Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Amicale Philatélique de Nanterre
  • Amicale Philatélique de Nanterre
  • : Les réunions sont ouvertes à tout philatéliste, même non adhérent, mais qui souhaite partager sa passion autour du timbre et de la lettre. Réunions 1ers et 3èmes dimanches de chaque mois à 10h. Villa des Tourelles 9, rue des Anciennes Mairies à Nanterre. Adresse E-mail : apn92@free.fr
  • Contact

Profil

  • APN92
  • Réunions de l'Amicale Philatélique de Nanterre - 1ers et 3èmes dimanches
  • Réunions de l'Amicale Philatélique de Nanterre - 1ers et 3èmes dimanches

L'APN

L’association philatélique est le lieu privilégié pour partager sa passion, développer des échanges trouver la convivialité et l’amitié autour d’un loisir commun. Au-delà, elle permet de véhiculer l’information, de découvrir, d’échanger par l’intermédiaire de services structurés. L’association philatélique rompt l’isolement et intègre le collectionneur dans un groupe de contact.

Téléphone : 01 41 37 71 35 (Répondeur)
apn92@free.fr

Recherche

4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 10:30

Pour une promotion plus active de ses ventes et une meilleure information de ses clients, Philaposte leur adresse depuis le printemps 2009 une Carte Postale. Du moins à ceux enregistrés dans ses fichiers, par exemple à partir d’une première commande de T-P à son service commercial de Boulazac.

Côté vue, cette CP leur donne les visuels des émissions dites «philatéliques» du semestre à venir. En l’occurrence ici, le second de l’année 2009.

 

 


Les dates indicatives d’émission apparaissent au verso et sont, bien entendu, données sous réserve de la confirmation du calendrier officiel, tel qu’établi à partir du programme défini dans l’Arrêté Ministériel d’approbation des émissions dites «philatéliques» signé l’année précédente.

Aussi bien d’ailleurs, la CP précise-t’elle également, dans la première colonne, les modifications apportées au calendrier du 1er semestre 2009.

 

 

 

 

Ce côté «timbre» est également intéressant à observer plus minutieusement. Une mention précise qu’il s’agit d’une carte pré-timbrée à validité permanente, ne pouvant être vendue (sic !) 

Il est en effet «égayé» par une vignette imprimée avec les mentions France La Poste Monde 20 g. avec à l’intérieur un simili-timbre  Celle-ci renseigne sur la nature postale de cette CP.

 

 

Cette vignette correspond à celles utilisées pour l’affranchissement de courriers d’entreprises et lancées par La Poste dans le cadre de son offre «IDtimbres» : Il s’agit de timbres personnalisés que des «gros consommateurs» peuvent lui demander d’imprimer pour des commandes de quelques centaines à quelques milliers d’exemplaires. Autrement dit, une version professionnelle de MontimbraMOI, à laquelle on accède sur le site de La Poste «La Boutique du Courrier pour les Pros».

 

En l’espèce, la Poste utilise cette vignette pour son usage propre. Ainsi, cette CP n’a pas lieu d’être oblitérée. Seule, une mention indiquée au-dessus de l’adresse du destinataire précise la date d’envoi.

 

 Michel KREMPPER APN 92

 

27 juin 2009

Repost 0
Published by Nanou - dans Insolite
commenter cet article
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 18:36

A l’Amicale Philatélique de Nanterre, on aime bien les ponts. Pour preuve : les collections présentées par ses membres, distinguées dans de  nombreuses expositions internationales,  les articles de son Bulletin périodique ou encore les publications dans la presse nationale, l’Echo de la Timbrologie, notamment.

Un événement comme l’émission du timbre « 1985, le Pont-Neuf empaqueté, Christo et Jeanne-Claude » ne pouvait donc pas nous laisser indifférent. D’autant que le Premier Jour se déroulait à Paris, à l’Hôtel de la Monnaie, face au Pont-Neuf précisément.


Christo 1

 

Elle a eu lieu ce 13 juin 2009, jour du commun anniversaire des artistes qui seraient nés tous deux  à la même date,  à la même heure.

Félicitations à la Poste (une fois n’est pas coutume ! ) qui avait pu obtenir la présence du couple ainsi que celle de leur vieux compagnon, Wolfgang Voltz, le photographe de toutes leurs réalisations.

Christo et Jeanne-Claude  dedicace Christo

          

Volz et Christo

     Photos Michel Wagner

 

L’Echo de la Timbrologie en avait profité pour publier dans son numéro 1830 daté de juin (pages 46 et sq) un article de notre membre Michel Krempper. Occasion d’une présentation des artistes et d’un coup de projecteur sur ce que fut l’emballage du Pont-Neuf par une toile de 40000 m² tendue par 13000 mètres de cordages, du 22 septembre au 7 octobre 1985. Mais aussi rappel historique des caractéristiques de ce franchissement de la Seine, qui, malgré son nom, est le plus ancien conservé à Paris. Peut être le plus beau. En tous cas le plus grand.


Image la tribune

 

Le lecteur attentif de ce sommaire pourra observer en passant  la présence, dans ce même numéro (pages 62 et sq), d’une présentation de la collection dédiée par notre Président Jean Grillot à l’étude du timbre français « 5 F Daurat-Vanier ». Comme quoi, à l’APN 92, il n’y en a pas que pour les ponts !

Parmi les différents matériels philatéliques dédicacés le 13 juin par Christo, son épouse et le photographe : des blocs du timbre nouvellement émis, sa gravure, la notice de la Poste, et aussi des Cartes-Maximum. Celle-ci a pour support une carte postale éditée en 1985 par Nouvelles images sur une photo de Wolfgang Voltz.


Image carte du pont


Pour finir sur une question, adressée à la Poste : Pourquoi avoir émis ce timbre à la faciale  de 1,35 euros  tout à fait inhabituelle pour un commémoratif ? Celle-ci correspond à l’affranchissement d’une lettre prioritaire  pour la France métropolitaine au 3ème échelon de poids (50/100 g.). Pourquoi pas à l’un des  tarifs de la lettre prioritaire à l’internationale ?  Il est vrai que 1,35 € convient aussi à la lettre économique pour l’UE et la Suisse au 1er échelon (≤ 100 g.) D’ou, sans doute, un tirage de 2800000 exemplaires, quand même tout à fait conséquent.

Michel Krempper

Repost 0
Published by Nanou - dans Insolite
commenter cet article
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 17:18

Curieusement, les philatéliste qualifient de «pré-philatélique» la période précédant l’emploi de timbres-postes pour l’affranchissement du courrier.  Comme si la figurine postale collée sur la lettre était essentielle à la philatélie, comme si,  hors la présence d’un timbre-poste sur un courrier, le pli n’était plus «philatélique». Comme si, de ce fait, les collectionneurs de ce type de courrier ne méritaient pas l’appellation de «philatéliste» ! Ce qui est effectivement absurde quand on sait le succès et l’importance prise depuis toujours par les collections de lettres et marques postales dans le négoce et les expositions philatéliques ainsi que le cœur des philatélistes spécialisés en  «Histoire postale» …

 

Quoiqu’il en soit,  cette prétendue période «pré-philatélique» s’est achevée dans la plupart des pays européens aux alentours de la moitié du 19ème siècle ; les T-P ayant été introduits en Grande-Bretagne en 1840, en France en 1848,  dans de nombreux autres pays, dont l’Espagne en 1850.

 

Cette dernière renouerait elle avec cette tradition 158 ans après la mise en service de ses premières vignettes postales détachables ? Au vu de nombreux courriers expédiés des quatre coins du pays et arrivés depuis deux ans dans diverses destinations, il semblerait bien que oui.

 

Outre les mentions « Correos España » et leur logo « cor de poste », la caractéristique commune des nouvelles marques postales espagnoles,  semble t’il apparues en 2008, est la mention «Franqueo Pagado en Oficina» qui signifie «Affranchissement payé au bureau». Deux différents types de marques peuvent être observées, paraissant correspondre à deux modes de marquage.

 

Marquage manuel : Les cachets au tampon rencontrés sur le courrier sont rectangulaires, au format 6,3 x 3,8 cm. En leur centre, ils comportent un autre rectangle de 3,6 x 1,9 cm, entourant la date d’expédition au bureau, à gauche et à droite les mentions Correos España, au dessus le nom du bureau, et sous un numéro d’ordre, la mention «Franqueo Pagado en Oficina». Point essentiel : l’absence de timbre-poste, qui tendrait à montrer que ces cachets sont utilisés lorsque le bureau ne dispose pas des vignettes postales correspondant à l’échelon tarifaire et/ou à la zone tarifaire de destination. Autre point, qui différencie complètement les courriers comportant ces cachets avec ceux de la période «pré-philatélique» des 18 & 19èmes siècles : l’absence de toute indication de tarif. Moyennant une marque supplémentaire, nos lettres d’avant l’ère du T-P avaient au moins le mérite de nous renseigner sur le prix payé (ou à payer) selon le poids et la distance. Ces informations sont ici  complètement absentes et la même marque est utilisée pour la lettre simple ou la lettre recommandée.

Image 1

Image 2

Marquage mécanique : Plusieurs types de machines semblent avoir été mises en service dans les différentes villes espagnoles, qui ne se distinguent  entre elles que par des différences mineures dans les empreintes, notamment leur taille. En commun, celles-ci comportent trois parties : au centre, une double couronne de Ø extérieur 2,7 cm , avec ou sans pont, la date en jj.mm.aa sur une seule ligne et entre les deux cercles le nom du bureau avec, dans les grandes villes comme Madrid, son n° Suc . A leur droite, un cadre publicitaire de taille et de contenu variables. A leur gauche, un rectangle de 5,2 x 2,8 cm entourant le label « Correos España », son cor de poste surmonté de la couronne royale et la mention « Franqueo Pagado en Oficina ». Pas davantage que les marques manuelles, les empreintes mécaniques ne comportent d’indication tarifaire. Et sur le courrier, rien non plus ne précise le régime sous lequel il est appelé à circuler. A noter que, contrairement aux marques du premier type, ces marques mécaniques en trois parties ne comportent aucun numéro d’ordre.
Image 4

Image 3

Mais si la fonction de ces nouvelles marques reste en premier lieu  de matérialiser l’affranchissement de la lettre, on les trouve aussi, à présent, sur du courrier comportant des timbres-postes. Dans ce cas, il s’agit de lettres dont l’affranchissement en T-P est insuffisant par rapport au tarif, eu égard au poids et/ou à la destination.


Image 5

 

 

Précédemment, comme aujourd’hui en France (mais pour combien de temps encore ?), les compléments payés en numéraire au bureau donnaient lieu à l’apposition d’une vignette issue d’une machine électronique de guichet. A présent, la nouvelle marque mécanique permet tout  à la fois, de signifier que le complément  a été acquitté et d’oblitérer les T-P collés sur le courrier. Double fonction donc : affranchissement et oblitération.

 

En fait, la mise en place de ces nouvelles marques parait étroitement liée à la suppression progressive des distributeurs automatiques au sein des « Ofinas » espagnoles. C’est du moins l’hypothèse que l’on peut poser à la suite d’un  entretien que nous avions pu avoir avec un responsable des Correos,  rencontré sur leur stand lors du dernier Salon d’Automne de Champerret.

 

Selon lui, les vingt dernières années, les Postes espagnoles avaient développé un important parc de machines à distribuer des vignettes d’affranchissement, tant au guichet qu’en libre-service au bureau. Livrées par les principaux fabricants européens, celles ci délivraient des figurines parfois d’une grande qualité graphique. Mais face au gonflement de leur coût d’entretien - maintenance et celui des fournitures en papier et encre, la décision aurait été prise d’abandonner  ce type d’équipement  et de mettre en place, corrélativement, des moyens manuels ou mécaniques, moins onéreux.  

 

Vraiment plus économique au global ? Cela ne semble pas certain. Certes, on économise d’une part sur le matériel et les consommables. Mais de l’autre, on augmente nécessairement le travail des employés au guichet, donc les frais de personnel … et sans doute la durée d’attente des usagers. Mais celle-ci n’est pas comptée, évidemment.

 

En France, La Poste parait avoir fait un choix stratégique complètement opposé. Dans ses Bureaux nouvellement agencés, afin de réduire la charge des guichets ainsi que les temps d’attente, elle invite ses clients, aujourd’hui encore davantage qu’avant, à utiliser le plus  possible ses automates électroniques, rendus aptes à distribuer des vignettes pour tous les types et niveau de tarification, y compris la recommandation et utilisables par CB à partir de 0,01 euro.

 

Pour reprendre une terminologie d’économiste anglo-saxon : « capital saving – labor using » au sud des Pyrennées ; « capital using - labor saving » au nord ? Vérité d’un côté, erreur en deçà ? Vieux débat, pas prêt d’être clos. En tous cas : affaire à suivre et pas seulement par les marcophiles.

 

                                                         Michel KREMPPER APN 92

Repost 0
Published by Nanou - dans Insolite
commenter cet article
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 17:20

Le "Blue Boy" d’Alexandrie et sa lettre

 

"Brûlé comme d’habitude." La lettre s’achevait sur ces mots. C’était une simple instruction sur laquelle on s’était mis d’accord antérieurement. Heureusement, cette lettre de 1847 et sa célèbre enveloppe furent sauvées grâce à la présence sur l’enveloppe du seul exemplaire connu du timbre sur papier bleu du receveur des postes d’Alexandrie, en Virginie.


A l’exposition de Washington 2006, l’enveloppe et le timbre ont été à nouveau réunis, pour la première fois depuis 1907.


Oui, c’est une histoire d’amour devenue particulière grâce à un timbre – et cela représente tellement plus. Il y a un portrait de Daniel Bryan, un hardi receveur des postes d’Alexandrie, entre 1821 et 1853. Etait également exposé un album de famille contenant la correspondance relatant la première vente du timbre “Blue Boy” en 1907 et les articles de presse relatant l’évènement.


Imprimé après la réforme des tarifs postaux du 3 mars 1845, les timbres du receveur constituent une des plus grandes raretés philatéliques des Etats-Unis, et le “Blue Boy” est le plus prisé d’entre elles. Le dernière exemplaire a été vendu en 1981 pour la somme de $1,000,000 par David Feldman, Suisse.


Exposé à Washington 2006 avec l’aimable autorisation de David Feldman, Suisse. Lettre et album mis gracieusement à disposition par Mme R. L. Cheeseman et sa famille. Portrait de Daniel Bryan fourni par le musée The Lyceum, Alexandrie, Virginie, cadeau de Peter Lawrence.

 

Blues boys          

  

Repost 0
Published by Nanou - dans Insolite
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 12:34

Pourquoi ne pas collectionner les timbres d’AUSTRALIE. Ils évoquent souvent de manière originale le mode de vie de ses habitants.

N’oublions pas que l’Australie a fourni à la France notamment de nombreuses espèces de plantes que l’on trouvait au Château de la Malmaison du temps de Joséphine, et d’animaux dont quelques uns sont conservés (naturalisés) dans différents musées.

Ces animaux et plantes furent amenés en France par l’expédition Baudin, chargé par Napoléon 1er de découvrir cette terre lointaine.

En 2002, une émission postale commune France-Australie  amène l’émission de 4 timbres, deux en France, deux en Australie pour célébrer la rencontre des deux navigateurs Nicolas Baudin et Matthew Flinders.

Cette émission est l’occasion d’une fête, le 4 avril 2002,  à l’ambassade d’Australie à Paris à laquelle l’APN était présente à travers Daniel Jacquelin, adhérent et collectionneur des timbres d’Australie.

Il a profité de cette manifestation pour composer ce document, unique, en souvenir de cette commémoration.


Emission France Australie 2002

 

Repost 0
Published by Nanou - dans Insolite
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 17:30

Il se passe toujours quelque chose du côté du Musée de La Poste : Expositions, conférences etc.


Mais, plus discrètement, le Musée propose dans sa boutique des souvenirs postaux.

Ainsi cette carte de 1989 éditée à l’occasion du bicentenaire de la Révolution Française.

Cette carte présente deux faces avec « fenêtres ». Un disque inséré entre les deux faces permet de faire apparaître au choix et par face quatre timbres différents en rapport avec l’histoire de France.


Les Timbres représentés : n°s 315, 444, 1678, 1679, 1680, 1729, 2537, 2573.

Il reste un cinquième visuel qui est une carte blanche permettant d’écrire un message.
Peu de cartes de ce type ont voyagé. Elles dépassaient les 20g d’où un affranchissement à 3,70 Francs et bien sûr le cachet du Musée postal pour oblitération (ici du 29 juillet 1989).

 

  message original 1 message original 2

 

message original 3  message original 4

  message original 5  message original 6


message original 7 message original 8

message original 9

 

 

Repost 0
Published by Nanou - dans Insolite
commenter cet article
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 10:35
Le timbre « grotte de Niaux » représentant les peintures rupestres découvertes en 1906
en Ariège a été émis officiellement le 7 juillet 1979. C’est le premier jour officiel donné
par La Poste.
 
Rien de particulier jusque là pour ce timbre qui porte le numéro 2043 dans le catalogue Yvert et Tellier.

TP Grotte de Niaux 2
Ce qui est moins banal est que des timbres ont été mis en vente dès le printemps 1979. Témoin la lettre ci-dessous datée du 4 avril 1979.

Lettre-Grotte-de-Niaux.jpg

Ce fait est confirmé par le catalogue Marianne édité en 1982, dans lequel ce timbre qui porte le n° 79-26 est présenté accompagné du commentaire suivant :

«100 000 timbres environ ont été mis en vente dès le 19 mars 1979 dans la Région Parisienne  par erreur ».

Une erreur qui créé quelques rareté car on a très peu parlé de cette vraie-fausse émission anticipée.

Alors, recherchez dans vos boîtes ou sur vos timbres. On ne sait jamais !


Depuis la publication de cet article sur le blog en 2008, un internaute Suisse nous a fait parvenir une trouvaille particulièrement intéressante : il s’agit d’une lettre oblitérée du 19 mars 1979, soit le « vrai premier jour » de mise en vente de ce timbre.

Nous ne résistons pas au plaisir de l’ajouter à cet article.

Merci Sébastien !

 Lettre-19-mars-1979.jpg

  Lettre du 19 mars 1979
APN 2011
Repost 0
Published by Nanou - dans Insolite
commenter cet article