite
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 17:54

Lors de la récente Exposition régionale « Philatélie et Liberté » organisée à Boulogne-Billancourt, l’Amicale philatélique locale présidée par Pierre Bouvard donnait à admirer la tête de la Statue de la Liberté réalisée à partir d’un moulage de Gaget,  fondeur boulonnais et ami de Bartholdi qui la dessina chez lui ([i]). A ce moment, la nouvelle n’avait cependant pas encore franchi l’Atlantique : avec cette statue célébrissime, la poste américaine venait tout juste de commettre une erreur, énorme et stupéfiante. Le timbre émis en décembre dernier en l'honneur de la « Liberté éclairant le monde », érigée à New York il y a 125 ans ne représente pas l’original ( [ii]) mais sa réplique bâtie à Las Vegas ! Une confusion qui ne pouvait pas rester inaperçue : le timbre ayant été imprimé à trois milliards d'exemplaires !!!


Fig-1-Miss-Liberty.jpg

FIG. 1. Timbre à validité permanente (mention forever) émis le 1er décembre 2010

 

 

 

L'erreur a été repérée par un collectionneur à l'oeil exercé et sans doute amoureux de « Miss Liberty » qui est le surnom affectueux utilisé par les américains. Tandis que le timbre représente un plan serré du visage de la Statue de la Liberté, deux détails sautent aux yeux : la chevelure et le regard ne sont pas ceux du monument original édifié par Bartholdi et Eiffel sur Bedloe’s Island dans la baie de New-York en 1886 ! Ce collectionneur a tout de suite pris contact avec la revue Linn's Stamp News,  la bible des philatélistes américains. L’homme voulait savoir si la Poste américaine avait volontairement choisi de ne pas illustrer son timbre avec une photo de la statue new-yorkaise, mais avec celle d'une réplique bien moins prestigieuse en fibre de verre et polystyrène expansé érigée au-dessus d’un hôtel-casino de Las Vegas. Rien de cela. Il s'agit bel et bien d'une bourde. D'ailleurs, ce timbre a été diffusé accompagné d'une notice informative sur la Statue de la Liberté, où Las Vegas n'est pas mentionné.


Fig-2-Miss-Liberty.jpg

FIG. 2. Agrandissement du visage comparé à la Statue de New-York


 

"Fâcheuse confusion" (Poste américaine) 

"Nous regrettons évidemment d'avoir commis cette erreur", a déclaré Roy Betts, porte-parole de l'United States Postal Service, qui a dû admettre cette fâcheuse confusion. Pourtant, les timbres ne devraient pas être retirés de la circulation. Du coup, on peut s’interroger sur leur  valeur pour les collectionneurs compte tenu de la large diffusion. La Poste américaine promet une prochaine mise à plat de ses procédures afin d'éviter une nouvelle erreur du genre.

À l'inverse, MGM Resorts International, propriétaire de l'Hôtel-Casino de Las Vegas, s'est réjoui de l'erreur. "Nous pensions tous que le Post Office rendait simplement hommage à une grande institution américaine alors qu'il en célébrait en fait deux - la statue de la Liberté et Las Vegas - via un seul et même timbre", a réagi avec humour Yvette Monet, porte-parole du groupe hôtelier.


Fig-3-Miss-Liberty.jpgFIG.3. Miss Liberty à Las Vegas. La réplique fait la moitié de la taille de la statue originale :
elle surmonte l’Hôtel-Casino New York New York
.

 

Fig-4-Miss-Liberty.jpg

FIG. 4A. Une plaque est visible sur la pointe centrale de la photo utilisée pour le timbre,
ce qui confirme visuellement  qu’il s’agit de la copie de Las Vegas.

 

Fig-5-Miss-Liberty.jpg

FIG. 4B. Super-loupe sur l’émission du  1er décembre 2010

Michel Krempper,  Amicale Philatélique de Nanterre APN 92
à partir d’une information AFP

 


([i]) Comme le précise le Programme de la manifestation boulonnaise des 12 & 13 mars, le moulage – portrait de la mère du sculpteur - est propriété de la Ville de Boulogne-Billancourt et a été réalisé pour le centenaire de 1986.

([ii]) Les philatélistes soucieux d’authenticité peuvent la trouver sur les différents souvenirs de la manifestation de mars 2011, en vente chez le Président de l’APBB, Pierre Bouvard, 8 rue Pierre Joseph Redouté, 92360 Meudon la Forêt (dans la limite des stocks disponibles).

Repost 0
Published by APN - dans Insolite
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 16:45

La première définition d’un arc ou d’une arche que l’on peut trouver dans un dictionnaire est : «Ligne courbe ». Mais dès que la nature s’en mêle et cela donne des approches très différentes.

L’on dit souvent que la nature a horreur du vide, et pourtant que ce soit la lumière le vent ou l’eau, ces éléments creusent la matière et sont de formidables sculpteurs pour nous laisser de formidables monuments.


 Les Arches et la Nature

 

I.1     Caprices de la lumière

Phénomène météorologique, l’arc-en-ciel est dû à la réfraction et à la réflexion des rayons solaires (vers l’observateur) par chacune des gouttes d’eau. Chacune d’elle est donc un minuscule prisme. L’arc-en-ciel se présente sous la forme d’une bande continue, parce que les gouttes se ressemblent beaucoup.

La réfraction est un phénomène naturel séparant la lumière du Soleil en ses différentes couleurs. Quand le Soleil brille dans une atmosphère claire, sa lumière apparaît blanche mais la lumière blanche est en fait composée de nombreuses couleurs. Quand le Soleil brille à travers la pluie, elle se décompose en de multiples couleurs : rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet, car les gouttes d'eau agissent comme un prisme. En passant à travers chaque gouttelette, la lumière blanche est réfractée et chacune des couleurs est déviée suivant un angle différent, de sorte qu'on voit diverses couleurs s'étalant comme un ruban sous la forme d'un arc majestueux.

Cet arc a un rayon d'environ 42 degrés. Le rouge se trouve toujours sur le bord extérieur alors que le violet est à l'opposé, le plus près du sol.

Le phénomène produit un cercle complet, mais la forme en arc demi-cercle est du au fait que le centre du phénomène se situe sous l'horizon. Pour voir un cercle complet, il faut être en avion ou au sommet d'une haute montagne et regarder la pluie qui tombe plus bas.


Figure-1.jpg

 

De nombreuses interprétations ont été faites de l’Arc-en-ciel.

Dans la Genèse, l’arc-en-ciel représente une entente entre Dieu et Noé, alors que d'autres interprétations religieuses présentent l'arc-en-ciel comme étant un pont vers le paradis. Chez les Dogons du Mali, l’arc-en-ciel est appelé « chemin du ciel et de la terre » et beaucoup de peuples y voient un « pont des âmes » permettant aux défunts de rejoindre leur céleste séjour.


Figure-2.jpg

Le bloc anglais « Arche de NOE » reprend le verset 9.13 de la Genèse : « j’ai placé mon arc-en-ciel dans les nuages et se sera un signe de l’engagement entre Moi et la terre ».

Vous aurez noté, l’erreur dans les couleurs de cet arc-en-ciel, puisque le rouge aurait dû se placer à l’extérieur et le violet à l’intérieur.


Figure-3.jpg

 

Bloc feuillet émis pour la réunification des 2 Allemagne et la chute du mur de Berlin de 1989/90.

Selon une tradition allemande médiévale, il n’y aurait aucun arc-en-ciel durant les 40 années précédant la fin du monde. La représentation d’un Arc-en-ciel aux couleurs de la nouvelle Allemagne est donc pour le peuple un message d’optimisme dans l’avenir.

 

On notera la double symbolique de l’arche comme symbole de l’union :

L’ouverture en forme d’arche dans le mur de Berlin, et l’Arc-en-ciel avec les couleurs de l’Allemagne passant au travers.


Figure-4.jpg

 

Figure-4bis.jpg

 

 

Ce bloc anglais et sa carte premier jour présentent quelques symboles représentant la chance et selon une tradition européenne, il y aurait, au bout de l’arc-en-ciel, un chaudron d’or. A vos pelles … Ceci dit, cette tradition s’appuie sur un non-sens physique, puisqu’on ne peut jamais atteindre un arc-en-ciel. En effet celui-ci se déplace en même temps que nous.

Mais attention, l’arc-en-ciel peut aussi être le symbole de malheur, en effet selon la mythologie africaine, l’arc-en-ciel représente un serpent géant qui apporte de la malchance dans la maison qu’il touche
.

 

 

I.2    Caprices du  vent 

 

D’abord nommé le Portail ou la Pyramide, l’arche des Kerguelen et comme la porte d’entrée dans l’archipel. Ce monument naturel remarquable est situé au nord-est de l’île principale de l’archipel des Kerguelen, exactement à 48°43 latitude Sud et 69°04 longitude Est. Ce fut d’abord un rocher percé très élevé (103 mètres au-dessus du niveau de la mer) formant une arche rectangulaire caractéristique qui fût remarquée par tous les navigateurs, depuis sa découverte en 1774 jusqu’à la première expédition des frères Rallier du Baty en 1908/1909. Lors de leur deuxième expédition en 1913/1914 ils constatèrent l’effondrement de l’arche. Seules deux colonnes verticales subsistent de nos jours. Composées de basalte, on peut y voir des morceaux de bois silicifié.

L’arche des Kerguelen ( feuille complète Numérotée et datée) : les événements importants de l’île et de son arche sont racontés dans les vignettes encadrant les 8 timbres.


Figure-5.jpg

 

 

On voit cette arche dans sa représentation originale avec son toit.


Figure-6.jpg

Figure-7.jpg


 

Si il y a un endroit où les éléments se sont déchaînés pour produire de véritables chef-d’œuvres dans une très petite surface, c’est bien  « Arches Valley », parc national aux Etats-Unis qui abrite de nombreuses arches créées au fil du temps et des caprices du vent. Pour célébrer le centenaire de sa création en 1996 l’Etat de l’Utah a édité ce timbre présentant la plus célèbre de ses arches : Delicate Arch.

La porte du sud du Paradis et le pont sous le ciel, sont 2 arches situées dans le parc national forestier de la province de Hunan, en Chine. Ces 2 arches sont listées parmi les biens du patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Figure-8.jpgBridge under Heaven

Figure-9.jpgSouth Gate to Heaven


 

I.3 Caprices de l’eau 

Rien ne peut arrêter l’eau, car le temps joue pour elle et ce n’est pas la pierre qui peut lui résister. L’Ardèche qui semble pourtant si paisible a eu raison du calcaire et a façonné cette arche de 59 mètres de largeur et 34 de hauteur.


Figure-10.jpg

 

Figure-11.jpg

 

Le département de l’Ardèche a voulu mettre en avant ses charmes en présentant sur un timbre l’un de ses symboles, l’Arche de Vallon-Pont d’Arc.


Figure-12.jpg

 

Lettre en provenance d’Argentine vers Hambourg postée à Buenos Aires.


 

Située à 2720 m d’altitude, cette arche naturelle nommée le « pont de l’Inca » a été creusée naturellement par le fleuve : le rio de las cuevas (la rivière des grottes). Cette arche fait 47 m  de long et 27 m de haut.

Cette arche a souvent été représentée sur des timbres argentins entre 1959 et 1972, il s’agit ici de la première version d’un timbre qui eu cours entre les années 1959 et 1962.


Figure-13.jpg

L’arche de Tasmanie

 

Ce timbre de 1899 représente une arche creusée par l’action des vagues sur la péninsule de l’île de Tasmanie dans un endroit appelé Eaglehawk Neck (le cou du Faucon).

Xavier Prouvost - APN AVRIL 2011

Repost 0
Published by APN - dans Insolite
commenter cet article
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 12:49

 

La Poste Américaine a émis au cours de l’année 2006 un superbe feuillet composé de 40 timbres adhésifs au tarif intérieur (39 cents) vantant les « merveilles de l’Amérique, terre des superlatifs ».


L’aspect pédagogique de cette émission est renforcé par la présence d’un texte explicatif écrit au verso de chaque figurine. On trouve ainsi sur quelques lignes des informations techniques, géographiques, historiques ou scientifiques attachée à chaque représentation.


Une ambiguïté toutefois demeure : l’utilisation du superlatif pour désigner ces images d’animaux, de plantes, de paysages,  d’ouvrages naturels ou techniques peut laisser à penser qu’il s’agit là, en quelque sorte, d’une présentation de « records mondiaux », chacun dans sa catégorie.


En fait, il ne s’agit sans doute que de « records des USA », ce qui n’est déjà pas si mal. On peut facilement vérifier que :

  • le plus grand reptile n’est pas l’alligator américain mais celui d’Australie,
  • l’animal le plus rapide est le guépard,
  • le plus grand désert est le Sahara,
  • les plus grands lotus se rencontrent en Asie,
  • le plus grand pont suspendu (à ce jour) se trouve au Japon
    (pont Akashi Kaikyo),
  • etc..

 feuille-TP-USA.jpg

feuille-TP-USA-verso.jpg

On aurait aimé que ce magnifique feuillet soit aussi un peu moins « démagogique » !

APN - AVRIL 2011

Repost 0
Published by APN - dans Insolite
commenter cet article
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 12:09

 Un visiteur attentif du Salon Philatélique de l’automne 2005 Porte Champerret à Paris n’avait pas manqué d’observer sur le stand d’un négociant de timbres-poste modernes du monde entier une invitation à acheter les timbres de Harry Potter et de les faire voyager par la « Poste des Hiboux ».

Le succès mondial des livres écrits par l’Anglaise Joanne Kathleen Rowling sur les aventures fantastiques de Harry Potter et ses amis devait tôt ou tard avoir quelques répercussions philatéliques et postales. Une émission de timbres est ainsi arrivée et, plus surprenant une poste d’un genre particulier a vu le jour, la Poste aux hiboux (Owl Post).


Poste-hiboux-6.jpg

 Figure 1

 

C’est la Poste de l’Ile de Man qui a négocié cette initiative avec la société éditrice des ouvrages de JK Rowling. Une série de 8 timbres-poste dédiés à Harry Potter a été émise le 7 décembre 2004. Ils représentent Harry Potter et ses amis proches que sont Ron Weasley, Hermione Granger et Hagrid.

 

Poste-hiboux-4.jpg

 Figure 2

 

 Bien entendu, des cachets « Premier jour » ont été utilisés.

 Poste-hiboux-7_rec.jpg

 Figure 3

La poste de l’Ile de Man a également émis 8 entiers postaux reprenant les gravures de chacun des timbres.

 Poste-hiboux-5.jpg

 Figure 4

Plus original est l’aérogramme également émis, utilisable dans le monde entier.

 

Poste-hiboux-1.jpg

 Figure 5

Plus original encore, l’émission d’une enveloppe pré-affranchie par la OWL POST qui permet de réaliser l’envoi des télégrammes aux destinataires de son choix.

Poste-hiboux-2.jpg

 Figure 6

 

Le mode d’emploi est le suivant :

1)  Vous rédigez le télégramme et inscrivez l’adresse du destinataire.

2)  Vous affranchissez le télégramme avec le timbre de l’Ile de Man.

3)  Vous glissez le télégramme dans l’enveloppe pré-affranchie.

4)  Vous déposez le pli ainsi constitué dans une boîte aux lettres.


Quelques jours plus tard, le télégramme oblitéré de la Owl Post parvient au destinataire que vous avez choisi.

 Poste-hiboux-3.jpg

Figure 7

 

Pour réaliser de tels plis, il faut évidemment acheter le « kit » établi à cette occasion et qui comprend tous les documents décrits ci-dessus.


Evidemment tout cela a un petit côté « fantastique », mais avec Harry Potter, ce n’est pas surprenant.


Et puis, les différents modes de transport du courrier que nous avons connu à travers les âges ne nous ont-ils pas apporté d’autres « histoires fantastiques » qui valent bien celle de la poste des hiboux ?


C’est au même moment qu’ont commencé à courir les bruits sur le sujet de l’émission de la Fête du Timbre 2007 en France : ce fut… Harry Potter, hélas sans hiboux !

APN - AVRIL 2011

Repost 0
Published by APN - dans Insolite
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 10:39

De nombreuses arches naturelles issues de l’érosion se donnent à voir sur toute la surface du globe. Les diverses Postes mondiales en ont d’ailleurs consacré plusieurs articles. (Voir sur le site www.timbresponts.fr)


En dehors des géographes et géologues, les historiens des ponts leur portent un intérêt particulier : probablement est ce l’observation de ces créations de la nature qui a aidé les hommes  à imaginer la forme architecturale de l’arc voûté. Peu ont cependant autant frappé les explorateurs, navigateurs et hommes de lettres que l’Arche des Kerguelen, qui fut et reste une  curiosité géographique étonnante malgré son effondrement partiel.

Arche-des-Kerguelen-Carnet-2007.jpg

Figure 1a.- Couverture du carnet de voyage-"paysages insolites" de 2007

Ce monument naturel est situé au nord-est de l’île principale de l’Archipel des Kerguelen, exactement à 48°43’ latitude Sud et 69°04’ longitude Est au bout d’une petite langue de terre qui l’isole nettement de l’île. Ce fut d’abord un rocher percé très élevé (103 m. environ au dessus de l’île) formant une arche rectangulaire caractéristique qui fut remarquée par tous les navigateurs, depuis la découverte en 1774 jusqu’à la première expédition des frères Rallier du Baty en 1908-1909 : à la deuxième expédition Rallier du Baty en 1913-1914, on constata l’effondrement du toit de l’arche. Seules deux colonnes verticales subsistent de nos jours qui ont conservé le nom originel d’Arche des Kerguelen.

kerguelenmaxi.jpgFigure 1b - Carte Maximum, premier jour de l’émission TAAF du 1er janvier 2001 

 Issues du volcanisme originel, elles sont composées de basalte. On peut y voir des morceaux de bois silicifié, attestant d’épisodes climatiques antérieurs nettement plus doux qu’aujourd’hui.


Taaf139A.jpgFigure 2. Carte géologique des Îles Kerguelen, triptyque des TAAF YT139A

 

Elle est comme la porte d’entrée de l’archipel. En fait, elle marque l’extrémité sud-est de la Baie de l’Oiseau, la pointe nord-est de cette baie étant le Cap Français.

Kerguelencarted_taill_e.jpgFigure 3A et 3B. Les Kerguelen, la Baie de l’Oiseau/ Christmas Harbor, le site de l’Arche. 

Elle fut d’abord nommée Le Portail  sur la carte du chevalier de Kerguelen lui-même lorsqu’il la voit pour la première fois en janvier 1774, à son second voyage. L’astronome Le Paule Dagelet qui l’accompagna et fit alors un périlleux débarquement ne manqua pas de la mentionner dans son compte-rendu à l’Académie des Sciences.

taaf222A.jpg

Figure 4. Le chevalier de Kerguelen et le Hâvre de Noël , triptyque des TAAF YT222A

Deux ans après, le capitaine James Cook arrive dans ces îles qu’il appellera d’abord Îles de la Désolation avant de les baptiser  Îles Kerguelen en l’honneur de son prédécesseur. Fair play  mais aussi solidarité entre ces navigateurs de l’extrême ! Il entre dans la même baie le 25 décembre 1776,  nomme celle-ci Christmas Harbour  et baptise le monument Arched - Rock : nom qui lui est définitivement resté, traduit en français par Pointe de l’Arche.  Le Havre de Noël  est l’objet de l’une des plus célèbres gravures qui accompagnent le récit du troisième voyage de Cook, ainsi commentée : «  L’endroit le plus remarquable, la pointe sud, est terminé par un très haut rocher perforé, de sorte qu’il ressemble à l’arche d’un pont. » (souligné par nous. MK )

KerguelenCook3.jpgtaafPA47.jpgFigure 5A et B . Gravure du Récit de James Cook, 1776,
- timbre des TAAF YT PA 47
 

Le dessin du timbre TAAF PA 47 est intéressant à observer et à comparer avec le précédent. La source est la même, à savoir la gravure du récit de Cook. Mais si dans l’illustration du timbre du triptyque, Béquet avait pris quelques libertés, il reste cette fois fidèle au dessin originel.

 Taaf47fdc.jpgFigure 5 c : Fdc du Yt Pa47, avec le cachet premier jour figurant les navires de Cook devant l'Arche

TrTerrorArchedRockKerguelen.jpg

Figure 6. Timbre des TAAF, YT PA 59, 1979    

 

Lors de son voyage de 1840 avec ses deux bateaux, l’Erebus et le Terror commandé par Crozier, J.C. Ross confirmera les observations de ses prédécesseurs. : « La pointe de l’arche, de 150 pieds de hauteur, est composée de basalte. A l’intérieur, on voit des fragments de bois silicifié inclus dans le basalte. »  C’est cette expédition que commémore le timbre des Terres Australe et Antarctiques Françaises émis en 1979 (réf YT PA 59 ). Au format 48 x 36 mm, la vignette dessinée et gravée par Pierre Béquet également  nous montre le Terror  face à l’arche,  telle que Ross pu les voir depuis l’Erebus.  

A la même époque, le monument entre dans la littérature. Avec son roman: « Les Aventures d’Arthur Gordon Pym » édité en 1838 Edgar Allan Poe  en fait une description détaillée . Sans doute l’écrivain américain en avait il eu connaissance par les récits des chasseurs baleiniers de Nouvelle- Angleterre, nombreux à se rendre aux Kerguelen dans ces années là. N.Taylor, baleinier, américain également, en laisse un témoignage direct paru en 1851 : « Au port Christmas, une étroite bande de terre s’avance dans la mer, portant un rocher où les lames ont creusé un passage lui donnant l’aspect d’une voûte en ruine. (souligné par nous. MK). C’est la Pointe de l’Arche mais les marins la nomment communément la Porte du Diable

En 1874, c’est à la très célèbre expédition scientifique du Challenger d’aborder l’île.  Ses rapports s’ouvrent sur une grande gravure représentant l’Arche vue du fond de la Baie de l’Oiseau : comme si ce monument était le plus remarquable rencontré par ce navire pendant tout son voyage autours du globe. « Nettement coupée de la falaise se trouve une grande arche naturelle de 150 pieds de hauteur : un grand phénomène de la nature… » commentera Campbell, son commandant, visiblement impressionné.

 

challenger_and_arched_rock.jpgFigure 7. Gravure illustrant le Rapport de la Mission scientifique Challenger, 1874

 

L’Archipel des Kerguelen devient français en 1893. E. Mercié, Enseigne de vaisseau de l’Aviso l’Eure est chargé de la cérémonie de prise de possession au nom de la République. Il décrira en détail « la fameuse Pointe de l’Arche …vue comme… un magnifique arc de triomphe qui laisse entrevoir le jour à travers son ouverture. »  (souligné par nous. MK)

Les frères Rallier du Baty le suivent en 1908 et seront témoins privilégiés. Après leur première expédition Raymond précise : « l’entrée de la baie a un mille de large avec … au sud un rocher de 150 pieds. La mer , sans relâche, y a creusé une arche large de 100 pieds, par laquelle, d’un certain angle on aperçoit la côte, des falaises et des rochers imposants s’étendant loin à l’horizon. » »  Puis, surprise ! Et de taille ! Lors de la deuxième expédition Rallier du Baty en 1913, on ne peut que le constater : dans l’intervalle de quatre années, le toit de la fameuse arche s’est effondré. …

Constat confirmé en 1931 par le géologue français E. Aubert de la Rue et paru dans son « Etude géologique et géographique de l’Archipel des Kerguelen », ouvrage de référence fruit de quatre campagnes menées avec son épouse en 1928-29, 1931, 1949-50 et 1952  : « Le recul des falaises et les effets de l’érosion marine se traduisent par la présence de rochers aux formes singulières, tels l’Arche aujourd’hui effondrée et formant deux tours comparables à celles de Notre-Dame à l’entrée de la Baie de l’Oiseau. » (souligné par nous. MK)
 
Ce sont ces deux tours que, sous le titre : « l’Arche des Kerguelen »,  représente le timbre émis par les TAAF le Ier janvier 2001. Référencée par YT sous le n° 296, cette vignette postale dentelée 13 mesure 48 x 36 mm. Remercions M. Jubert d’avoir, par la taille-douce, réussi à exprimer la monumentalité des vestiges de ce qui fut la plus extraordinaire des  arches naturelles jamais observées  sur la planète.

archedesKerguelenTimbre2001.jpgFigure 8. Timbre des TAAF  YT 296, 2001

 

Pour finir citons un dernier témoin : Jean-Paul Kauffmann. Avec « l’Arche des Kerguelen », l’écrivain a livré en 1993  une méditation littéraire et poétique qui n’a pas peu contribué à mieux faire connaître ces terres désertes et désolées ainsi que notre arche, leur figure emblématique. D’autant que son livre a fait l’objet de plusieurs rééditions. Merci à lui également.

 

archedesKerguelenJPKFlammarion.jpg archedeskerguelenJPKFranceLoisirs.jpg archedeskerguelenJPKPoche2

Figures 9 A, B, C. Trois couvertures, trois éditions du récit de J.P. Kauffmann: Flammarion,
Table-Ronde/Poche, France –Loisirs, trois illustrations de l’Arche.

Bibliographie sommaire :

Ouvrages et conférences de Gracie Delepine

Récits de Raymond Rallier du Baty

Ouvrages et rapports d’Edgar Aubert de la Rue

Jean-Paul Kauffmann, ouvrage précité

Notices de l’Administration Philatélique des T.A.A.F.

Question annexe : « Mais au juste, où sont telles donc ces Îles Kerguelen ? »

Réponse :

carteantarctique.jpgFigure 10. « Sous les 50 ° hurlants »

MK - APN

Repost 0
Published by APN - dans Insolite
commenter cet article
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 10:56

En cartophilie le papier carton est le support roi mais il n’a pas été le seul.


D’autres supports sont apparus et en tant que spécialiste bois, nous avons démarré une collection de cartes postale en bois véritable dont quelques spécimens, parmi les plus rares, sont présentés ici.


L’identification des essences de chaque pièce n’est pas toujours aisée mais elle reflète une diversité géographique et botanique passionnante.


Les cartes qui ont voyagé sont celles qui présentent le plus d’intérêt car elles ont été souvent taxées du fait du poids mal estimé par l’expéditeur qui a souvent tenté d’affranchir au tarif courant.


La fabrication des cartes postales en bois perdure.


Les plus récentes ont rarement voyagé mais gardent un intérêt décoratif et artistique de part leurs gravures. De plus elles sont des témoins de l’évolution des produits permettant la transformation mécanique du bois.


Le «Lamibois» est désormais utilisé et vient compléter le bois véritable tranché et le contreplaqué. Le Lamibois ou laminated veneer lumber est un collage des placages classés de qualité encore supérieure à ceux destinés au contreplaqué. Ce collage est effectué de telle sorte que la résistance mécanique structurelle est supérieure au lamellé collé.


Afin de faire ressortir cette évolution technique, les spécimens présentés ici le sont par ordre chronologique du plus ancien au plus récent.

 

CP en bois A verso CP en bois A recto

 Figure A.

CP en hêtre véritable postée le 18 Juin 1899 à Thun (Suisse) à destination de Berne

(CàD Bern brf distr. 19 Juin) affranchie au tarif local à 5 centimes (CàD Thun 18.VI.99) mais taxée à 5 centimes 

(C à D Bern brf distr. 19 Juin sur timbre taxe probablement à cause du poids).

 

CP en bois B recto CP en bois B verso  

Figure B.

Curieuse carte postale en bois de bouleau de Sibérie obtenue par un tranchage grossier. Postée le 14 Octobre 1901 à Jurjew (Russie)
et affranchie au tarif à 4 kopecks tarif pour l’Europe de l’Ouest à destination de Berne.

Les postes suisses ont taxé avec deux TP-taxe de 20 et 10 centimes pour dépassement de poids avec CàD d’arrivée du 30 octobre 1901.

Au verso le texte manuscrit en allemand mentionne à propos de la carte une relique russe.


CP en bois C recto CP en bois C verso

Figure C.

CP en contreplaqué d’Hemlock postée le 9 Février 1904 par un touriste allemand à Portland (Oregon)
région très réputée de part ses forêts et son industrie du bois.

Tarif à 5 cents pour Camberg en Allemagne par TP type Lincoln bleu affranchi par la flamme annonçant l’exposition de Portland l’année suivante accompagnée du CàD ‘Portland ORE 09/02/1904’. 

Au verso charmante gravure naïve représentant une danse indienne avec légende «Doing a stunt with the natives in Portland 1905»
(«rejoignez la danse des indiens à la foire de Portland 1905»).

 

CP en bois D recto CP en bois D verso

  Figure D.

CP japonaise en essence feuillue exposant la tombe de l’empereur Kyomori  à Kobe postée le 20 Septembre 1913 à Tsingtau capitale de l’enclave allemande en Chine à destination de Cuxhaven, port de la Baltique en Allemagne.Le tarif utilisé est celui à destination, de la métropole par le TP type navire colonies allemandes 2 cents vert  affranchi  avec CàD Tsingtau, Kiautshou 20.9.13 11h12.

Intéressante mention manuscrite ‘via Siberien’ qui indiquerait que la carte aurait voyagé via la voie ferroviaire transsibérienne.

CP en bois E CP en bois E verso

 

Figure E.

 

CP en bois véritable chêne tranché avec en relief un magnifique bouquet de pensées
en satin coloré postée à Béziers au tarif local à 15 centimes avec TP type semeuse ‘Roty’ affranchie par CàD Béziers 18 Août 1906.

CP en bois F

 Figure F.

CP de 1995 format 98x199mm neuve en contreplaqué chêne émise par un éditeur artisan du Jura APPIC.
200 exemplaires ont été fabriqués à l’occasion du centenaire de la mort de Louis Pasteur représenté par une illustration de
Larsen le montrant en train de peindre. C’est l’une des rares exemplaires sauvée de la destruction après la liquidation de la société.

CP en bois G

 Figure G.

CP neuve en contreplaqué de peuplier éditée dans les années 70 par Europ’ART avec une très fine illustration
gravée par Thiry représentant un troupeau de mouflons dans les Alpes.

CP en bois H

 

Figure H.
CP neuve en contreplaqué d’épicéa éditée par Bergsson à Fraisse (Loire).
L’illustrateur C.Laurescin a bien reproduit le sabotier vosgien.

CP en bois J

Figure J.
CP neuve en contreplaqué de peuplier avec gravure d’un Saint  Bernard au milieu des montagnes
(éditée par Jaclo. Création artisanale).

CP en bois K

FigureK.

CP neuve en bois de hêtre peint à la main représentant un paysage de hameau au bord d’une rivière. C’est  probablement exemplaire unique car elle est l’œuvre d’un particulier (aucun éditeur ni auteur mentionné) Le cadre de l’emplacement du timbre est  tracé manuellement.


C.R. - APN 2010


Repost 0
Published by APN - dans Insolite
commenter cet article
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 10:59

Depuis 2008, sont apparus des marques de «code barre» sur les blocs feuillets de France.

Cette intrusion de signes électroniques noirs sur des graphismes colorés n’a pas manqué de susciter des observations, le plus souvent critiques, s’agissant d’une atteinte portée à l’esthétique des blocs.

Certains philatélistes, prompts au mécontentement ont stigmatisé cette «trouvaille» de La Poste pour «défigurer» un peu plus les timbres.

Ce sont sans doute les mêmes qui se plaignent aussi de la dégradation de l’accueil des philatélistes dans les bureaux de poste : plus de guichet «philatélique», manque de beaux timbres disponibles aux guichets, peu d’empressement des postiers à prendre du temps pour servir le philatéliste qui veut «un peu de tout», disparition progressive des cachets circulaires bien utiles aux oblitérations de complaisance.

L’arrivée des codes barres a pour but principal de permettre de satisfaire plus vite les clients par simple lecture optique des objets qu’ils commandent.

Pour les de timbres, ces codes barres se trouvent sur le bord des feuilles.

Les philatélistes devraient, en la circonstance, se réjouir de l’utilisation d’une technique de nature à redonner un peu de baume au cœur des agents de La Poste lorsqu’ils sont amenés à répondre à une demande complexe d’une clientèle exigeante : celle des philatélistes.

 

im1

 

im2

 

im3

 

im4

 

im5

 

APN - décembre 2009

Repost 0
Published by Nanou - dans Insolite
commenter cet article
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 20:07

La nouvelle avait failli passer inaperçue. Devant le 82ème Congrès de la FFAP à Tarbes, Françoise Eslinger l’avait annoncée : La Poste s’apprêterait à lancer une nouveauté, des timbres marqués de φ, présenté par elle comme le signe symbolique du nombre d’or.

Dans le flot des discours et les torpeurs d’un Congrès, les congressistes ne prêtent pas toujours l’attention qui conviendrait à un scoop. Surtout si leur moyenne d’âge dépasse la cinquantaine et si leurs souvenirs des symboles mathématiques se limite à π, infiniment plus familier.

Fort heureusement, le quotidien édité par l’Organisation des Trois Journées de  Tarbes 2009 est venu relayer les propos de la représentante de notre opérateur postal national.

 Image 1 article timbresExtrait du n° 3 du Quotidien  Lo Bigordan édité par la FFAP,  14 juin2009


Ainsi, l’information a pu être reprise dans leurs livraisons post-congrès par les deux mensuels nationaux : l’Echo de la Timbrologie, dans l’éditorial de Sophie Bastide - Bernardin , Timbres-Magazine sous la plume de Socrate. La blogosphère philatélique a suivi, mais sans davantage de commentaires sur ce fameux Nombre d’or.


Pour Phil@poste, il s’agirait donc de distinguer ce qu’elle va, à présent, dénommer  «timbres de la Nation», définis comme ceux dont la liste a été arrêtée par le Ministre de tutelle, dans une classification des produits en 4 familles : le timbre-poste d’usage courant, le timbre commémoratif, le timbre d’écriture et le timbre personnalisé ; la 21ème lettre de l’alphabet grec  Phi, symbolisée en minuscule par φ, devant leur servir de label.


A l’évidence, Phi renvoie à la première syllabe de «philatélie».  Mais qu’en est il de  ce «Nombre d’or» évoqué par la représentante de la Poste à propos des  timbres élus au label «φ» ?  La Poste française s’apprêterait elle à suivre les Administrations ayant précédemment  émis des vignettes postales basées sur ce Nombre un peu mystérieux ? 

On en trouve un très bel exemple a été donné avec la superbe émission de 1995 de la Poste monégasque du  timbre «Le Printemps» d’après Botticelli. Il ne lui valu pas moins qu’une Victoire au IIIème  Challenge du plus beau timbre du monde puis la IVème  Coupe du Monde .

 

Article timbres im2

 

Ce timbre-poste dentelé 13, gravé par Pierre Albuisson et référencé Yvert 2010 fut repris dans un feuillet 115*100 réf. Yvert B77 émis en 1997 avec la mention ITVF 1998.

Article timbres im3 

En rapportant largeur et hauteur de ce timbre, on observe en effet, qu’aux erreurs de mesure près,  celles ci sont dans une proportion  8/5. Or celle ci est très voisine de 1,618,  nombre qui n’est autre que le résultat de l’opération ½ (1 + √ 5),  dont  justement φ est l’expression, ce qu’on écrit d’ailleurs  plus souvent avec la majuscule Φ.

C’est aussi le rapport que l’on obtient à partir des nombres de la suite de Fibonacci dont les termes successifs sont 0,1,1,2,3,5,8,13,21,34,55,,89,144,233,377,610, 997…etc ... Ces termes se calculent en rajoutant à l’un quelconque des éléments celui qui le précède. Ainsi, par exemple 233+144=377. Ce qui donne 233/144 = 1,618 tout comme 89/55 ou 55/44 rapports tous égaux à Φ, pour peu que les éléments de la suite soient assez grands. Egalement remarquable : le rapport inverse, par exemple 144/233 = 0,618 qui n’est autre que le résultat de ½ (1 - √ 5).


En fait, Φ et Φ - 1 sont les racines de l’équation quadratique x²-x – 1=0.


Depuis des siècles, Φ comme son inverse 1/ Φ ou encore √ Φ, Φ², Φ³, correspondent en architecture et histoire de l’art à des proportions réputées spécialement harmonieuses, voire jugées idéales. Pour certains, proches de la perfection.


Phi est connu depuis la plus haute Antiquité. Ainsi, Thalès (- 640 – 548),  qui introduisit en Grèce la géométrie égyptienne, mesura la hauteur de la Pyramide de Kéops. Comparant la longueur de son ombre à celle d’un bâton de dimension verticale connue, il  pu établir que ce monument  prodigieux avait été édifié sur la base de Φ.


Article timbres im4

 

Les Anciens parlaient de «partage en moyenne et extrême raison» . Parmi eux,  Euclide (300 ans av. JC).

Article timbres im5

 

Dans son Académie, sujet de la peinture de Raphaël, il démontra que lorsqu’on partage un segment a+b  en deux parties inégales, dont la plus grande a est dans le même rapport au tout a+b que la plus petite b à la plus grande a,

-------------------------><---------------------------

 a                          b

soit  a / b = a+b / a

on obtient alors a / b = Φ soit 1,618 …et b/a = - Φ = 0,618

 

C’est la Renaissance qui se mit à parler de cette proportion en termes plus «mystiques». Ainsi, avec le peintre et mathématicien Piero della Francesca (1420 – 1492), le partage euclidien en moyenne et extrême raison est transformé en  «Divine Proportion».


Article timbres im6

L’appellation sera reprise par le moine Luca Pacioli dans sa «somme» magistrale «la Divina Proportione», publiée en 1509 où il résumera les connaissances mathématiques de ce temps. Puis, avec Léonard de Vinci, qui illustra ce traité, va apparaître l’expression de «section dorée», restée en allemand avec celle de «Goldene Schnitt», en anglais «Gold ratio».

Article timbres im7 

On s’aperçu par la suite que les termes de la suite de Fibonacci se retrouvent dans la nature. Par exemple, le nombre de pétales observé en moyenne dans certaines fleurs : les delphiniums ont 5 pétales, les célandines en ont 8, les doubles delphiniums 13, les asters 21, certaines  marguerites 34, d’autres 55 ou 89.

On découvrit aussi que Φ régit plusieurs figures géométriques fascinantes. Par exemple le pentagone régulier étoilé : le pentacle des pythagoriciens.

Dans cette figure, également appelée «pentagramme», le rapport entre la diagonale et le côté est directement dans la «divine proportion», dite encore «proportion dorée». De même que l’intersection  de deux diagonales.

Article timbres im8

Avec les notations du timbre danois, on écrit SN / SH = Φ. De plus HL  partage SN en moyenne et extrême raison.

Bernouilli (1654 - 1705), s’intéressant à la spirale que Descartes (1596 -1650) avait baptisée «équiangle» et qui par lui, deviendra «logarithmique», établit que la loi mathématique du développement de cette figure est aussi basée sur Φ.


Article timbres im9

Un autre timbre suisse de 1987 en donne une illustration remarquable. La spirale de Descartes/Bernouilli passe par les points d’or d’un rectangle doré et dans son tracé s’inscrit un pentagone, lui même issu de Φ ! C’est pourquoi, cette spirale est également dite «dorée» … quand elle n’est pas qualifiée de «merveilleuse».


Article timbres im10

 

Par la suite encore, on observa que ce nombre est en fait présent – sous des formes cachées et de différentes façons - dans de nombreux secteurs de la vie sur terre : la botanique, le monde animal, parfois dans le monde minéral et fréquemment dans le domaine des arts : peinture, musique, sculpture ainsi que dans l’architecture, ancienne ou moderne, religieuse ou civile. Manifestations multiples qu’il serait trop long d’énumérer mais que suggère bien le timbre suisse signé Stephan Bundi, qui constitue l’une des pièces maîtresse d’une thématique «Nombre d’Or».

Au point que certains créateurs ont cherché à construire leurs oeuvres en utilisant méthodiquement la proportion dorée. Un seul exemple, pris en architecture avec Le Corbusier (1887 – 1965), architecte d’origine suisse qui présente en 1947 son Modulor.


Article timbres im11

Il détermine un système de mesure basé sur les proportions du corps humain, dont il considère qu’elles doivent régir l’art de bâtir. Dans le Modulor, on a les rapports suivants : 226/140 = 1,61  183/113 = 1,62  113/70 = 1,61  70/43 = 1,62  43/27 = 1,6 peu ou prou égaux à Phi.


Toutefois, Φ n’a pris l’appellation de «Nombre d’Or» qu’au XXème siècle. Son principal propagateur sous ce nom sera Matila, prince Ghyka, ingénieur formé par plusieurs Grandes Ecoles françaises, docteur en droit, diplomate roumain, auteur des plus importants ouvrages sur le sujet. Notamment avec : «le Nombre d’Or», justement titré ainsi et aussi «Esthétique des Proportions dans la Nature et les Arts». C’est par ce théoricien de l’art que se développera une tendance à associer Φ à l’esthétisme et à en  faire la base du Beau absolu puisqu’il serait le secret de la beauté dans la nature …Celle dont s’inspirait Le Corbusier et avant lui des peintres, comme Seurat, Maurice Denis puis d’autres regroupés dans la «Section d’Or».

Article timbres im12

 

Mais, le Beau ne serait il affaire que de proportions ? Les points de vue divergent. De même que sur l’omniprésence supposée du nombre d’or dans l’esthétique. Mythe ou réalité ?  le débat reste entier. En revanche, ce qui est sûr, c’est que «Phi», sous son symbole  φ ou Φ, n’a pas fini d’intriguer, quand il ne fascine pas.


Pour sa part, la Poste de France ne semble pas avoir échappé à la fascination ; φ devant être – selon Françoise Eslinger - la référence des nouveaux timbres décidés par l’Etat et voulus plus «esthétiques» que les autres, timbres dits «d’écriture» ou personnalisés de tout acabit. En attendant une éventuelle opération de  chirurgie … faciale qui les reformaterait, nos timbres commémoratifs labellisés φ feront donc, à tout le moins, l’objet d’un traitement cosmétique. Comment ?  Par les polices utilisées, l’emplacement des textes dit-on. Et on ajoute «etc …» sans qu’il soit précisé si cet «etc …» englobe ou non le format futur des timbres-poste, ce qui serait pourtant basique …  pour qui voudrait réellement se conformer à l’esthétique du Nombre d’Or.


Les timbres de France iront ils donc jusqu’à suivre la voie ouverte par Monaco en 1995 sur cette question des formats ? Là aussi, interrogation. Observons cependant que La Poste n’en est pas loin. Avec des images au format de 35*22 mm, soit une proportion longueur/largeur de 1,59 pour certains commémoratifs courants, des timbres français ne respectent t’ils pas déjà,  à peu de choses prêt  le nombre d'or 1,618 ? Avec un écart de seulement 1,8 % ? De 1,1%  pour ceux comportant une illustration 36*22 ? Comme on dit dans ce cas : affaire à suivre …


En attendant, on ne saurait terminer sans une pensée pour Jacques Riboulet, collectionneur éminent, longtemps pilier de l’AFPT et défenseur d’une philatélie thématique de qualité. Dans un exposé qu’il y avait présenté lors d’une réunion le 17 mars 2001 et consacré au  montage des feuilles d’exposition , il nous dévoilait le secret de ses présentations compétitives, primées au plus haut niveau en international, notamment son «Herbe à Nicot» et la raison de son choix du format A3. En tenant compte d’une marge d’un cm de marge sur les côtés , il lui permettait d’obtenir un rectangle horizontal de 40 x 24,72 cm   lui laissant 2 cm en bas de feuille et 3 en haut pour un titre. A l’intérieur de ce rectangle parfaitement au «Nombre d’Or », il lui suffisait de tracer un carré pour obtenir un deuxième rectangle Φ et ainsi de suite pour trouver les points focaux de la page et, à partir d’eux, disposer les documents. D’où il est à présent, l’ami Jacques, pas bien compris à l’époque,  doit bien rigoler à voir aujourd’hui  ce petit rififi autours de Phi.


Pour en savoir plus :

Outre les livres de Matila G. Ghyka cités dans l’article, on pourra lire :

Chalavoux R. (2001), Nombre d’or, nature et œuvre humaine, Chalagram éd.

Cleyet-Michaud M. (1995), Le  nombre d’or, P.U.F./Que Sais-Je ?

Hakenoltz C. (2001), Nombre d’or et mathématique , Chalagram éd.

Hartmann M. (S. d.), L’enfant et le nombre d’or,  Amis de Boscodon

Huntley H.E. /  Neveux M. (1995), Le nombre d’or, Le Seuil/Points

Neroman D. (2001,) Le Nombre d’Or, clé du monde vivant, Dervy

Vincent R. (2001), Géométrie du nombre d’or, Chalagram éd


 M K  APN 92, AFPT,  juillet 2009 

Repost 0
Published by Nanou - dans Insolite
commenter cet article